Les Mondes de Shibai

Haut Dragon , Ange , Démon ....saurez vous imposer votre race et contrôler les Terres Franches ?
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercher

Partagez | 
 

 Vous avez dit dragon ? (Tullia/ Misao)

Aller en bas 
AuteurMessage
Handoar
Grand Shaman
avatar

Messages : 414
Date d'inscription : 12/11/2010
Age : 24
Localisation : La ou je suis ....

Feuille de personnage
Race: Anima-Vampire
Classe / Rang: Maître Chaman
Camps: Equilibre

MessageSujet: Vous avez dit dragon ? (Tullia/ Misao)   Dim 9 Juin - 8:45

Le soleil venait tout juste de se lever cependant le campement était déjà fébrile et bouillant d'activités. Les tentes de toiles, typiques des campements animas, baignait dans la lumière dorée du soleil naissant. Cela faisait plusieurs années que je n'avais pas vu un aussi beau levé de soleil sur ces contrées.

Là dernière fois que j'étais venus, le chaos régnait encore et les réfugiés de la guerre étaient les seuls Animas à rester ici...
De nombreux mois ont passées depuis et la région a radicalement changée depuis ma rencontre avec Tullia. Ses histoires d'ordres de dragons et d'alliances me firent sourire. Elle avait dû abandonner l'idée depuis le temps.
Parfois des rumeurs venaient jusqu'à moi sur ses actions dans le monde mais jamais je n'ai entendu de nouveau l'idée même d'une alliance entre les Dragons et les autres races.

Folie? Utopie? Je ne savais pas quoi en pensée et qu'importe. Le passé reste du passé et je dois affronter maintenant toute cette mer vivante

Renards, Loups, Aigles, Félins, Ours: tous les clans de toutes les Terres Franches se sont réunis ce mois-ci pour la réunion annuelle du Conseil des chefs.

Le Conseil des chefs est un événement majeur dans la vie d'un Anima. C'est pendant ce mois-ci que sont délibérées, débattues et proposées les futurs actions et orientations du peuple Anima tout entier.

Le symbole est grand pour notre peuple. En effet, c'est aussi le moment propice pour les autres races pour envoyer leurs ambassadeurs auprès du Conseil.
Le conseil des chefs permet donc de propager l'image d'un peuple uni et fort dans un monde de plus en plus tourmenté et déchiré par les complots et les menaces.

Les Shamans, druides, médecins, chefs de clans et grands guerriers se croisent ainsi dans un chatoiement de plumes, peintures tribales et odeurs d'encens.
Des hommes et des femmes de tout les coins des terres franches voir des autres mondes, viennent négocier, marchander, se rencontrer dans un joyeux bazar digne des plus grands marchés humains du Sud.
Les nains vendent leurs hydromels contre des drogues des clans des Déserts pendant que des Félins partagent leurs secrets cosmétiques avec des nobles de la cour des Hommes.

C'est dans cette mosaïque joyeuse et multicolore que je sortis de ma tente pour examiner la forêt de toiles, de totems chamaniques et de drapeaux qui flottaient à perte de vue.
En tant que maître shaman et shaman attitré du clan des Renards, ma présence à cette rencontre était plus que nécessaire.
Les Grands Shamans de tous les clans devaient se rencontrer pour apaiser les esprits et honorer les rares dieux qui nous accordaient leurs bienveillances. De plus nous avions une influence incontournable dans les délibérations et les rencontres diplomatiques.

Je me retournai pour regarder Misao. Son visage paraissait calme et serein pour la première fois, depuis de nombreuses semaines. La convaincre de venir à la rencontre ne fut pas de tout repos. En effet de nombreux vampires sont présents pendant le conseil, de plus elle avait peur de faire tâche en s'installant dans le campement des renards.

Je devinais que cela devait être dur pour elle, de rester ainsi avec des gens qui ne faisait pas partie de son peuple.
Mais les Animas-renards l'avaient acceptés comme l'une des leurs avec le temps. De plus avoir comme chaman un Anima vampirisé pendant quelques temps, leurs à permit d'accroître considérablement leurs tolérances aussi!

Je la laissa se reposer (même si le sommeil n'était pas un sentiment partagé chez les vampires), et me dirigea vers l'autel situé au centre du camp pour faire avec le reste des grands shamans, les prières et bénédictions quotidiennes.
Je trouvais ces cérémonies barbantes et ennuyeuses mais elles étaient nécessaires pour permettre le maintien du lien entre les Animas et les dieux mais aussi entre les Animas et leurs totems.
En effet sans ces cérémonies annuels, les esprits de la natures peuvent considérés que le contrat qui les lient avec le peuple Anima est rompues. Les Animas perdraient ainsi une grande partie de leurs pouvoir, en particulier les chamans.

Une fois les rituels finies, je retournai vers ma tente, et déposa une assiette de fruits frais à coté de Misao.
Je savais que les vampires avaient une alimentation très… sanguine mais la gourmandise n'était pas interdite chez eux.

Je déposé un baiser sur sa joue froide et lui souffla dans l'oreille:


-Bonjour ma belle, tu vas bien ? Viens j'ai une surprise pour toi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misao
Vagabonde
Vagabonde
avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 08/12/2010
Age : 23
Localisation : Au milieu de ses livres

Feuille de personnage
Race: Vampire
Classe / Rang: Traître à sa race - bannie
Camps:

MessageSujet: Re: Vous avez dit dragon ? (Tullia/ Misao)   Dim 9 Juin - 12:01

Handoar avait réussi son coup. Après maintes et maintes demandes, j'avais fini par accepté de revenir avec lui sur le camp des Animas du clan des Renards. Il m'avait expliqué ce c'était très important et qu'il ne pouvait pas s'y rendre sans moi. Ce dernier argument avait alors abattu tous ceux que j'avais mit en réserve. Mes réticences étaient dues à la présence du clan de Chauves Souris à cette réunion. Ces derniers présentaient dans leurs rangs quelques uns de mes congénères que je m'efforçais d'éviter depuis la guerre qui a eu lieu, à présent, il y a quelques mois de cela. Je ne savais pas s'ils étaient toujours à ma recherche afin de m'éliminer comme il se devait. Autant rester sur ses gardes. Je ne comptais pas quitter mon existence de sitôt; quelqu'un avait besoin de moi ici, tout comme moi j'avais besoin de sa présence.
Le statut de Shaman de Handoar passait avant tout et puis, cela faisait quelques semaines que je n'avais pas revu mes amis Animas.

C'est presque en me tirant par la main que mon compagnon nous avait embarquées, Minuit et moi, dans une carriole, en pleine nuit, en direction du camp. La nuit était plus propice aux déplacements. Non pas que je n'aimais pas de déplacer en plein jour, mais au moins, je n'avais pas à cacher ma peau de porcelaine des rayons brulant sous une épaisse toile noire.
J'avais donc pu me nourrir durant le trajet. Je ne disais jamais à Handoar où j'allais pour "diner"; mais je supposais qu'il le savais. Quand je n'avais pas le choix, je me contentais d'une biche où d'autres rongeurs; sinon c'était un village entier dont j'avais besoin pour étancher ma soif pour quelques semaines. Je m'étais nourris d'une quarantaine d'habitants sur le chemin. Je les tuais toujours dans leurs sommeil, je trouvais que c'était moins affreux que de les réveiller afin de voir la lumière s'éteindre dans leurs yeux par la suite.

Le trajet ne m'avais pas paru long. Lorsque nous sommes arrivés, avant le levé du jour, quelques Clans avaient déjà installés leur tentes. Les loups et les Chauves souris avaient été les premiers à arrivés, suivis des Ours et des Félins. Je les avais salués de loin, ne voulant pas me risquer avec les Chauves Souris. Inutile de créer un désaccord juste avant leur réunion. J'étais partie me "coucher" et Handoar n'avais pas cherché à me retenir. Il me connaissais mieux que quiconque.
La réunion se déroulait deux jours après, cela laissait le temps aux autres clans d'arriver et de s'installer.
Je me souvenais parfaitement de la dernière fois où nous avions été ici, avec Handoar. Tullia, une grande dame était venue, pour parler à mon compagnon de son projet de Dragonnier. J'avais été embarquée dans cette aventure. Je n'avais pas parlé de cette histoire à mon compagnon, mais je désirais m'engager dans cette Guilde. Je voulais prouver que les vampires pouvaient s'allier aux autres races pour rétablir la paix dans les Mondes.
Malheureusement, nous n'avions pas eu de nouvelle de Tullia depuis; je supposais donc que le projet avait été abandonné.


Les oiseaux chantaient dans l'arbre au dessus de la tente. Une mère nourrissant ses petits oisillons avec un verre de terre. Je n'avais pas dormi, en étant incapable, mais je m'étais néanmoins reposée, contre Handoar. Pour la première fois depuis longtemps, je me sentais bien. Je portais ma main à ma droite et tâtonnais le sommier. Rien. Je me redressais sur mes mains et observais le côté du lit qui était en effet vide.
Je devais vraiment avoir dormi pour ne pas l'entendre où le sentir partir.
Relevant les yeux, j'observais l'entrée de notre tente qui ondulait sous la brise matinale, le soleil entrant de quelques centimètres à l'intérieur. J'entendais au loin des éclats de voix partant dans tous les sens. La réunion avait commencé.

Que pouvais je bien faire ? Que faisait la compagne d'un Shaman quand celui ci était en réunion avec ses semblables ? Je n'en avais aucune idée.
Je reposais le tête sur l'oreiller, observant le haut de la tente. Distraction complètement banale et inutile. Je basculais sur le côté et attrapais l'oreiller en plume de Handoar dans mes bras et puis, je fermais les yeux.

La lave coulait à ses lieux sous terre, me picotant au passage, au niveau de ma joue. J'esquissais un sourire et ouvrit les yeux, observant son visage qui me souriait. Il avait apporté des fruits qu'il avait disposé sur le côté du lit. J'oubliais parfois que j'étais une vampire, lui jamais. Mais cette fois ci, il me considérait comme lui, sur le même pied d'égalité, comme une humaine. Je lui adressais un sourire en retour.
Il se pencha et embrassa ma joue - je reçu une décharge électrique qui était loin d'être désagréable - puis il glissa jusqu'à mon oreille où il me demanda de le suivre. Je fronçais les sourcils, sans pour autant perdre mon sourire.
Je me mit debout, attrapais sa main, me hissais sur la pointe des pieds et déposais un baiser sur le coin de ses lèvres.

Je me suis bien reposée, oui, répondis je en regagnant la terre ferme. Mais montre moi, cette surprise, je suis curieuse de savoir ce que c'est !

J'attrapais ma cape en toile et un morceau de pomme que je mangeais. Pas si désagréable que ça la nourriture humaine !

_________________


Minuit:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Handoar
Grand Shaman
avatar

Messages : 414
Date d'inscription : 12/11/2010
Age : 24
Localisation : La ou je suis ....

Feuille de personnage
Race: Anima-Vampire
Classe / Rang: Maître Chaman
Camps: Equilibre

MessageSujet: Re: Vous avez dit dragon ? (Tullia/ Misao)   Jeu 13 Juin - 16:12

Sentir mes lèvres chaudes contre celles sucrés et froides de Misao me donnait chaque fois des frissons. La chaleur contre le froid, le soleil contre la lune....
Je la vit s'avancer, prendre son manteaux d'un pas joyeux et dansant, la lumière de l'aube encadrait sa silhouette. Un sentiment que je n'avais pas senti depuis longtemps, se propagea dans tout mon corps, dans chaque cellules et racines de mon être: la joie de vivre.

Je me leva à mon tour et lui pris sa main vide la guidant à travers le camp. Notre relation peu commune était devenue ordinaire au sein des Animas. Ceux-ci nous saluaient avant de retourner à leurs occupations.
Le bruit du marteau sur le fer brûlant, l'odeur âcre du cuir marinant dans les cuves gigantesques, les épices colorés dont se barbouillaient les enfants avant de s'enfuir en courant pour éviter les foudres de leurs mères.
Ces scènes étaient si familières pour moi, de nombreuses fois j'avais joué avec les autres enfants durant les sessions annuelles du conseil de mon enfance. Mais pourtant je percevais ses souvenirs d'un œil nouveau, comme si j'avais acquis le recul nécessaire. La sagesse ? Concept fumeux utilisé par les humains pour diviniser leurs ancêtres.

Nous passâmes devant la place centrale du camps où les autres Chamans discutaient entre eux. Les plumes, les tatouages se mélangeait dans un tourbillon de voix passionnées. Les grands débats théologiques n'ont jamais été mon passe temps au contraire de mes autres collègues qui passaient leurs journées à cela.

Enfin nous arrivâmes à l'endroit où je voulais l'emmener. Je lui pris les mains doucement et lui souffla dans l'oreille.


-Ferme les yeux Misao.

Alors doucement je l'emmenais au centre de la culture de mon peuple, un des endroits les plus farouchement gardés par les Animal.

Les Animas sont comme tout le monde le sait, un peuple assez sauvage et nomades. Toutefois une fois par ans durant la grande réunion, tous les guérisseurs, chamans, stratèges, conteurs des quatre coins du monde se réunissaient pour mettre en communs leurs connaissances.
Depuis peu de temps, les Animas ont pris conscience de leurs fragilités et de la faiblesse de leurs cultures. C'est pourquoi tout les ans, tout ces savants et sages se réunissent pour mettre sur papier, leurs savoirs. Au fil des ans la masse de papyrus, stèles, runes, parchemins, livres s'est largement accrues et s'entasse durant le conseil annuel. Une fois les conseils finis, chacun reprend ses biens et repart dans sa tribu.

J'avais toujours observés avec amusement, le soin et l'amour que portait Misao aux livres. Malheureusement les livres étaient rares dans les régions que nous avions traversés.

Je lui signala dans un soupir qu'elle pouvait ouvrir ses paupières pour voir sa surprise.

La tente de toile s'étendait sur un vaste espace où de nombreux livres, parchemins, runes et autres traces écrites étaient éparpillés sur tout les espaces possibles. De nombreux savants examinaient sur des tables débordants de livres quelques parchemins dont eux seuls connaissaient l'histoire. Le monde secret et intime du lecteur.

Au fond, seuls, dans une activité studieuse, de nombreux apprentis chamans recopiaient les livres qui étaient en mauvais état. De nombreux marchands humains et elfes étaient aussi présents, à l'affût de la perle rare. Les manuscrits animas étaient rares et le conseil annuel était la seule occasion de pouvoir les approcher.
Le reste du temps, ces livres étaient gardés jalousement par leurs propriétaires.

Je me tourna alors vers Misao pour voir sa réaction:


-Magie, alchimie, médecine, stratégie, droit, histoire... De nombreux livres sont issues d'Animas mais certains viennent d'autres régions que des amoureux du savoir ont rapportés de leurs périples. J'ai discuté avec le chef de ce joyeux bazar, choisis ce que tu veux...Tant qu'on puisse les porter bien sûr.

Dans notre dos, à l'extérieur de ce temple éphémère du savoir, des gens semblaient s'agiter crier et gesticuler mais qu'importe cela arriver souvent, sur le moment seul comptait Misao.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misao
Vagabonde
Vagabonde
avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 08/12/2010
Age : 23
Localisation : Au milieu de ses livres

Feuille de personnage
Race: Vampire
Classe / Rang: Traître à sa race - bannie
Camps:

MessageSujet: Re: Vous avez dit dragon ? (Tullia/ Misao)   Sam 15 Juin - 8:24

J'attachais le bouton d'argent de la cape autour de mon cou. A l'extérieur, le soleil brillait et il n'était jamais bon pour un vampire de s'exposer à la lumière. Cela ne me réduirait pas en cendre, non, mais m'infligerai des douleurs atroces. Par mesure de sécurité, je me déplaçais donc avec cette cape. J'attrapais la capuche noir entre mes doigts et la rabattais sur ma chevelure. Je trouvais gênant de me déplacer ainsi. Handoar était dans la lumière et moi, dans l'ombre...

Après que j'ai prit quelques morceaux de fruits - je testais pour voir si mon corps les acceptait - mon compagnon se leva avec un sourire nouveau sur son visage. Les instants comme celui là étaient rares et avaient un goût de miel; il fallait donc en profiter.
Prenant ma main dans la sienne, il écarta un pan de la tente et m'emmena dehors. En un réflexe vieux comme le monde, je fermais fort les yeux, m'attendant à recevoir un rayon de soleil dans le visage. Il n'en fut rien, la toile me protégeait suffisamment.
Nous traversâmes le camp Anima à une allure normale. Je m'étais faite à la vitesse des mortels, même si je préférais courir pour atteindre ma propre allure normale. Cependant, je savais que Handoar pouvait me battre au jeu de la course; j'acceptais donc de marcher comme un humain l'aurait fait.

Je tournais la tête vers tous les côtés. Des femmes et leurs époux nous regardaient passer en souriant, ou en hochant la tête, puis ils retournaient leurs travaux: tissage de panier ou fabrication de couleur. Couleur que des enfants hauts comme trois pommes barbouillaient sur leurs visages pleins de vie. Ils couraient dans tous les sens, leurs éclats de rire se répercutant sur les tronc d'arbre qui entouraient le camp. Leurs mères tentaient de les attraper mais les petits animas allaient bien plus vite, se transformant parfois en renard pour leur échapper.
Je les observaient longtemps jouer. Les voir rire comblaient un peu le vide que je ressentais. Mon esprit et ma façon de penser avaient évolués avec le temps, me rendant plus adulte, et tout particulièrement depuis que j'avais trouvé ma place auprès d'Handoar. Piégée dans un corps d'une jeune fille de seize ans, je commençais à comprendre certaines choses sur mon existence. Jamais je ne vieillirai et jamais je ne pourrai tenir dans mes bras un enfant qui serai bien à moi. Alors, je souriais, en voyant ces enfants.

L'un d'entre eux, une petite fille, s'avança en courant vers nous, ses cheveux sautillant sur ses épaules. Elle s'arrêta en me tendit une fleur avec une de ses petites mains.

Pour toi, dit elle en souriant jusqu'aux oreilles

Sans lâcher Handoar, je me baissais à sa hauteur je prit la fleur en regardant la petite, que j'avais déjà vu. Elle était l'apprentie shaman du camp et la protégée de la grande Tullia.

Merci Lianha, répondis je en portant ma main à sa joue - mais je la retirai au dernier moment, de peur que mon contact glacé l'effraie.

Je me relevais et nous reprîmes notre marche. C'était des gestes comme celui ci qui me faisait sentir à ma place et vivante.

Handoar ralentit le pas et se pencha vers mon oreille, m'ordonnant de fermer les yeux. Ce que je fis sans protester. J'avais confiance en lui. Je le sentis reprendre mes mains et me faire avancer. Un froissement de toile. Le bruit du camp qui s'estompait. L'apparition de murmures et d'un silence d'or.
Enfin, le soupir de mon compagnon me signifia que je pouvais ouvrir les yeux.

Des piles vertigineuses de livres atteignaient le haut de la tente. Il y avait plus d'une centaine de piles. Parmi eux, des animas étudiaient, ou écrivaient. Je tournais sur moi, même, le regard rivé en l'air. Je n'avais jamais vu autant d'ouvrages de toute ma vie. J'avançais entre les piles, admirative. Le trésor de la culture anima était bien plus important que je ne l'avais imaginé.

Handoar me regardait. Il m'annonça que je pouvais prendre ce que je voulais, tant qu'on pouvait les porter à deux.
Tout ce que je voulais ?
Je retournais vers lui et sautais dans ses bras en le serrant de toutes mes forces.

Merci Handoar, merci ! murmurai je à son oreilles.

J'aurai été en larme si j'avais été humaine. Mes livres avaient brûlés lors du ravage de mon village il y a plus d'un siècle de cela, la nuit où j'avais été transformée. Je n'en avais retrouvé que très peu par la suite. La surprise que venait de me faire Handoar était sans aucun doute la plus belle.
Je montais de pile en pile, attrapant des ouvrages sur la médecine des plantes, les bêtes et races des Mondes, la magie de l'ancien temps... Très vite, mon compagnon se retrouva avec six ou sept livres entre les bras.
Je montais sur la plus haute pile. Un livre orné de runes gravé dans le cuir de la couverture se tenait devant moi. Je l'ouvris, délicatement. Sur la première page était dessiné un emblème de flammes où un dragon trônait au centre. Je passais mes doigts sur la peinture. Les dragons. Je redescendit en serrant le livre contre moi. Je regardais une dernière fois les piles, pour voir si je n'avais rien oublié. Un ouvrage attira mon attention. Noir, teinté de goute de sang rouge. Caractéristiques de histoire des vampires. Je l'attrapais et le prit dans les bras également. Je cherchais toujours de renseignements sur ma race sur moi même.

Je repris  un ou deux livres des bras d'Handoar pour que ce soit équitable. J'allais le remercier une nouvelle fois lorsque l'agitation au dehors de la tente se fit plus importante.

Que se passe-t-il ?

_________________


Minuit:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tullia Estrama Von Raijer
Fonda Suprême ( adorée )
Fonda Suprême ( adorée )
avatar

Messages : 787
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 28
Localisation : En pleine sieste ....

Feuille de personnage
Race: hybride Haut Dragon/humain
Classe / Rang: Duchesse humaine, Conseillère Diplomatique Royale
Camps: Equilibre

MessageSujet: Re: Vous avez dit dragon ? (Tullia/ Misao)   Lun 17 Juin - 15:57

Arrivée dans le duché du Hartforshire depuis deux semaines, je pouvais enfin profiter un peu des festivités Animae. Cette affaire de goules, suite au tournoi avec Aegan Castamere, m'avait franchement pris du temps. Pendant plus d'une semaine il m'avait fallu ratiboiser toute la région, le plus discrètement possible, pour éradiquer les différents nids de Goules. Heureusement pour moi, les rumeurs étaient exagérées et les villageois plutôt prudent. Il n'y en avait pas tant que ça, celles ci se cantonnant dans les endroits sombres comme les forêt ou encore les villages abandonnés. S'en débarrasser ne fut pas très difficile, car leur niveau était assez faible. Mais c'était suffisant pour laisser la population se faire contaminer par la Corruption.
Après cette chasse aux sorcière fructueuse, je pouvais enfin me reposer un peu, et attaquer mon véritable travail. J'étais toujours à la recherche de potentiels dragonniers, mais aussi des professeurs qui devaient faire partie de la guilde. Pour certains je savais où chercher, pour d'autres c'était plus une question de chance. Mais heureusement, avec ce rassemblement d'Animae, je pouvais presque m'assurer de la présence de l'un de ces futurs chefs de projet. Mais pour l'approcher en toute discrétion, ce ne serait pas aisé. Je ne pouvais me manifester sous ma forme originelle, devant être officiellement morte aux yeux du monde, mais j'avais plus d'un tour dans mon sac. C'est donc grâce à un sort de déguisement, comme celui que j'avais utilisé au tournoi pour berner les gens, que je pris l'apparence d'une fraiche Anima du Clan des Renards (
Spoiler:
 
). J'étais toute guillerette et souriante, regardant partout avec malice et entrain. Pour une fois, je ne feignais qu'à moitié cette excitation. Je n'avais jamais été à ce rassemblement d'Animae, n'ayant jamais eu l'occasion. Cependant, j'en avais beaucoup entendu parlé. Cette réunion ne concernait pas que les Shamans, mais aussi les guerriers et les différents chefs de tribus. C'était tout un amalgame de formes et de couleurs, de connaissances et de compétences. Les étals étaient multiples, les conversations animées et pour la plupart joyeuse. De temps en temps cependant, j'entendais quelques inquiétudes quand à ma mort et ce qui allait suivre en Aratanye par la prise au pouvoir du nouveau roi. J'étais contente d'entendre que pour la plupart des Animae, j'avais bien fait mon boulot. Au moins, eux avaient un peu de reconnaissance.

Je marchais dans les allées, les toiles de tente rendant cet événement comme une grande fête. Juste cette impression que j'ai. C'est mieux qu'un champs de bataille avec des corps sanglants partout, c'est certain. Je déambulais, regardant les différents étals, et écoutant de ça et de là les rumeurs. Je ne cherchais pas de suite Handoar, la journée étant encore assez jeune et n'ayant pas de doute sur le fait que les gens le connaissent. Je marchais ainsi, me faisant rarement abordé par le fait que mon rythme de marche était assez soutenu. Je ne restais jamais bien longtemps devant un étal, et ne laissais pas les gens me questionner de trop. Mon sourire et mon air charmeur furent suffisant pour qu'ils ne prennent pas cette attitude d'une mauvaise manière, devant se dire que j'étais juste jeune, insouciante et excitée par le rassemblement. Avec mon éventail, mon petit parasol, je paraissais en effet bien comme une jeune femme insouciante et ne se souciant de des apparences. J'avais connu une Anima Renard comme cela, par le passé. Une citadine courtisane, très intéressante comme model.
Mais le fait est que, malgré cette envie d'être tranquille, je ne peux m'empêcher d'être moi même. La preuve en est que, à un moment bien hasardeux de la journée, j'assistais à un vol de sac. Un anima félin, qui avait le visage couvert en partie et ne laissait voir que ses oreilles de chat, arracha le petit sac d'une anima Cerf. Les gens furent alertés bien rapidement, la jeune femme s'étant mise à hurler.


" Au voleur ! Il m'a pris mon sac ! "

Les gens se retournaient pour voir dans quelle direction le chat était partit, mais celui ci était un filou bien rapide. Le temps que les gens à coté duquel il passait se rendent compte du méfait, il était bien loin par la suite. Cependant, il eu le malheur d'avoir attrapé mon regard, et de passer à ma portée. Par réflexe, ma jambe se tendit pour faire trébucher le chat au moment où il passait à coté de moi. Celui ci, bien surprit, tomba à la renverse et s'étala par terre. Les voleurs sont amusants, mais parfois leur rappeler qu'ils ne peuvent rester impunis est une bonne chose. Je lui faisais face, enfin plutôt le surplombais, un pied bien ancré sur le sac qui avait échappé de ses mains. Mes yeux bleus pétillant rivés sur lui, je cachais par mon éventail mon sourire malicieux, et plus ouvertement me moquais de lui d'une voix chantante.

" Hooo, pardon chaton, je ne t'avais pas vu. Ce n'est pas très sage de voler les sacs des dames."

Je riais légèrement, alors que la foule s'était mise à nous encercler. Pour la plupart des curieux, pas vraiment des gens voulant entrer en action. Le voleur me jeta un regard noir et se mit à gronder. Ses griffes poussèrent au niveau de ses mains, annonçant une partie qui ne serait pas des plus facile. Il voulu reprendre le sac qui était sous mon pied, mais celui ci bougea en vitesse pour repousser le sac bien loin de lui. J'en profitais pour me reculer, alors que celui ci se relevait. Il semblait bien furieux. Je continuais de lui faire face, sans le quitter du regard. En temps normal, un voleur aurait déjà fuis. Mais était ce l'absence de guerriers dans les parages et le fait que j'ai l'air bien faible ? Il ne bougea pas, voulant soit se venger, soit récupérer son butin (ou les deux). il me fixait de ses yeux jaunes, et passa à l'offensive. Il tendit son bras avec vivacité en direction de mon visage, mais malheureusement pour lui j'étais tout aussi vive. Telle une vipère, mon bras tenant l'éventail se tendit tout en refermant l'éventail, pour lui bloquer le bras et le frapper avec . cet éventail était loin d'être un accessoire de simple courtisane, les reliures étant renforcés avec du métal. Celui ci en faisait un objet un peu lourd pour une femme, mais redoutable si bien maitrisé. Ce sont des succubes, il y a longtemps, qui m'avaient enseigné cet art de combattre. L'élégance mêlant la vivacité et l'efficacité. Je ne voulais pas le tuer, bien entendu, juste le dissuader. Et mes réactions rapides et précises semblèrent le mettre au dépourvu, au point qu'il fut obligé de reculer pour garder ses distances. Je remis mon éventail devant mon visage, souriant de nouveau et le moquant.

" My my, que de maladresse, je ne contrôle pas autant que je le souhaite mon bras. C'est bien embêtant...."

Le chat se mit à feuler, et voulu passer de nouveau à l'offensive. Mais l'agitation avait attiré l'attention de certains guerriers qui étaient chargés de la sécurité. Le voleur voyant ça, il se décida enfin à prendre les jambes à son cou. Poussant les gens et sautant, bien vite il disparut. Je ne le poursuivais pas, ceci n'en valant pas la peine. Très calmement, je me retournais pour récupérer le sac, pendant que la foule se dispersait petit à petit. Les guerriers s'en furent à la poursuite du voleur, et moi je retournais à la jeune femme pour lui rendre son sac. Elle était spectatrice, et semblait bien aise d'avoir pu retrouvé son sac. Elle le reprit en me remerciant avec effusion.

" Merci, merci beaucoup ! "

Je lui souriais, ayant refermé mon éventail, et profitais de la situation pour lui demander une petite information.

" De rien... Pourriez vous me rendre un service ? Je cherche un certain Handoar, un vieil ami. Sauriez vous où je peux le trouver ? "

Même si j'avais dit qu'il serait aisé de le retrouver, maintenant que j'avais l'opportunité de demander il serait bien bête de ne pas saisir l'occasion. Elle me répondit avec exactitude, me montrant une grande tente non loin de là. C'était l'endroit où la plupart des ouvrages empruntables étaient disposés, et elle avait vu Handoar entrer en la compagnie de quelqu'un. Quelqu'un ? Cette personne l'accompagnant, je me doutais de son identité. Cela me fit encore plus sourire. Quelle aubaine, je peux faire d'une pierre deux coups !

" Merci ~ ! "

Ayant salué la jeune femme et remercié de son information, je me dirigeais vers la tente. Maintenant, il fallait passer aux choses sérieuses. A peine entrée, je pus voir facilement la présence des deux tourtereaux, qui devaient bien se demander qui j'étais. Je leur souriais, leur parlant avec ma franchise et ma malice habituelle.

" My my, je suis bien étonnée de vous voir dans un endroit avec autant de livres ! Moi qui croyais que c'était plutôt ma spécialité... Heureuse de vous voir, tous les deux. Cela fait.... longtemps ~."

Je regardais aux alentours. Il n'y avait pas grand monde, mais ce n'était pas sûr pour la conversation que nous devions avoir. Peut être avait il un endroit en tête pour ce genre de chose... Quoi qu'il arrive, je me devais de lui faire comprendre ce que je voulais.

" Cependant, il serait sage d'être dans un endroit tranquille pour vous donner mon rapport sur la situation chez les humains, notamment suite au désastre concernant la Conseillère Von Raijer. Votre compagne peut nous accompagner, bien entendu."

J'espérais qu'avec cela, il comprendrait un peu. Ou du moins, nous amènerait dans un endroit adapté.

_________________

-Fonda Suprême (adorée), pour vous servir ~.....

Dragon form :
Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shrikan.deviantart.com/
Handoar
Grand Shaman
avatar

Messages : 414
Date d'inscription : 12/11/2010
Age : 24
Localisation : La ou je suis ....

Feuille de personnage
Race: Anima-Vampire
Classe / Rang: Maître Chaman
Camps: Equilibre

MessageSujet: Re: Vous avez dit dragon ? (Tullia/ Misao)   Mar 18 Juin - 21:11

Un livre...Deux livres...Trois livres...Décidément Misao avait pris en compte chacun de mes mots. Surtout quand je disais qu'elle pouvait prendre tout les livres qu'elle voulait tant que cela était possible de les porter! Les livres commencèrent à s'entasser sur mes bras et ce fut un miracle que la pile de livres ne s'effondrer pas sur moi !

Toutefois je laissa Misao faire. Je ne l'ai que rarement vue aussi passionnée. Elle courrait partout, faisant tourner les pages poussiéreuses sur son passage. Les grains dorés du poussières l'entourait tel un aura mystique. Si au panthéon divin on cherché une nouvelle déesse des livres et du savoir, je savais qui proposais comme candidate...

Du moins le manège de livres, de feuilles et de papiers s’estompa au fil des bruits externes. Des bruis de fer, des cris, des...feulements?! On peut encore m'expliquer que fait un membre des félins! Toujours les mêmes, prêt à voler à la moindre occasion, il ne faut plus s'étonner de la mauvaise réputation des Animas après. 

Je profita d'un moment de répit pour appeler un des Animas qui s'occupaient de la tente. Vu son totem, et les verres cerclés d'or  qui cernaient ses grands yeux sombres, je parlais avec un membre de clan de la Chouette, (l'érudition est leur domaine de prédilection). Je lui transmit les livres en lui demandant si cela était possible de les amener dans la tente du Maître chaman Renard. 
Face à mon titre, le jeune homme (qui devait avoir quand même mon âge)  bafouilla un bref accord et tenta de déplacer la colonne de livres que je lui avait traîtreusement donné. Le pauvre... La pente jusqu'à la tente va lui sembler bien longue ...

Toutefois je coupa mes pensées sur le calvaire du pauvre porteur de livre quand le rabat de toile se leva sur une ombre.
Une Renarde? Ses oreilles typique de la mi forme anima semblait le prouver sans parler de la queue rousse qui balayait la tente de long en large. 
Mais le clan du Renard a largement été décimé durant la dernière guerre contre les Démons. Il ne doit rester plus qu'une cinquantaine de membres de la tribu en tout. Donc il est assez facile de faire le tour de tout le monde! Surtout dans ces grandes réunions...

Celle-ci s’avança tranquillement comme si nous nous sommes déjà rencontrés. En temps normal j'aurais du m'inquiéter. Les gens qui maîtrisent les sorts de métamorphoses et de déguisements ne courent pas les rues. Toutefois quelque chose me rassurait sur ces intentions. Un air de déjà vu, une lueur dans le regard, un éclat dans son aura....

Une fois qu'elle prit la parole, je commença à deviner qui se cache derrière ce masque de chair, cette tonalité, une intonation de malice...Tullia...

Selon les dernières rumeurs, que j'aurais entendu ces derniers jours, elle aurait disparue pendant un affrontement. Je n'avais pas fait attention à ces rumeurs, mais les proches du chef de clan des Renards m'avaient aussi affirmée de la soit disant mort de Tullia.
Le sentiment de peine que je portait en son nom s’effaça quand je compris que j'avais bien l'ex noble devant moi.

Les raisons qui l'ont poussées à se cacher me sont toujours inconnues mais j’acquiesca silencieusement quand elle nous proposa de parler dans un endroit sûr. Je leurs fit signe à Misao et à elle de me suivre et sorti de cette antre du savoir. 

Le soleil m'éblouit pendant quelques minutes comparé à la lumière tamisée de la tente mais je pris rapidement mes repères et me dirigea vers un endroit où nous serons jamais interrompu. Les anciennes ruines. 

En effet de nombreuses ruines datant d'un passé plus glorieux pour les animas et les humaines jonchées le plateau des Hopalus. Les Animas ne se risquaient jamais dans ces ruines car les effondrements étaient fréquents sans parler des histoires de fantômes qui hantaient soit disant ces lieux. 

Le camp des renards ne se trouvait qu'à quelques centaines de mètres de certaines ruines, de plus la végétation avait repris ses droits sur les pierres centenaires, permettant à des interlocuteurs d'avoir un lieu où parler en tout sérénité. Les buissons sauvages épineux évitaient toutes indiscrétions de certains individus.

Nous arrivâmes dans ce qui sembla être un ancien théâtre ou salle de débat. Les gradins en demi cercles étaient à présent envahit les gradins laissant la scène au centre aussi blanche que l'ivoire. 

**Nydrassil, prévient moi si tu sens quelqu'un venir**

**Bien mon capitaine!**

Je me sentais en sécurité, la nature est mon domaine de prédilection. De plus la forêt est comme mon berceau natale, j'y suis né non loin , j'y ai vécu et j'espère finir mes jours sous ses ombrages.  

Alors que le calme semblait reprend son emprise dans ces lieux, je me tourna vers celle qui semblait être Tullia. 


-J'imagine que les morts reviennent plus souvent à la vie qu'on le pense n'est ce pas Tullia? Qu'est ce qui vous amène ici, vu le mal que vous vous êtes donnée pour venir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misao
Vagabonde
Vagabonde
avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 08/12/2010
Age : 23
Localisation : Au milieu de ses livres

Feuille de personnage
Race: Vampire
Classe / Rang: Traître à sa race - bannie
Camps:

MessageSujet: Re: Vous avez dit dragon ? (Tullia/ Misao)   Ven 21 Juin - 9:06

Peut être y étais je allée un peu fort ... Je n'avais pas prit garde à Handoar qui commençait à se tasser au fur et à me sure que j'avais déposé un livre entre ses bras. Mais j'avais été tellement euphorique à l'idée que je puisse en prendre quelques uns, que j'avais perdu le compte des ouvrages.
Fort heureusement, il avait demandé à un garde de la "bibliothèque" de ramener tout le butin chez nous. Chez nous. Je souris en pensant à cette expression; a présent, j'avais un chez moi et je vivais avec la personne qui me faisait sentir vivante.
Cependant, en voyant la tête qu'avait affiché le soldat, je me retins de rire. Ses yeux s'étaient élargis, prenant ainsi la taille d'une orange, à l'idée de monter la côte qui menait à la tente du Shaman Renard avec un tel chargement. Malgré tout, il hocha la tête et s'exécuta. Bien courageux.

Je remis ma cape, rabattant la capuche sur les cheveux, afin de voir à quoi était dû cette perturbation à l'extérieur. Beaucoup de monde parlait à présent, formant un brouhaha qui devenait presque incessant. Je portais la main devant moi pour ouvrir la tente lorsque je fus contrainte de reculer. Une femme aux longs cheveux bruns, protégée d'une ombrelle se tenait dans l'antre de la "bibliothèque", une queue rousse battant l'air derrière elle. Une Renarde ? Ile me semblait de ne jamais avoir vu cette femme dans nos rangs depuis mon installation dans le camp. Elle affichait un sourire des plus éclatant, fanfaronnant qu'elle était ravie de nous revoir.
Cependant, ce n'état pas mon cas puisque je ne l'avais jamais rencontrée, j'en étais plus que certaine. Mais peut être que Handoar la connaissait. Cette pensée me fit soudainement devenir toute drôle. Une colère sourde commença à monter en moi et je me sentais sur la défensive. De la jalousie ? Qui ne le serait pas en voyant cette femme qui aurait fait tomber bien des hommes d'un seul regard ? Cependant, je gardais l'espoir qu'il ne l'ai jamais connu.

Espoir qui fut aussitôt détruit lorsque, après une demande de la jeune femme pour aller discuter ailleurs, il lui demanda de la suivre d'un signe de la main. Signe qui s'adressait également à moi car la femme m'avait autorisée à les accompagner. Je les suivis, le livre sur les dragons dans les bras, méfiante, restant à l'écart. Dans les fourrés je perçus un pas que j'aurai reconnus parmi tant d'autres. Une petite boule noire éclairée de deux billes d'un turquoise soutenu sortit d'un buisson, quelques feuilles étant encore accrochées à son pelage.

J'ai raté... maugréait-elle en martelant la terre de ses petites pattes

Je fronçais les sourcils. Avait-elle raté d'emprisonner un rongeur entre ses crocs ? Dans le doute, je préféra demander.

Quoi donc, Minuit ? 

Elle appuyait tout son poids sur le sol, bien que celui ci fut trop puissant pour ne subir ne serai-ce qu'un craquèlement. Elle avait beau être une anima vampirisée depuis plusieurs années sous sa forme de chaton, elle restait cependant une enfant et dotée de peu de forces.

Une femme vient d'arriver dans le camp, souffla-t-elle. Elle me paraissait louche, je ne l'ai jamais vue. J'ai essayé de chopper son sac. Raté.

Je reporta mon regard sur la jeune anima qui avançait derrière Handoar à quelques mètres devant moi. Son sac se balançait suivant ses pas. 

Cette femme là ? m'enquis je auprès de Minuit en la désignant d'un signe de tête; ce à quoi mon amie répliqua en se hérissant. 

Avant qu'elle ne détale pour assouvir sa vengeance, je la retins par la peau de son coup, et la garda dans mes bras, caressant son front pour l'apaiser. Ce qui ne l'empêchait pas de griffer l'air avec ses pattes dans le but de se libérer de mon étreinte de fer. Pas assez forte encore...

Calme toi, dis-je en riant - son comportement était des plus comiques - Handoar la connait apparemment, tu n'as pas à t'attaquer à elle. C'est une invitée.

Et toi, que t'inspire-t-elle ? bougonna Minuit en se résignant à se débattre.

Je ne répondis pas et lâchait mon amie qui se réceptionna sur ses quatre pattes sur l'herbe sèche. Elle ondula sa frimousse, se débarrassant des dernières feuilles accrochées à son pelage.

File, ordonnais-je en désignant les fourrés d'un geste de la main. Rentre et que je ne te revois plus dans le coin pour l'instant.

Minuit savait qu'elle avait touché un point sensible. Cette jalousie que je n'avais jamais eu à ressentir avant. Sans un mot, elle s'exécuta. Je savais cependant, qu'elle resterait dans les parages à écouter, tant qu'elle respectait ma consigne.

Handoar s'arrêta au beau milieu de ce qui devait être un ancien théâtre ou oratoire en marbre blanc. Les colonnes étaient tombées, se bridant en des morceaux bien distincts qui informaient de la façon dont elles avaient été montées. Je regardais l'horizon; le soleil semblait avoir disparu, de sorte que le temps devins gris sans pour autant perdre sa clarté. Il n'y avait aucun danger pour moi, je me décidais donc à retirer ma capuche et m'assis sur le morceau d'une colonne. Mes pieds ne touchaient même pas terre.

Mon compagnon se tourna vers la jeune anima en affichant un sourire et lorsqu'il prononça le nom de "Tullia", je ne pus retenir ma surprise. J'observais de nouveau la jeune femme qui n'avait pourtant rien à voir avec la Tullia que nous avions rencontrées quelques mois plus tôt et dont nous n'avions eu plus aucunes nouvelles depuis. Chacun avait conclu la même chose. La disparition définitive de la chancelière. Je me sentais honteuse d'avoir été jalouse d'une  femme tellement importante. Je lui adressais un sourire et un hochement de  tête solennel afin de la saluer. 
Posant mon livre sur les dragons à côté de moi, j'attendais la réponse de la femme à la question d'Handoar.
Peut être que le projet des Dragonniers n'avait pas été abandonné ?

_________________


Minuit:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tullia Estrama Von Raijer
Fonda Suprême ( adorée )
Fonda Suprême ( adorée )
avatar

Messages : 787
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 28
Localisation : En pleine sieste ....

Feuille de personnage
Race: hybride Haut Dragon/humain
Classe / Rang: Duchesse humaine, Conseillère Diplomatique Royale
Camps: Equilibre

MessageSujet: Re: Vous avez dit dragon ? (Tullia/ Misao)   Mar 25 Juin - 13:15

Handoar et Misao, bien que dans un premier très surpris, comprirent très vite. Tout du moins, Handoar. Car pour Misao, je sentis une très forte animosité à mon égard. Son aura était presque meurtrière. Etait elle jalouse ? Cela me fit sourire encore plus. Handoar nous montra le chemin, et je le suivis avec Misao derrière. Même si je ne la voyais pas, je pouvais sentir tout le mal qu'elle pensait de moi. Mais bon, la jalousie et les vampires, ça ne fait jamais bon ménage. Cela me faisait penser qu'il allait falloir que je m'occupe d'une affaire de vampire, dans la région. Un village a été attaqué il y a peu, presque une cinquantaine de personnes étant mortes mordues par l'un d'entre eux. Ou plusieurs, qui sait. Enfin, cette affaire, je m'en occuperais après celle ci.
Nous arrivions, après plusieurs longues minutes de marches, dans des ruines de l'ancienne civilisation ayant vécu sur ces plaines. Sur mes gardes, bien que gardant le sourire, je laissais mes sens explorer les alentours. Personne... Pas de démons, d'animae ou encore d'humains. L'endroit était sûr pour de confessions. Pour le moment. Nous étions dans un ancien amphithéâtre à ciel ouvert, là où nos paroles rebondissent dans un écho peu rassurant. En temps normal ce ne serait pas cet endroit que je choisirais. Mais bon, il n'y a personne. Rapidement Handoar prit la parole, et qu'il me dit me ravit. Je me tournais vers lui, toute souriante et pleine de malice.


" Ha ha ha ! Tu devrais savoir mieux que personne, Handoar, qu'on ne me tue pas aussi facilement, à moins que je ne le veuille. "

Sur ces mots, je repris ma forme usuelle. Des cheveux blancs, pas d'oreilles ni de queue de renards. Mes habits restèrent néanmoins les mêmes, tout comme mon attitude. Je n'avais cependant pas fait apparaitre mes cornes ni mes ailes, ceux ci n'étant pas nécessaires. Cependant, s'ils osaient me demander comment et pourquoi, je n'hésiterais pas à leur faire confiance, et à leur montrer ma vraie nature. Je me tourne vers Misao, lui lançant un regard encore plus rieur qu'avant. Je ne pus m'empêcher de lui faire une remarque sur son attitude de plus tôt.

" Misao, tu peux calmer ton aura meurtrière, tu sais. Jalousie n'est pas bonne conseillère, et je peux t'assurer que tu n'as rien à craindre de ma part... "

Je marchais lentement dans cet amphithéâtre, regardant les alentours. Bien calme, la verdure reprenant ses droits. Je me vois bien vivre plus tard, dans ce genre de ruines. Les hantant comme une âme en peine, ou comme un monstre sanguinaire, selon mes humeurs. Cela pourrait s'avérer amusant. Mais avant de voir aussi loin dans le futur, il me fallait m'occuper du présent. Suite à ma petite remarque à Misao, je continuais mon petit discours, leur expliquant ce qu'ils devaient sans doute déjà savoir.

" Si vous me voyez ici, c'est que vous devez vous douter de la raison qui m'a amené à vous contacter. L'heure est enfin venue ...."

J'avais retrouvé mon sérieux, à présent. L'affaire l'était, et il fallait faire attention aux conséquences de chaque parole et chaque acte. Ma voix se fit plus posée et froide, comme lorsque je parlais affaire au palais.

" Tous les pions se sont mis en place, tous les préparatifs possibles sont effectués. Il ne reste plus qu'à commencer l'entrainement. J'espère que vous êtes tous les deux toujours intéressés par ma proposition."

Je me tournais vers eux, plantant mon regard devenu intense sur eux. Leur réponse était tout ce que j'attendais. J'espérais qu'elle ne serait pas négative. Mais, si elle l'était....

_________________

-Fonda Suprême (adorée), pour vous servir ~.....

Dragon form :
Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shrikan.deviantart.com/
Handoar
Grand Shaman
avatar

Messages : 414
Date d'inscription : 12/11/2010
Age : 24
Localisation : La ou je suis ....

Feuille de personnage
Race: Anima-Vampire
Classe / Rang: Maître Chaman
Camps: Equilibre

MessageSujet: Re: Vous avez dit dragon ? (Tullia/ Misao)   Sam 6 Juil - 9:40

Jouais-je la pièce de ma vie ? Je l'ignorais sur le moment et je l'ignore toujours... Le destin est parfois tortueux.

Suite à ma remarque, Tullia ria de bon coeur  avant de prendre sa forme que nous connaissions tout les deux, Misao et moi. Combien de formes, de déguisements et autres sortilèges possèdent-elles dans son sac ? Je l'ignore et je ne veux pas le savoir.

Tullia semblait légèrement inquiète par le lieu que j'avais choisi pour discuter. Certes notre voix rebondissait et s'amplifiait selon des techniques ou magies qui me sont inconnues.

Toutefois, l'endroit était plus que sûr. Les démons et autres formes fourbes ne viennent jamais ici, de plus la nature est mon domaine, la présence d'un quelconque curieux sera de suite découverte. La nature était mon berceau, l'effet de surprise est donc bannie pour moi.

Après avoir réagit avec humour à ma remarque, notre interlocutrice se tourna vers Misao et lui signala que sa jalousie était vaine. Jalousie ?! Je n'avais pas ressenti de la jalousie chez Misao ou du moins je n'avais pas fait attention. J'étais trop préoccupé à trouver un endroit propice à notre discussion.
La jalousie...Misao était donc jalouse de me voir discuter avec une autre femme? Cette information me paraissait étrange, jamais je n'avais pensé cela. Tromper Misao ou séduire une autre femme qu'elle, me paraissait décalé, voir absurde.
Cette réflexion me laissa pensif, serais-je jaloux si un homme séduisait Misao? Je l'ignore mais sûrement que ma réflexion sera légèrement brutale...

Mes yeux dans la vague se figèrent alors vers Tullia. Celle-ci s'avança tranquillement vers le centre de l'estrade, examinant tranquillement les lieux. Comédienne ou non ses paroles seront sûrement intéressantes. Et elles le furent...


En effet, Tullia revint sur le thème que nous avions débattus, il y a plus d'un an déjà. Les dragonniers... A l'époque cette offre me paraissait légèrement utopique. Un accord avec les dragons...
Les dragons ont toujours été considéré comme le peuple le plus hautain que nous connaissions. L'orgueil et l'honneur sont deux valeurs qui m'ont toujours semblées  être essentiel à leurs yeux. Toutefois, l'utopie et le rêve semblait prendre forme dans le monde réelle...

Les questions fusèrent dans ma tête. Qui dirigera cette ordre? Comme va se passer la formation? Ou celle-ci va se passer? Quelles seront les pouvoirs spécifiques du dragon et son dragonnier? Et surtout contre quoi et qui va combatte l'ordre?

Je marcha pensivement autour de la scène en réfléchissant à chacun de mes mots. Ce n'est pas un choix simple, ni anodin.  
Je regarda avec inquiétude Misao, que va-t'elle choisir ?  Cette vocation ne risque-t'elle pas de la menacer encore plus? Voir de mourir pour cette cause ?!

Jamais, au grand jamais, pour n'importe quelle ordre ou organisation du monde je n'accepterais cela. Je préférais mourir ou vendre mon âme à un nécromancien qu'accepter cette inévitable destinée.

Je pris alors une inspiration et me tourna vers Tullia, ces yeux nous fixait avec intensités, craignait-t'elle un refus de notre part ? Je l'ignore. Tullia est une des rares personnes sur laquelle mon pouvoir d'empathie reste inefficace.


-Tullia...J'accepterais avec plaisir ton offre, toutefois différents points assez floue selon moi. Tout d'abord que compte-tu faire de nous? Et surtout contre qui ou quoi la cause de l'ordre sera?

Je fixa avec Tullia avec intensité, marcha lentement comme le font parfois les bêtes sauvages, se dévisageant avec attention. Je repris alors d'une voix que je voulais dénuée de sentiments.

-C'est un choix grave que tu nous proposes Tullia, notre vie ou celle des personnes qu'on aime peut être changer à cause de cela.

Je jeta un regard rempli d'affection vers Misao, seulement vingt hivers sont passés depuis ma naissance mais je me sentais aussi vieux que le monde.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misao
Vagabonde
Vagabonde
avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 08/12/2010
Age : 23
Localisation : Au milieu de ses livres

Feuille de personnage
Race: Vampire
Classe / Rang: Traître à sa race - bannie
Camps:

MessageSujet: Re: Vous avez dit dragon ? (Tullia/ Misao)   Sam 13 Juil - 19:48

Voir Tullia sous cette forme m'était beaucoup plus familière et surtout rassurante. Je me sentais stupide.. Stupide d'avoir été jalouse d'elle. Ce sentiment était tellement nouveau, cette montée de colère lorsqu'une belle inconnue s'approchait de lui, l'envie de... Je secouais la tête de gauche à droite en fermant les yeux. Je n'étais pas une assassin tout de même. J'attendis un instant ainsi, sans bouger, histoire de refouler ces envies meurtrières non fondées envers Tullia.
C'est alors que je sentis l'aura de Handoar bouger et je comprit qu'il posait ses yeux sur moi.

Ouvrant les yeux, je les plaçais en direction du ciel. Suite à la remarque de Tullia sur ma jalousie, il avait forcément comprit. J'affichais un regard innocent alors qu'il semblait réfléchir à cette situation. Moi jalouse ?! Naan. Pas du tout ! Cependant, de mon côté, le sujet de la jalousie me travaillait. Handoar le serait-il si un autre tentait de gagner mon coeur ? Sûrement. Il était aussi possessif que moi envers ce qui nous est le plus cher. Et puis, celui qui tenterai quoique ce soit, ne s'en sortirai pas indemne: ne jamais s'attaquer à un vampire amoureux.

Tullia chassa en quelques mots mes pensées en prononçant un seul mot: dragonnier.
A l'entente de ce son, j'au l'impression que mon coeur commençait à battre dans ma poitrine. Le projet n'était donc pas tombé à l'eau ? Je me sentais emplie de joie, à tel point qu'un sourire se dessina sur mes lèvres rouges. Mon regard glissa vers Handoar. Il avait les épaules d'un dirigeant, je le savais, et il ferait un parfait professeur ou meneur. Quant à moi, mon choix était fait, depuis longtemps.
Je voulais être utile. Je voulais servir les mondes et prouver à tous que les vampires - ceux qui m'étaient semblables en terme de pensées - que les alliances entre tous les peuples pouvaient être possibles. Je m'apprêtait à répondre lorsque Handoar me devança, acceptant la demande de Tullia. Je souris, j'en étais certaine. D'autres questions firent leur entres en scène et mon compagnon avait raison de les poser.
C'était une décision importante. Mais elle ne risquerai pas de m'éloigner de Handoar. Car une fois de plus, sans nous concerter, nous faisions des choix qui nous maintenaient ensemble.

Je me levais et inspirait un bon coup. Il était temps d'annoncer ma réponse.

J'accepte également, dis je. Je suis partante pour devenir Dragonnier et à apprendre toutes les connaissances que ça implique.

Je regardais Handoar. Qu'en penserai-il ? Craindrait-il pour ma vie ? Je défendrait les terres comme il le faudrait. Mais jamais je ne voudrais le quitter. Il me regardait tendrement, mais en proie à une tristesse profonde. Il paraissait avoir vécu mille ans. Je saisis son poignet et lissait une ride de son front qui apparaissait sous son froncement de sourcil de mon autre main pour lui signifier qu'à mes yeux, jamais il ne vieillirai.
Puis, je me tournait vers Tullia.

Quand la formation des Drgonnier débutera ?

Décidément, j'avais vraiment du mal à cacher mon impatience..

_________________


Minuit:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tullia Estrama Von Raijer
Fonda Suprême ( adorée )
Fonda Suprême ( adorée )
avatar

Messages : 787
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 28
Localisation : En pleine sieste ....

Feuille de personnage
Race: hybride Haut Dragon/humain
Classe / Rang: Duchesse humaine, Conseillère Diplomatique Royale
Camps: Equilibre

MessageSujet: Re: Vous avez dit dragon ? (Tullia/ Misao)   Dim 21 Juil - 14:18

Je souriais devant les deux réponses si différentes que j'avais. D'un coté, le scepticisme d'Handoar, et de l'autre l'enthousiasme de Misao. Je leur répondis sur un ton amusé, tout en m'asseyant sur les pierres de l’amphithéâtre.

" Tant d'attentes et de questions, je comprends bien... "

Je réfléchissais un instant, faisant le tri dans toutes les choses que j'avais à dire. Je décidais de m'occuper en premier d'Handoar, dont l'anxiété se devait d'avoir une réponse. Pas forcément pour le rassurer, mais au moins pour qu'il sache la vérité. Je repris donc al aprole au bout de quelques longues seconde, sur un ton beaucoup plus sérieux. En répondant, je fixais tour à tour Handoar et Misao, cette réponse les concernant tous les deux.

" Et bien entendu que c'est un choix grave. Ne penses tu pas que je n'en ais pas conscience ? Toute chose a un prix, quel qu'il soit. Je ne peux garantir la sécurité, car ce travail met notre vie sur la ligne, ainsi que celle des autres qui nous sont proches."

Mon visage s'assombrit un peu plus, tout comme mon regard qui devint plus froid. Ce concept était peut être dur à comprendre pour eux. Mettre sa vie en jeu et celle des autres, avec une non garantie de succès. J'essayais de leur faire comprendre que je parlais en état de cause, en leur faisant rapidement part de mon expérience.

" Je parle peut être de cela à la légère pour vous, mais sachez que ma vie est ainsi depuis plus de 1500 ans. Alors oui, pour moi la mort n'a pas grande importance, et pour résoudre le problème de mes proches, je n'en ai plus depuis belle lurette. Car je préfère mourir seule en faisant ce que je crois juste, que de ne pas faire ce qui est juste par peur de la mort, ou voir ceux qui me sont chers mourir à ma place. De plus, mourir n'est qu'un moment à passer. Le fin d'une vie, et le début d'une autre. Il faut relativiser un peu."

Je souriais et riait doucement. Oui, la mort n'avait pas pour moi la même dimension que pour la plupart des mortels. Premièrement parce que le Dieu de la Mort Ethan est mon ami, et deuxièmement parce qu'ayant combattu tant de temps, la Mort est devenue ma compagne de tout les jours, et je ne la crains plus depuis longtemps. Elle est au contraire pour moi, une sorte de douce finalité, une promesse de paix amplement méritée. Mais, au plus profond de moi, je me doutais que je n'aurais jamais cette mort souhaitée...
J'haussais des épaules, reprenant un peu mon sérieux.


" Enfin, je ne vous oblige à rien, mais je ne vais pas non plus vous cacher les risques. Car obtenir les pouvoirs que vous pourriez obtenir en tant que dragonniers, implique autant de dangers que de devoirs. Si vous n'êtes pas prêts pour ça, alors il est inutile de tenter l'aventure."

C'était une vérité, et il ne fallait surtout pas qu'ils se fassent d'illusions dessus. Sinon, cela pourrait être une catastrophe pour eux, autant que pour la guilde.

" Pour revenir à l'essentiel, les dragonniers vont avoir deux missions. La première, c'est nettoyer Aratanye des forces maléfiques en devenant une autorité comparable à celle des Gardiens, mais avec l'action auprès des mortels en plus. La deuxième mission sera une mission de surveillance des frontières de l'Est et du Sud, là où les Démons, Vampires et Drows se trouvent. Cela permettra de réguler les conflits, grâce à une force dissuasive importante."

Cela faisait beaucoup comme ça, mais j'avais mon plan d'action en tête. Et puis, ce n'est pas comme s'ils allaient être tout seul. j'allais aussi mettre mon gros grain de sel, en arrangeant les choses à ma manière. Je continuais, pensant à un autre point tout aussi important à mes yeux.

" Mais l'autre rôle plus secondaire, et néanmoins important, est de prôner une acceptation raciale. Montrer que les différents peuples peuvent s'entendre et travaille ensemble, autour d'un même idéal de paix et de Justice."

Il était temps à présent de répondre à Misao, qui dans sa question respirait l'impatience. Cela m'amusait un peu. Avec le temps, j'avais appris à faire les choses au bon moment, et ne pas céder à la précipitation. Sauf si cela peut dérouter ou prendre au dépourvu l'adversaire. Je répondis à sa question, même si elle risquait d'être un peu déçue par le temps à mettre.

"Pour le début des festivités, il faudra attendre encore un bon mois. Je dois continuer à chercher des dragonniers potentiels, chasser quelques vermines dans le nord, et faire l'état des lieux pour les forêts de l'Ouest, avec les Sylvains. Après cela, l'entrainement pourra commencer. Mais je vous préviens, il sera très long, et dur. Le succès de ce plan est sa discrétion. Alors il y aura plusieurs règles à suivre."

Je les regardais à présent, attendant leurs réponses et leurs avis.

" Est ce que j'ai bien répondu à toutes vos questions ? "

_________________

-Fonda Suprême (adorée), pour vous servir ~.....

Dragon form :
Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shrikan.deviantart.com/
Handoar
Grand Shaman
avatar

Messages : 414
Date d'inscription : 12/11/2010
Age : 24
Localisation : La ou je suis ....

Feuille de personnage
Race: Anima-Vampire
Classe / Rang: Maître Chaman
Camps: Equilibre

MessageSujet: Re: Vous avez dit dragon ? (Tullia/ Misao)   Ven 26 Juil - 18:52

Je dévisageai les deux femmes. Tant de volontés et de rêves elles possédaient! Croyez-elles vraiment qu'une alliance de toutes les races contre les dessins maléfiques de certaines entités est possible? Pour ce que nous savons de l'histoire de notre jeune monde, une alliance de ce genre n'a jamais exister ou alors est issue de légende.

Je me tourna vers Misao. Son enthousiasme et sa volonté de participer à ce chantier titanesque me déchira le coeur.
Ce guilde de dragonnier ne risquait-il pas de briser la volonté et les rêves de ma bien aimée en cas de déchéance de celle-ci? Que se passerait-il si cette guilde la changeait dans sa nature la plus profonde ? Si elle était capturée par des entités aussi viles que tordues?


J'avais peur...Pas pour moi, la peur n'était plus cette angoisse qui me hantait quand j'étais plus jeune.
La vampirisation et le retour à mon être premier m'avaient fait beaucoup réfléchir sur la mort et la fin de mon existence.
En tant que Chaman, mon esprit aurait droit une activité aussi active que pendant ma vie sur terre mais je ne voulais pas accéder à ce stade rapidement.
En effet j'avais peur pour mon peuple, pour ce monde, pour elle...

Mon regard s'assombrit pendant les explications de Tullia, des batailles et du sang devront s'écouler à nouveau c'est inévitable.
L'équilibre primaire ne serait plus q'un lointain souvenir. Décidément notre monde vivait une période des plus troubles.

Je me déplaça lentement, écoutant lentement les explications et propos de Tullia. Ces paroles étaient justes et ces valeurs nobles.
Mais combien de temps résisteront-elles aux interprétations et au fanatisme ? Combien d'hommes, de femmes et d'enfants seront tuées au noms de ces valeurs? Je n'avais plus confiance en eux pour honorer durablement ces valeurs.

Je me sentais déchiré...
D'une part mon rôle de chaman me disait de rester auprès de mon peuple pour lui permettre de le guider avec les autres chefs et chamans vers un avenir sain et sûr. Dans un monde dévasté, ma place était avant tout auprès des êtres de mon sang.
De l'autre part, mon coeur et tout mon être me disait de suivre celle que j'aimais pour la protéger mais aussi protéger le coeur de cette nouveau foi dans les races et les liens qui peuvent les unir.


En effet ces valeurs et doctrines ne seraient que bénéfiques pour les hommes et les femmes de ce monde si celles-ci n'étaient pas corrompus ni traîné dans le sang et la boue. Je pourrais tenter de protéger celle que j'aime mais aussi cette terre qui m'a mis au monde.
Ces deux choix correspondaient à mes croyances chamaniques mais ces deux voies me tendaient vers deux destins différends.


Je respira lentement et sentit le poids s'abaissait sur mes épaules quand Tullia répondit à Misao que l'entraînement commencerait dans un mois seulement. Cela me donnait plus d'une lune pour réfléchir sur mon avenir.

-Tullia... La mort n'est pas un problème pour moi. Ce n'est qu'une étape à passer parmi tant d'autres. Le danger je l'affronte avec joie. Toutefois une seule chose me fait encore hésiter. Tullia comme tu dois le savoir, je ne suis pas seul. Mon peuple, mes frères... Ils sont un des deux essences qui rythment mon existence. La première tu peux la deviner sans peine. Ma place est aussi à coté d'eux Tullia...

Je laissa un long silence s'installais dans ce théâtre de pierre pour permettre à mes paroles de prendre tout leurs sens auprès de mes interlocutrices. Car oui, ces paroles étaient aussi adressées à Misao. Je voulais aussi lui faire partager ce dilemme qui me tourmente.

-Toutefois les valeurs que tu portes à cette institutions sont plus que honorables. Mais il faut encore que certains points soient éclaircis pour que je puisse faire mon choix. Que veux-tu dire par nouveaux pouvoirs? Quelles rôles veux tu que nous jouons tout les deux dans cette guilde ? Pourquoi nous ? Je sens que Misao est de tout coeur plongé dans cette aventure. De mon coté cela reste une question de choix. Mais ne t’inquiètes pas une fois mon choix fait, je me tiendrais à celui-ci.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misao
Vagabonde
Vagabonde
avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 08/12/2010
Age : 23
Localisation : Au milieu de ses livres

Feuille de personnage
Race: Vampire
Classe / Rang: Traître à sa race - bannie
Camps:

MessageSujet: Re: Vous avez dit dragon ? (Tullia/ Misao)   Sam 27 Juil - 13:49

Tullia répondait sans aucun difficultés à toutes les questions que nous nous posions et j'avais la sensation que mes yeux se remplissaient d'étoiles. La perspective de devenir Dragonnier me faisait afficher un sourire jusqu'aux oreilles. Les dragons étaient des créatures majestueuses, puissantes et incroyablement impressionnantes. En monter un serait un honneur ! De plus, ce que je souhaitais par dessus tout, était la réunion de toutes les races et paix dans les mondes. Trop de sang avait coulé jusqu'ici et trop de déchirement entre les races avaient été opérés. Il fallait remédier à ça et la Guilde serait là pour s'en charger. Je voulais sans aucun doute en être.

Je tourna mon regard vers Handoar pour lui en parler. Cependant, mes prunelles ne rencontrèrent que des yeux emplis de tristesses et de tourments. Mon sourire s'effaça instantanément, comme à chaque fois que je le voyais en proie à des débats internes. Je devinais que ça avait un lien avec moi. Ses prunelles, d'habitude allumées d'une étincelle que j'aimais tant - la même que celle qu'il avait en venant me voir ce matin suite à la réunion -, avaient viré au sombre. Je pouvais même percevoir le commencement de quelques larmes qu'il ne laisserait jamais couler. Etre heurtée à une telle tristesse me poignarda le coeur.
Je n'étais pas doutée du pouvoir de lire dans les pensées comme lui l'était; il m'était donc impossible de savoir qu'est ce qu'il le chagrinait à ce point.

Cependant, Handoar était mon compagnon et je le connaissais mieux que quiconque, bien que je n'ai pas encore découvert tout sur lui. Il fallait que je réfléchisse. Me détournant de son regard, je me mit à faire le lien entre les paroles de Tullia et la réaction de mon compagnon. Celle ci parlait de la mission des futurs Dragonniers. Nettoyer, remettre en place ... La Guilde serait une force importante, au même niveau que les anciens Gardiens. Ces derniers avaient d'ailleurs donnés leurs vies pour la protection des terres. Je relevais les yeux, ayant trouvé le lien. La peur n'était pas quelque chose que Handoar montrait facilement, cependant, lorsque quelque chose le tourmentait, son expression changeait et il se posait des questions que moi même je ne pouvais concevoir. Il était l'adulte, réfléchit et posé, et j'étais l'enfant, émerveillée et imprudente.

Tullia continuait d'expliquer, annonçant que l'entrainement débuterai dans un mois à peine. Une boule d'impatience se forma dans ma poitrine tandis que le regard de mon compagnon s'assombrissait un peu plus. Il prit la parole au bout de quelques minutes. Les paroles d'adressaient à Tullia, cependant, je percevais qu'à travers elles il me faisait comprendre qu'il était déchiré entre deux choix: moi ou son peuple. Voilà donc ce qui le rendait si sombre. Handoar était attaché à son peuple mais la raison de son hésitation prouvait qu'il était attaché à moi à un tel point qu'il remettait en cause son destin. Et le mien.
Je me sentais égoïste. J'avais choisi ma voie, certaine que nous nous y engagerions ensemble. J'avais tord.

L'avenir me réservait des batailles, des morts et beaucoup de sang. J'étais habituée à ça depuis ma seconde naissance en tant de créature de la nuit. Je n'avais pas peur de la mort me concernant, pour lui si. Cependant, si je n'avais pas choisi de rentrer dans la Guilde, mon avenir aurait-il été différent ? Handoar était la seule raison qui me faisait vivre. Où il allait, j'allais. Mais cette fois ci, une force inexpliquée me poussait à suivre le projet de Tullia.
Mon compagnon parla de son doute à Tullia, lui demandant pour quelles raisons nous avait elle parlé de ce projet en premier. Je ne m'étais jamais posé la question. Avait-elle une raison précise ?
Je ne me rendis pas compte que je réfléchissais tout bas, murmurant à moi même:

Que vais je faire ? Je dois aider les terres, j'ai besoin d'aider, mais ... il ... Non, ma décision est prise. Il a toujours su que je voulais être intégrée ... Je ...

Je les regardais tous les deux. Tullia m'inspirait confiance et j'avais envie de la suivre dans cette aventure.
Je soupirai et haussais un sourcil. Décidément, je ne savais pas si elle avait eu la bonne idée en proposant ce projet à deux amoureux ...

_________________


Minuit:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tullia Estrama Von Raijer
Fonda Suprême ( adorée )
Fonda Suprême ( adorée )
avatar

Messages : 787
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 28
Localisation : En pleine sieste ....

Feuille de personnage
Race: hybride Haut Dragon/humain
Classe / Rang: Duchesse humaine, Conseillère Diplomatique Royale
Camps: Equilibre

MessageSujet: Re: Vous avez dit dragon ? (Tullia/ Misao)   Mar 30 Juil - 8:11

Handoar était extrêmement soucieux. Son tiraillement était justifié, mais si cela continuait, sa participation allait être remise en cause. Même si j'ai besoin de dragonniers, je ne peux me permettre de prendre des gens qui ne seront qu'à moitié dans l'histoire. Trop de vies sont en jeu pour qu'on laisse la moindre place à l'erreur. Mes réponses l'avaient plongées dans une grande réflexion, et c'est tout aussi lentement et avec prudence qu'il nous fit part de ses doutes. Je pouvais comprendre ce qu'il voulait dire, mais pour ma part j'avais renoncé à ce genre de choses depuis des années. Certes, le cas de la régence d'Aratanye pourrait être considéré comme une entorse à la règle. Mais à cette époque là, j'avais renoncé à être ce que j'avais toujours été. Et maintenant, je retournais en arrière, devenant de nouveau cette arme vivante.
Je préférais le prévenir que je ne pouvais accepter de demi-mesures. Pour Misao je ne m'en faisais pas, ses yeux brillants trop d'enthousiasme pour laisser le moindre doute. Même si elle s'était mise à penser à voix haute, mise en doute par la réponse de l'Animae, je pouvais être sure qu'elle allait me donner une réponse positive. Plongeant mon regard dans celui d'Handoar, je lui répondis pour le mettre en garde.
 

" Handoar, je comprends tes inquiétudes. Mais c'est à toi de faire un choix, car tu sais très bien tout comme moi que pour bien faire l'un, on ne peut faire l'autre. Du moins pour le moment. Et je ne veux pas dans mon équipê quelqu'un qui n'est pas capable de se donner à fond, ou bien qui est trop souvent distrait par ses autres responsabilités. "
 
Mais ce n'était pas la seule chose pour laquelle je me devais de le mettre en garde. Je craignais qu'il ne prenne la décision pour Misao. Même si c'est par amour, je ne peux supporter l'idée qu'un mâle prenne le choix pour une femme, qui est tout à fait capable de prendre cette décision toute seule et pour elle même. Cela sonne extrêmement féministe pour cette époque, mais cela faisait partie des choses que je voulais que l'on respecte dans la guilde. La parité était de mise, et le moindre masochiste qui osera la ramener se retrouvera puni en conséquence. Et pas une punition légère, je peux le garantir.

" " Et pour ce qui est de Misao, car je sais bien que c'est elle dont tu parles, elle est bien assez grande pour s'occuper d'elle même, et pour faire ses propres choix. C'est une vampire, je te le rapelle, et un prédateur de choix. De toi à moi, je dirais que c'est plus toi qui est en danger dans cette affaire, pas elle."

J'étais dure au niveau de mon jugement, mais je voulais être claire. Aussi gentil et sympathique que me parait Handoar, il y a certaines choses qui ne pourront passer. Cependant, cela reste de l'affectif, et je peux lui pardonner pour cela. Voulant passer à autre chose, et répondre aux autres questions d'Handoar qui tiennent d'un registre différent, je fermais la parenthèse sur ce sujet. 

" "Ces réflexions, je les laisse à vous seuls, je vous fais confiance à ce niveau. Pour ce qui est des détails technique, c'est une autre paire de manche."

Il avait posé une question intéressante. Cependant, je ne pouvais vraiment y répondre de manière précise, car je n'en savais pas plus moi même. Je tentais de lui répondre du mieux que je pouvais, leur faisant bien comprendre que je n'avais pas réponse à tout pour ce cas délicat et imprévisible.
 
" " Vous devez avoir entendu parlé du principe de l'Equivalence, aussi connu sous le nom plus vulgaire de donnant-donnant. En passant un contrat magique avec le dragon, car c'est bien un genre de contrat dont il s'agit, vous leur donnerez quelque chose, et eux une autre. Ce que ce sera, je n'en sais absolument rien. Tout ce que je sais, c'est que les dragons sont des êtres magiques puissants, et le tribu sera certainement lié à cela. Je ne peux prédire avec exactitude ce que ce sera, je ne peux que donner une idée générale. Ce sera.... La surprise, en quelque sorte ~ ! "

Je riais doucement, attendant moi même avec une certaine impatience les résultats. Ce que les dragonniers recevront pourra sans doute s'avérer utile pour la guilde. Enfin, à partir du moment où ils sauront s'en servir. Handoar avait posé une autre question intéressante, qui était aussi difficile à répondre. Les rôles étaient multiples, et pouvaient changer avec l'avenir. Je ne peux que leur donner une idée générale, sans de cas précis pour eux.
 
" " Pour ce qui est de votre rôle, il est multiples. Vous serez des combattants, des ambassadeurs de votre race et de la guilde, vous serez un symbole. Les rôles sont autant multiples que complémentaires, et tous rassemblés en chaque individu."

Je me mis à les regarder avec des yeux brillants, et un affichais un sourire malicieux. Il y avait une question sous jascente à celle-ci, et si ce n'était pas le cas il devait sûrement se la poser secrètement. Je me devais d'aborder le sujet, afin de les rassurer (ou pas).  

" "Mais, si la question est "pourquoi vous", je dirais que c'est parce que je vous fais confiance, et que je sais quelle vérité se cache en vous."

Je jetais un regard à Misao, puis à Handoar au fur et à mesure que je continuais.  

" " Toi Misao, tu es une vampire, mais une vampire qui aspire à la curiosité et à l'entente raciale. Toi Handoar, tu es un membre respecté des Animae, et je te connais assez par le passé pour savoir ce à quoi tu aspires, et ta nature profonde. C'est aussi parce que je te connais "d'avant", que je peux te faire confiance "maintenant". Fu fu fu ~ ! "

Cette petite allusion, je ne savais pas s'il l'avait saisi. Car il est vrai qu'il m'a connu en tant que Gardienne, même si c'était pour un temps très court. Je les avait aidé lors d'un raid des humains sur leur peuples, et il était présent alors. Plus jeune, plus innocent et naïf, mais c'était toujours lui. Je me demandais s'il se doutait de qui j'étais avant. Peut être lui dirais je, rien que pour m'amuser de sa réaction.
J'abordais un autre sujet, me tournant vers Misao. Je voulais bien lui faire comprendre que le choix lui appartenait, à elle et à elle seule.
 

" "Et Misao... Ce choix est le tien, et le tien uniquement en tant qu'individu à part entière. Tu es une femme forte, tu n'as psa besoin d'un mâle pour dicter tes choix. Que tu l'aimes ou non, tu le sais très bien au fond de toi. Après tout, c'est aussi dans ta nature de vampire... "

Je souriais légèrement. Ô que oui les vampires sont des prédateurs par excellence. Pour être en pleine campagne de nettoyage en ce moment, je le savais bien. Même si question expérience de combat et puissance je leur suis supérieur, il n'empêche qu'ils peuvent s'avérer quelque peu énervant à résister et à tuer autant autour d'eux. Leur coté joueur de chat est amusant, mais cela va bien un temps.
J'en avais dit assez, selon moi. Peut être était il temps pour moi de m'éclipser afin de leur laisser du temps et de l'intimité pour la réflexion. Je le leur proposais, me levant au passage.
 
 
" "Je peux vous laisser seul un moment pour que vous puissiez réfléchir. Je reviendrais plus tard dans la journée si vous voulez. Et si vous n'êtes toujours pas décidé, alors je vous donne rendez vous dans un mois. Je vous fais assez confiance pour savoir que vous ne me trahirez pas. Et de toute manière, si vous le faisiez, ce sera bien la dernière chose que vous ferez de votre vivant. Façon de parler, Misao... "

_________________

-Fonda Suprême (adorée), pour vous servir ~.....

Dragon form :
Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shrikan.deviantart.com/
Handoar
Grand Shaman
avatar

Messages : 414
Date d'inscription : 12/11/2010
Age : 24
Localisation : La ou je suis ....

Feuille de personnage
Race: Anima-Vampire
Classe / Rang: Maître Chaman
Camps: Equilibre

MessageSujet: Re: Vous avez dit dragon ? (Tullia/ Misao)   Dim 18 Aoû - 17:57

Je fixais lentement Tullia dans les yeux...Tant de mystères l'entouraient. Je la soupçonnais de cultiver cette aura de mystère. Plus le personnage est brumeux, plus les doutes l'entourent.Enfin bon...

Je me passa lentement la main dans les cheveux, réfléchissant aux paroles des deux femmes qui se tenaient debout avec moi dans cette amphithéâtre de pierre.
Tant de tragédies, de comédies, de drames, de larmes, de rires, de cris ont émergés de cette place.
Celle-ci est à désertes depuis des siècles. De nouveaux drames et intrigues vont ainsi resurgir de ces dalles poussiéreuses, blanchies par le soleil.

Les paroles de Misao m'ont touchées. Le doute semblait avoir pris emprise à son tour sur son esprit. Je regrettais déjà d'avoir pris ainsi la parole. Je ne faisais que compliqué encore plus les choses.
Toutefois si Misao avait commencée à douter de sa volonté, ne valait-il mieux pas que cela se passe maintenant plutôt qu'une fois liée à un dragon?


Les paroles de Tullia m’irritèrent. Je comprenais que celle-ci voulait engager des hommes et des femmes convaincus par les idéaux de l'ordre, toutefois ne pouvait-elle pas comprendre que les promesses qu'elles nous demandait n'étaient pas rien.
Les responsabilités semblaient pour elle, une simple formalité qu'on pouvait facilement changer selon les conditions. Peut-être le sacrifice ne semblait pas si grand pour elle.
Or on ne devient pas Maître chaman aussi facilement que Duc chez les humains.
Arriver à des responsabilités chez les Animas méritent du courage et du sang. C'est l'esprit d'un clan et ses craintes qu'on porte.
On ne naît pas avec un titre, on le gagne... Ce n'est pas aussi simple... Enfin bon elle ne pourrait pas comprendre, du moins je le pense...

Si les paroles de Tullia sur le pleine engagement des recrues, étaient compréhensibles; ses remarques sur le choix de Misao, me firent entrer dans une colère froide, voir glaciale.
En aucun cas, dans aucunes situations, sous aucuns prétextes, ne n'aurais contraint Misao à se résigner à un choix que j'aurais décidé à sa place.
En aucun cas...


-Tullia, je ne décide pas des actions de Misao, je ne l'ai jamais décidé, et je ne déciderais jamais pour elle. Si Misao veut, ou non intégrer l'ordre des dragonniers, je la laisserais faire. Est-ce clair pour toi ?
répondis-je froidement.

Je ne voulais pas m'étendre plus sur le sujet. C'est à Misao de choisir et non à moi. Discuter d'avantage sur sa liberté de choix, ne ferais que contredire mes pensées. Elle est libre de tout choix. Point.

Je respira lentement, me concentrant sur ma respiration pour me calmer. Inutile de perdre mon sang-froid d'avantage cela ne fera qu'envenimer les choses. Je m'assis sur un des gradins fissuré et écouta les yeux pensifs le reste des propos de Tullia.
Elle semblait confiante même quand celle-ci ignorait les conséquences d'un lien avec les dragons.

Ce lien m'intriguait et me faisait peur en même temps. Pourrais-je adhérer à ce lien? Mon lien avec les esprits et Nydrassil serait-il compromis? Toutes ces questions me hantèrent de nouveau mais je dis rien à Tullia mieux valait rester à des questions simples pour le moment. Les questions théoriques et magiques viendront peut être plus tard. L'incertitude devait être voilée.


Je me retourna brusquement vers Tullia quand elle dit m'avoir connue "avant". Avant ? Avant quoi? Qui était-elle donc réellement?
Dès notre première rencontre alors que je n'étais encore qu'un vampire, j'avais eu une impression de déjà vu comme si nous nous étions déjà croisés avant.
Son aura d'autant plus, m'a toujours semblé incongrue pour une humaine de plus. La dernière fois que j'avais vu ce type d'aura c'était chez Shrikan...
Cela était-il possible?! Je connaissais pas l'étendue des pouvoirs des anciens mais revenir à la vie me semblait être tout de même une exclusivité des dieux et de personnes d'autres.
Je resta silencieux, ne voulait pas révéler mes pensées.
Me décrédibiliser ainsi avec des propos aussi invraisemblable m'aiderais certainement pas
.

Je resta ainsi silencieux quand Shrikan prit congé de nous et s'éloigna discrètement. En avait-elle marre de traiter avec nous? Voulait-elle nous laisser méditer sur ses paroles? Ses volontés resteront pour moi un mystère.

Je regarda alors Misao, pris sa main doucement et posa mon regard aussi vert boisé droit dans ses yeux rubis.

-Toi, Misao, que penses-tu de cela? Mon avis n'est rien, seul ta volonté compte pour le moment. Qu'est ce que ton coeur te dit? Ton esprit?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misao
Vagabonde
Vagabonde
avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 08/12/2010
Age : 23
Localisation : Au milieu de ses livres

Feuille de personnage
Race: Vampire
Classe / Rang: Traître à sa race - bannie
Camps:

MessageSujet: Re: Vous avez dit dragon ? (Tullia/ Misao)   Mer 21 Aoû - 21:56

Je n'aimais pas ça. Je n'aimais pas le ton que prenait Tullia pour s'adresser à Handoar quant à mon choix. Je n'aimais pas non plus le regard froid que mon compagnon jetais à la duchesse en retour. Il ne réservais cette expression qu'à ses ennemis et à Minuit lorsqu'elle s'amusait à cacher son manteau. Je n'aimais pas la tension qui naissait à cause seulement de ma propre liberté à choisir comment se déroulerait ma vie. Je me sentais de plus en plus mal à l'aise. Mal à l'aise à cause de cette animosité qui n'avait pas lieue d'être et mal à l'aise à l'idée que Tullia ai aussi mal prit les paroles de Handoar. La réponse de mon ami à la duchesse claqua dans l'air, comme un fouet, rebondissant sur les anciens édifices au milieu desquels nous nous trouvions.
Le sujet devait être clos et clair pour tout le monde car la duchesse se retira pour nous laisser débattre sans un mot.
Elle n'aurait pas du piquer Handoar de cette manière: il se mettait dans tous les états lorsqu'on faisait référence à moi où à la façon dont on se comportait l'un envers l'autre.

Il ne restait que nous dans cet ancien amphithéâtre. Nous et nos questions quant à notre avenir. Jeme demandais de quoi le mien serait fait. Je me voyais, chevauchant ces magnifiques bêtes de feu, protégeant les terres aussi farouchement que j'aurai protégé le peuple des Animas. Cette vie m'avait toujours fait rêver.
Handoar s'approcha et prit ma main. Il voulait que je lui dise ce que je ressentais sur ce projet, ce que je voulais faire de cet avenir. Pour lui, aucune autre opinion ne comptait.
Je lâchais sa main et fis quelques pas en avant. Je sentais Minuit sortir d'un des buissons pour écouter ce que j'avais à dire. Je me retournais vers mon compagnon.

J'aimerai m'y engager, annonçais je sans quitter ses prunelles vert foret. J'aimerai bien m'engager dans cette Guilde.

Je regardais autour et m'assis sur une vieille pierre de l'amphithéâtre. Minuit s'avança lentement, comme si elle craignait que je fasse un geste brusque.

J'ai toujours voulu prouver à tout le monde que les vampires ne sont pas dangereux. Du moins, pas tous. Qu'ils peuvent être comme toi et moi.Je suis certes un pion intéressant dans le projet de Tullia

Je le regardais avec tendresse en souriant et me rapprochais de lui, mettant de nouveau ma main dans la sienne. Ce contact me ferait toujours sentir à la maison. C'est justement ça qui me faisait douter. Handoar avait toujours respecter mes choix et moi les siens; c'est ce qui faisait que nous nous entendions si bien. Il m'avait fait une place chez les animas, faisant de moi une des leurs, me donnant la vie que j'avais toujours voulu avoir.

Je veux être utile, lui dis je. Mon esprit me dit de faire ce devoir, de protéger les autres races d'éventuels dangers. Il me dit d'accepter la propositions de Tullia et de devenir dragonnier. Je ne sais pas ce que implique le lien avec un dragon...

Je le regardais, cherchant à voir ce à quoi il pouvait penser. J'avais été capable de le deviner en partie. Pour Handoar, j'étais ce qui comptait le plus avec son peuple, et la proposition de Tullia le coupait en deux: me suivre ou suivre son peuple. Parallèlement, je sentais que quelque chose le tracassait quant à ce que la Guilde impliquerait pour moi. Changement de personnalité ? Début de responsabilités beaucoup plus importantes ? Nouveau pouvoirs ? Le lien avec le dragon renierait-il celui avec Minuit ? Et par dessus tout, changerait-il ce qui nous liait lui et moi ?
Je fronçais les sourcils et retournais m'asseoir, pensive.

Mais mon coeur me dit de ne pas y aller, enchainais je.

Je repensais au matin même, lorsqu'il était venu me réveiller dans notre tente. Je repensais aux épreuves que nous avions traversés ensemble, aux rires, aux larmes, à ma cabane dans l'arbre au dessus de la tente qui nous était réservée à Minuit et moi. Je repensais à Minuit, au lien que j'entretenais avec elle depuis des décennies. Je repensais aux jeunes que nous avions croisés ce matin et à la fleur que la petite Lianha m'avait offert. Je voulais que Handoar voit tout ça.
Je haussais les épaules et regardais mon compagnon en souriant. Je savais ce que j'allais faire.

Je suis enfin arrivée à la conclusion, dis je en me levant. Je veux aider, être utile ... mais je ne pourrais l'être qu'avec toi et Minuit.

Je me rendais compte que je sacrifiais un de mes rêves pour en vivre un autre beaucoup plus fort. Un rêve qui me rendrait heureuse jusqu'au bout de mon existence. Je me rendais compte que j'avais le choix entre deux destins. Celui du devoir et celui du coeur.

Ma mère m'a dit un jour ... "Participer à quelque chose de spécial peut vous rendre spécial"...

Je croisais les bras et m'approchais de Handoar. Minuit se jeta à terre, se réceptionnant parfaitement, puis suivit mes pas.

Et c'est ce que je fais avec toi, pour ton peuple, qui me rend spéciale. C'est ici que je me sens utile. J'aime ma vie comme elle est.

Je souris et regardais autour, essayant de voir la chevelure blanche de la duchesse entre les feuillages. Rien.
J'étais désolée pour elle. Je ne rejoindrai pas sa Guilde, même si elle me faisait rêver. J'avais choisi de suivre la voix que je m'étais tracé depuis cette nuit au château des vampires. Mon compagnon n'avait interféré en rien dans ma décision. J'avais choisi seule, en tenant compte de mon esprit, de mon coeur, de mes rêves et mes désirs. Mais un doute m'assaillit soudainement. Quels étaient les réels projets de Handoar quant à cette proposition ?

Et toi ? demandais je en baissant les yeux. Que comptes tu faire ?

_________________


Minuit:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Handoar
Grand Shaman
avatar

Messages : 414
Date d'inscription : 12/11/2010
Age : 24
Localisation : La ou je suis ....

Feuille de personnage
Race: Anima-Vampire
Classe / Rang: Maître Chaman
Camps: Equilibre

MessageSujet: Re: Vous avez dit dragon ? (Tullia/ Misao)   Mer 28 Aoû - 15:28

Inspiration…Expiration. J'avais l'impression d'être hors du temps. Ce moment est-il vraiment réel? N'est ce pas un doux songe dont j'émergerais dans les heures qui viennent?
Le bruissement des feuilles…Le cri des corbeaux au loin…CROA.CROA.CROA…

Charognards de la vie, prêt à se gorger de chairs et de souvenirs. Puis suivant un tempo qui me semblait rythmait depuis des millénaires, la voix de Misao s'éleva dans l'air.

Elle voulait être à la hauteur de ses rêves, elle voulait démontrer que les vampires, créatures de la nuit, pouvait aussi être des dompteurs de feu, des dompteurs de chaos. Sa raison lui guidait cela.
Mon corps fut pendant un instant, plongé dans un maelstrom de sentiments. Tristesse, résignation, sérénité…
Tout ce mélangeait dans mon maigre corps. Je ne savais plus sourire, ni pleurer. En ce moment tout ce qui comptait c'était elle et sa volonté, rien d'autre.

Maintenant que j'y pense, les paroles de Tullia me firent sourire. Moi, influencer la volonté de Misao? Je n'étais pas composé d'eau ni chair devant elle mais de sable. Prêt à accepter la moindre brise de sa volonté. Mais aussi à s'effondrer devant elle.

Je m'assis sur un des gradins, écoutant lentement les paroles de Misao. La raison combattait la peur de l'inconnu.

Je sentais cette crainte en elle, peur de nous perdre? Des nouveaux liens et pouvoirs qu'elle pourrait acquérir ? De sa relation avec Minuit. Je sentis sa main fraîche dans la mienne. Froid contre chaud. Glace contre flamme.

Je serrais doucement sa main pour la rassurer. Ou qu'elle aille, je la rassurais même si nos chemins seraient différents car oui j'avais fait enfin mon choix.
Un choix qui me hantaient depuis ma naissance, un choix que je décidais de faire maintenant. J'étais assez fort, du moins je le pensais pour accomplir ce fantasme utopique qui me hantait. Je vou…

Je fus coupé dans mes pensées par Misao. Si sa raison la quémandait auprès des dragonniers, son cœur lui disait de rester ici auprès de moi et des Animas.
Son sourire fit fondre en moi la mince couche d'hésitation et de tristesse qui glaçait mon cœur. Nous serions ensemble…

Son amour de mon peuple, transforma cette tristesse en joie, puis en euphorie. Je ne pus me retenir plus longtemps et l'enlaça alors longuement, respirant ainsi l'odeur suave de ses cheveux.

Je me dégageai alors doucement et pris son délicat visage entre mes mains rudes et sèches.


-Misao… Là n'est plus question de dragon ni d'autres ordres utopiques sortie de fables et de légendes. Combien de temps celle-ci va-t-elle durer? Cinq ans? Cinq cent ans? Mille ans? Qu'importe. Misao, tu te dis liée aux Animas, mais tu es plus que ça. Tu ES une Anima. Depuis que tu es avec nous, tu respires le même air, dort sous les mêmes étoiles, vis sous la bienveillance des mêmes esprits. Tu es plus que ma compagne pour eux maintenant. Tu es leur sœur, de sang ou d'esprit qu'importe! Tu seras toujours une des nôtre.

Je pris la main de celle que j'aimais et l'entraina doucement vers le centre des ruines. De toutes parts nous pouvions observer le travail millénaire des anciens hommes.

Délicatement, je pris mon totem Anima et le déposa doucement dans ses mains.


-Regardes autour de toi! Que vois-tu des ruines, n'est ce pas ? Autrefois les Animas régnaient sur un vaste territoire, de toutes parts, les autres races nous respectaient. Nos campements n'avaient pas la misère de nos camps d'aujourd'hui! Le froissement de la soie côtoyait le bruit du travail du cuivre et de l'or. Nos soldats étaient nombreux et nos diplomates éloquents. Dans toutes les villes humaines, les animas démontraient leurs talents et leur culture. Ici même de nombreux animas ont fait rire et pleurer des humains qui n'hésiteraient plus maintenant à nous égorger. Tu es nôtre maintenant, tu dois connaître notre colère, notre frustration, nos appels en vain contre les dieux sourds.

Je caressai doucement son visage. Il était si soyeux, si douce, les années coulaient dessus telle la pluie. J’enchaînai alors dans un murmure:

-Ensemble Misao, nous pouvons tout changer. Au diable les sages stupides et vieux, les conseils inutiles et absurdes. Les gens t'adorent Misao et de nombreux chefs nous soutiennent. Le changement n'est pas une option. Nous pouvons réintégrer les Animaes au rang de civilisation glorieuse. Plus besoin de vivre dans l'ombre. Les dragonniers ne font que retarder l'inévitable. Les combats contre les démons et autres engeances ne sont bon que pour distraire les dieux au nom de leur stupide concept d'équilibre. Tuer des enfants et violer des femmes est-ce l''équilibre?

Je m'agenouillai devant elle et pris doucement ses mains dans les miennes:

-Je t'aime Misao et je ne veux plus te voir déchirer par ces choix. Jamais plus nous aurons de déchirements. Jamais…Je te le promets. Misao…Si tu l'acceptes, tu seras pour toujours dans mon cœur et celui des Animas. Du clan du Renard ou de la Chauve souris qu'importe! Misao, tu n'es ni Anima, ni Vampire, tu es Misao et tu seras…

Je sentais mon cœur palpitait à un rythme alarmant. Le choix était de nouveaux entre ses mains. Mes mains tremblaient mais se fut d'une voix lourde et grave que je dis :

-Leur reine…Notre reine…

**Votre reine ** répondit dans un écho sourd et solennelle Nydrassil.

Au diable Tullia, Shrikan, les dragonniers et les dieux. L'équilibre pouvait bien s'effondrer, le changement surviendra. Coûte que coûte!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tullia Estrama Von Raijer
Fonda Suprême ( adorée )
Fonda Suprême ( adorée )
avatar

Messages : 787
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 28
Localisation : En pleine sieste ....

Feuille de personnage
Race: hybride Haut Dragon/humain
Classe / Rang: Duchesse humaine, Conseillère Diplomatique Royale
Camps: Equilibre

MessageSujet: Re: Vous avez dit dragon ? (Tullia/ Misao)   Dim 1 Sep - 11:31

Les laissant en paix, je reprenais mon apparence d'Anima pour continuer à me balader. Maintenant, c'était leur problème, à eux de réfléchir. Handoar avait pas vraiment apprécié mon intervention concernant Misao, mais je me devais de le faire. Cette époque était extrêmement difficile pour les femmes, et je ne voulais en aucun cas qu'elles soient dépendantes et soumises. Et pour tout l'amour qu'ils se portent, je préfère rester sur mes gardes. En sortant de l'amphithéâtre, je ne me dirigeais pas vers le campement, mais allais au contraire vers une partie plus isolée. Je me baladais, tranquillement, faisant apparaitre d'on ne sait où une bouteille d'eau de vie. Je buvais quelques rasades, réfléchissant aux actions à venir. j'allais avoir beaucoup de boulot. Rassembler les dragonniers, les former, empêcher Zaleth au mieux de corrompre toute la population. Et les Sylvains.... C'était un véritable problème. Les Gardiens devraient faire quelque chose, mais je n'avais ressentis aucune manifestation de leur pouvoir. De plus Nathanael, le Gardien de la Nature, devrait agir lui aussi. Et s'il était aussi corrompu ? ce serait pire. Rien que de penser au fait qu'un nouveau Gardien corrompu est sur le point de voir le jour, ça me donne des frissons d'angoisse et de dégout. J'ai eu du mal à tuer le précédent qui était sous la coupelle d'Arou, et il était hors de question que je m'en coltine un autre. Il y a de nouveaux Gardiens, à plusieurs ce sera plus facile.

Je disais cela, mais ma conscience m'intimait autre chose. Je l'avais formé un minimum pour qu'il contrôle ses pouvoir de Gardiens, aussi j'étais un peu responsable. Et puis inspecter moi même la situation me permettrais de savoir si... je peux vraiment laisser les choses se faire. Je sais, je sais, là je suis carrément en train de faire le contraire de ma volonté initiale !! Mais j'y peux rien, je suis pire qu'une commère de destruction massive, il faut que je sache et que j'aille y mettre mon grain de sel. Sans ça, l'ignorance me ronge de l'intérieur. La culpabilité de me dire "si j'avais su, j'aurais pu" est trop forte.
Je buvais une nouvelle rasade, regardant au loin l'horizon des plaines. Il y avait un vent assez fort, mais c'était habituel dans ces plaines. Cela ne me gênait pas, bien que l'envie de m'envoler était très forte. Je pouvais le faire la nuit, mais pas en plein jour, et c'est ce qui me manquait. Pareil, je ne pouvais même pas jouer avec mes Habaeks. Si jamais Zaleth apprend qui je suis, enfin plutôt qui j'étais, ce serait une catastrophe pour moi. N'étant plus Gardienne, je ne suis pas de taille face à lui. Cela compliquerait grandement les choses, et il connait mes points faibles. Toutes ces pensés étaient très fâcheuses, et je ne cessais d'avoir l'air mécontente et préoccupée. Mais une chose au loin attira mon attention, et détourna mon esprit de leur fil initial. Enfin, presque.


"Mais... Qu'est ce que...."

_________________

-Fonda Suprême (adorée), pour vous servir ~.....

Dragon form :
Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shrikan.deviantart.com/
Misao
Vagabonde
Vagabonde
avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 08/12/2010
Age : 23
Localisation : Au milieu de ses livres

Feuille de personnage
Race: Vampire
Classe / Rang: Traître à sa race - bannie
Camps:

MessageSujet: Re: Vous avez dit dragon ? (Tullia/ Misao)   Ven 13 Sep - 21:52

L'avenir est quelque chose d'incertain et qui peut changer du tout au tout d'une seconde à l'autre. Un évènement, une opportunité apparait et on change de chemin, encore et encore parce qu'on n'est jamais sur de ce qu'on fait où de ce qu'on veut devenir. Mais cette règle ne s'appliquait pas à moi. Je savais que j'avais fait le bon choix. Peut être que mon rêve de dragons et de dragonniers s'envolait pour toujours. Mais étrangement, je ne m'en sentais pas affectée. Le visage de mon compagnon qui avait été fermé jusque là, s'illumina soudainement. Pourquoi ? Son rêve était semblable au mien; il voulait remettre son peuple à niveau vis à vis des autres races, montrer qu'il était aussi puissant que tous les autres, voire plus; ce dont je ne doutais pas. Son destin à lui était tracé. Les Dragonniers était la meilleure opportunité qui pouvait arriver dans sa vie, c'était la solution inespérée. Il se devait de saisir sa chance.
Cependant ... J'avais su que j'avais prit la bonne décision dès que les visage de Handoar s'était illuminé d'un sourire que je n'avais pas vu depuis longtemps. C'est en le voyant que je comprit que ma vie gravitait autour de ce sourire et du monde dans lequel il était inscrit. Handoar était tellement heureux des paroles que je venais de prononcer qu'il m'enlaça sans perdre son sourire. Sa chaleur corporelle entra avec le mienne, glacée. Feu et glace. Je compris alors que ses projets avaient changés, que nous serions ensemble quoi qu'il arrive, quelques soient les opportunités qui s'offraient à nous. Nous étions inséparables tout comme le feu et la glace qui étaient pourtant des éléments opposés.

A ses yeux, je n'étais plus une vampire - du moins, il semblait l'oublier, me considérant sur le même pied d'égalité que lui. J'étais une anima depuis que je vivais à leur manière, depuis que je arpentais ces bois habités des esprits liés aux animas. J'étais une des leurs.
Comme pour concrétiser ses paroles, Handoar retira son totem Renard et le déposa délicatement entre mes mains. Quelque chose d'étrange s'opéra alors. Les ruines qui nous entouraient devinrent alors le théâtre de l'histoire anima tandis que les paroles de mon compagnon volaient autour de moi. Je voyais l'empire anima s'étendre par delà des collines, les habitations faite de riches tissus que les femmes fabriquaient tandis que de jeunes soldats s'apprenaient au maniement d'armes et à leur transformation. Je voyais les ambassadeurs de chaque races d'anima se réunir pour recevoir le roi des Elfes, les représentants des Fées et des dragons, des lycans et des anges ... La vision changeât et des rires remplacèrent les bruits des cités animas. Les ruines étaient reconstruites et hommes et femmes étaient assis sur les gradins, riant des pitreries théâtrales des animas comédiens qui jouaient autour de nous. Je souris moi même en voyant leur histoire se tracer devant mes yeux. Handoar voyait il tout ça lorsqu'il prenait son totem ? Sûrement connaissait il chaque visions.

Le contact doux des mains de Handoar sur mes joue me ramena à la dure réalité où les animas étaient déchus de leur gloire ancienne. Dans ses paroles, je cru comprendre qu'il avait un projet pour son peuple. Je ne savais lequel mais j'étais certaine qu'il avait une idée derrière la tête et qu'elle m'incluait. Lorsqu'il s'agenouilla devant moi, je comprit que ses paroles étaient solennelles et je hochais la tête en acceptant de rester dans son coeur pour toujours - lui était gravé dans le mien depuis notre première rencontre. Puis sa voix se fit plus grave lorsqu'il m'annonça que je serait la reine des animas, qu'ils soient Renard, Loups, Hiboux ou Chauve Souris. J'étais si émue, bien que les larmes de joie ne puissent couler, que je  m'agenouillais également et l'enlaçait de toutes mes forces.
De toutes les races que j'avais rencontré, les animas était celle qui m'avait accueillie bras ouverts et avait fait de moi l'une des leurs.
Quoi qu'il se passe, que des Dragonniers se forment ou non, Handoar et moi serions là pour redorer le blason des animas et les diriger. Et une fois cela fait, alors je pourrait prouver à toutes les races que les vampires peuvent être dignes de confiance.

J'allais répondre à mon compagnon pour lui dire qu'un peuple a autant besoin d'un roi puissant et influent qu'une reine lorsque le miaulement strident de Minuit accapara toute mon attention. Relevant la tête et me mettant sur mes pieds en moins qu'un quart de seconde, je fouillais les environs du regard, me concentrant sur les présences qui nous entouraient. Handoar était aussi en alerte aux moindres mouvements. Minuit courait vers moi, crocs sortis, puis se posta à mes côtés. Je perçu l'aura intriguée et pourtant inquiète de Tullia. Qu'avait elle ? Je poussais mon exploration autour d'elle, tombant alors sur une forme d'aura inconnue. Je fronçais les sourcils, et grognais doucement, prête à riposter en cas de besoin.

La réunion des Dragonniers semblait tourner court.

_________________


Minuit:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vous avez dit dragon ? (Tullia/ Misao)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vous avez dit dragon ? (Tullia/ Misao)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Georges Saati, vous avez raison mais ...
» [Inutile] Qu'est ce que vous avez fait hier ?
» Si vous avez du temps à perdre :)
» Vous avez dit couleurs primaires ?
» Vous avez lu l'histoire de Jessie James? - Clyde's links

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Mondes de Shibai :: Les Terres Franches :: Aratanye, la Comté du Nord :: Le Grand Plateau des Hopalus-
Sauter vers: