Les Mondes de Shibai

Haut Dragon , Ange , Démon ....saurez vous imposer votre race et contrôler les Terres Franches ?
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercher

Partagez | 
 

 C'est le printemps!!! [concour d'écriture]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Taomi
La Rédemptrice
La Rédemptrice
avatar

Messages : 321
Date d'inscription : 08/04/2012
Age : 24
Localisation : partout et nulle part

Feuille de personnage
Race: Sylvain
Classe / Rang: Sylvain mystique/ la rédemptrice
Camps: Neutre

MessageSujet: C'est le printemps!!! [concour d'écriture]   Jeu 23 Mai - 0:17

Cher membre qui lit ce méssage:


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Tout le monde sait que, le printemps c’est la saison des amours non ? Les animaux se parent de leurs plus belles couleurs pour charmer l’élue de leur cœur (oh c’est beau dragon cry ) Et bien ! Vous aussi vous avez mis vos plus beau habits pour charmer celui ou celle qui comblera votre cœur !

Nous vous demandons une 30 aine de lignes minimum, et d’être inventif, l'élue de votre coeur est une personne du forum et cela se déroule en un seul poste! Les sujets serons ensuis jugés par les membres eux même.

Gains :

1ère place :si t'es une fille [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
si t'es un homme [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
et sa tête sur la PA
2em place : gagne un diner (rp ou RPCB ou Rp délire) avec l’élue de son cœur
3em place : gagne un philtre d’amour utilisable en RP et un autre qui change en crapaud

Date de début: 25/05/2013
date de fin: 15/06/2013

A vos plumes boureaux des coeurs!!!

Taomi qui vous aime

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://moitaomi.deviantart.com/
Misao
Vagabonde
Vagabonde
avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 08/12/2010
Age : 23
Localisation : Au milieu de ses livres

Feuille de personnage
Race: Vampire
Classe / Rang: Traître à sa race - bannie
Camps:

MessageSujet: Re: C'est le printemps!!! [concour d'écriture]   Jeu 30 Mai - 11:24

Je présente ma candidature ! (donc mon texte) En espérant que j'ai des concurrents dragon hug


Je ne dormais pas. Du moins, j'en étais incapable. Adossée au mur boisé de ma cabane en haut d'un arbre, je regardais la lune éclairer la nuit par le trou qui faisait office de fenêtre. Les nuages s'amusaient à la couvrir de temps à autre et parfois, je pouvais apercevoir l'ombre d'un dragon passer devant l'astre. Mais c'était un phénomène très rare et pourtant si magique.
C'est en regardant les étoiles que je me mit à penser à tout ce que j'avais vécu jusqu'ici. Mon existence n'avait été que fortuite, entourée d'un brouillard infranchissable, dangereuse et emplie de mort. Bien sûr, Minuit qui dormait profondément à côté de moi, avait été une petite lueur pour me guider dans cette incertitude.
Mais elle n'avait pas été suffisante. Ma vraie lumière n'était apparue que quelques décennies après. Cette même lumière qui était plongée dans le sommeil a une dizaine de mètre sous mes pieds, au bas de l'arbre dans une petite tente. Je souris. Sa respiration était calme; il devait sûrement être en plein rêve.

Nous avions rarement des moments à nous. Le fait que nous étions ensemble était quelque chose d'acquis à présent, mais ... Je n'avais rien eu à faire pour que la flèche dorée me transperce. Je l'ai rencontré, il m'a rencontrée. C'était comme une évidence. Je n'avais pas eu à le charmer.
Des lucioles dessinaient des zigzags dorés dans la clairière au loin. Je me redressais d'un bon, sans éveiller Minuit. Baissant la tête sur ma tenue, je soupirai doucement. La même depuis presque cent ans.

Sortant sur le bord de ma cabane, je sautais sur le tronc et grimpais, telle une araignée, jusqu'à la seconde branche maîtresse. Là, j'y avais accroché avec des lianes les quelques tenues que je possédais. La robe de bal était la plus belle, je l'avais portée au bal masqué de la Saint Valentin dans les jardins d'un château somptueux. Il y avait une vieille robe qui avait appartenue à ma mère, je ne la mettrai malheureusement jamais. Et puis il y avait la dernière robe. Celle ci, je l'avais confectionnée moi même, il y a quelques mois de cela, dans la forêt, avec des toiles d'araignées et le peu de tissus que je possédais. Je la décrochais de la branche et redescendit dans ma cabane de fortune.

Le vert n'était pas ma couleur préférée. Mais comme toutes les autres, elle allait parfaitement avec ma peau de nacre. Je tournais sur moi même et m'observait dans la glace brisée accrochée à un de mes quatre mur. La créature qui s'y mirait ne semblait pas me ressembler. Elle était plus ... féminine, avec un visage d'enfant; tout le contraire de la sauvageonne que j'étais. La robe, à jupon volant et au bustier ajusté sur mesure, s'arrêtait aux genoux de la créature. Un voile fin de toile d'araignée recouvrait la totalité du vêtement. Je passais une main dans mes cheveux et l'agitais. La créature était parfaite, à un détail près. Ses chaussures avaient disparues. Mon reflet haussa les épaules, ce n'était pas important. Je pris machinalement un souvenir de ma mère ; une goute de verre, la gardant dans ma paume.
J'avais franchi l'étape un: être différente, mais pas trop, de mon habitude. Le plus dur était à venir...
Je n'avais jamais eu l'occasion de charmer quelqu'un, pas même mon ami d'enfance qui s'était éteint lors du massacre de mon village par des vampires sans avoir pu m'avouer ses sentiments; sentiments que j'avais découvert bien plus tard en repensant à notre enfance.

Je fermais les yeux et fis un pas dans le vide. Je me laissais tomber en souriant et me réceptionnais silencieusement, à la manière d'un chat. J'inspirai un bon coup et avançais vers la tente vert forêt. J'écartais le tissu d'un revers de la main. Handoar était là, paisiblement endormi, un sourire éclairant son visage.
Je m'approchais de sa couche et m'agenouillais à sa hauteur. Je restais là, à le regarder pendant quelques minutes, débattant intérieurement si je devais le réveiller où le laisser ainsi.
Finalement, je me décidais et passais le dos gelé de ma main droite sur sa joue chaude. La nuit n'était pas éternelle. Ses paupières frissonnèrent, ses sourcils se froncèrent, sa tête bougea. Quelques secondes plus tard, ses prunelles cherchaient quelque chose dans le noir. Ses mains exploraient les airs, se refermant sur du vide. Les mortels n'avaient pas la vision développée pour voir dans la pénombre; moi je voyais comme en plein jour. Je portais ma main à quelques centimètres de la sienne et ses doigts rencontrèrent les miens. Il arrêta de chercher.

Suis moi, murmurai-je en le tirant lentement par la main.

Il ne résista pas et resserra son emprise autour de ma paume. Je ne savais pas trop comment m'y prendre pour le charmer. Que fallait-il faire ? Pourquoi n'y avait-il rien d'écrit dans mes livres ?
Je nous sorti de la tente et me tournais vers lui. Me voyait-il ?

Ferme les yeux, dis-je en souriant

Je le vis hausser un sourcil et froncer l'autre, se demandant ce que je pouvais bien fabriquer en pleine nuit qui pourrait le forcer à fermer les yeux.

C'est une surprise, ajoutai-je en posant une main sur ses paupières pour les clore du bout des doigts.

Je le vis sourire, cependant, il ressentait une pointe de curiosité et qu’inquiétude quant à ce que je pouvais bien lui préparer.
Parfait. Etape deux franchie.


Je le tirai doucement derrière moi, nous faisant entrer dans la forêt. Les animaux dormaient paisiblement; seuls les hiboux hululaient dans la nuit. Je me retenais de rire, ça aurait trahit ma joie. Quelques minutes de marche après, les lucioles voletaient dans la clairière, près du lac. Je saisis la seconde main de Handoar dans la mienne et l'attirais au bord de l'eau. J'exerçais ensuite une pression délicate sur son épaule afin qu'il s’asseye dans l'herbe fraiche. Je fis de même.

Maintenant, ouvre les yeux, murmurai-je en observant son visage.

Ses paupières s'agitèrent et finirent pas s'ouvrir. Je souris. Ses prunelles observaient les alentours avec admiration, s'attardant sur le ballet aérien des lucioles, au ras de l'eau. La lumière pétillait dans ses yeux lorsqu’il tourna son regard vers moi. Je n'étais pas vraiment à l'aise. A vrai dire, comment pourrais je l'être alors que je n'avais aucune idée de la façon pour le charmer ? Bien sûr, je le connaissais mais, en cet instant, je compris que j'avais encore des tas de choses à apprendre sur lui. Il préservait son côté mystérieux, comme moi. Mais le problème, c'est que je ne savais pas par où commencer; et je ne voulais pas qu'il s'ennuie ici, avec moi. Après tout, je l'avais quand même réveillé en plein rêve ! Je savais quelle question silencieuse me posaient ses pupilles.
"Qu'est ce que tu manigances ?"
Je baissais la tête et saisis de nouveau sa main, entrelaçant mes doigts aux siens. Nous restâmes un moment comme ça, silencieux, à observer nos mains liées.

Puis, je relevais la tête et portais une mains vers son torse, là où son collier chamanique ondulait légèrement sous la brise nocturne. Une seconde plus tard, le pendentif en forme de goûte d'eau ayant appartenu à ma mère y était accroché. Il baissa la tête, l'observa de plus près.

C'était à ma mère, dis-je en souriant. Il m'a suivit pendant plus d'un siècle dans tout ce que j'entreprenais. Je voulais que tu l'ai...

Sans lui laisser le temps de répondre, je posais un doigt sur ses lèvres pour les clore. Je plongeais mon regard dans le sien, commençant à perdre pied.

Je ne sais pas pourquoi, c'est moi que tu as choisi, dis-je lentement. Je ne suis pas mortelle et un jour, je serai forcée à te perdre; une anima t'aurai plus convenue.

Je l'observais en glissais ma main jusqu'à sa joue, sentant sa chaleur sous mes doigts. La lave coulant à des mètres sous terre. Une sensation tellement agréable. Une décharge me traversais dès que ma peau entrait en contact avec la sienne, mais j'avais prit l'habitude de cette sensation et pour rien au monde j'aurai laissé quelqu'un d'autre me l'arracher.

J'ai des tas de défauts, repris-je. Je suis un vampire, parfois sur les nerfs, dangereuse pour toi, parfois solitaire, carnivore. Mais j'ai cependant la plus grandes des qualités...

Je m'interrompis, le laissant dans l'attente de mes paroles. Ses yeux me fixaient, se demandant ce que je pourrai bien dire, ce que je pourrai bien qualifier de qualité.

... Je t'aime.

Je me penchais lentement et posais mes lèvres froides sur les siennes. La dernière fois que je lui avait dit ces trois mots, ç'a avait été en plein milieu d'un champ de bataille. Cette fois ci, c'était différent. J'avais tout mit en oeuvre pour que ce moment soit particulier, différent. Comme si ça avait été notre premier rendez vous - ce qui, me semblait il, était le cas.
Les lucioles dansaient autour de nous. Elles continueraient à nous éclairer de leur lumière chaude et rassurante. Après tout, la nuit ne faisait que de commencer.



Désolée Handoar, mais il n'y avait personne d'autre que je puisse charmer :)





_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Minuit:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
C'est le printemps!!! [concour d'écriture]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kirk Mueller quitterait le CH au printemps .. !
» Le printemps du cinéma
» Matin de printemps...
» Ménage de printemps 2011
» Tournoi du Printemps du jeu à Bourgoin Jallieu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Mondes de Shibai :: Administration & Contexte :: Suggestions , Annonces, Demandes :: concours en tous genres!-
Sauter vers: