Les Mondes de Shibai

Haut Dragon , Ange , Démon ....saurez vous imposer votre race et contrôler les Terres Franches ?
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercher

Partagez | 
 

 Une joute inhabituelle (Pv. Tullia)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Une joute inhabituelle (Pv. Tullia)    Sam 18 Mai - 16:37

Les Hoppalus, une des régions composant le royaume des Hommes, dans mon désir de trouver de nombreux alliés parmi les ducs et seigneurs je me devais d’allé aux Hopalus. C’est une région avec de nombreux seigneurs aimant organiser des tournois pour divertir la plèbe et recruter des guerriers pour leur garde. La ville ou plutôt le village tellement il avait l’air insignifiant par rapport à Sar’Hetsu était un village typique de campagne telle que nous le présente les Hopalus. Seul le petit château seigneurial donnait quelque chose d’à peu près digne à regarder. J’étais allé au tournoi d’un de ces petits seigneurs local, cela m’entretenait et me permettait avec un peu de chance et de talent d’avoir l’allégeance de ce seigneur et quelques chevaliers ambitieux. Ma vie se résumait à cela, vagabonder d’une ville à l’autre en espérant me faire reconnaître comme le véritable Roi des Hommes tandis que Sir Roderic faisait de même de son côté.
J'avais été assez bien accueilli, le seigneur local m'offrait le gite et le couvert le temps de ma visite et les chevaliers que je combattais me respectait énormément, ils étaient tous de jeunes enfants à peine sorti des bras de leurs mères. De jeunes hommes avec des rêves d'idéaux chevaleresques, une utopie bien évidemment. Le tournoi ne risquait pas d'être très compliquer, la plupart des chevaliers présents était des chevaliers de campagnes même si nous pouvons parfois trouver une perle rare. Une fois ma plus belle armure revêtis ainsi Crocs Sanglants équiper nul ne pouvait me vaincre et mes ennemis ne le savaient que trop bien. J'enchaînais les combats facilement avant de trouver un chevalier à peu près digne d'être combattu. Il fût vaincu après quelques minutes de joute mais il avait ajouté un peu d'excitation dans ce morne tournoi, montrer ainsi mes capacités martiales aideraient à convaincre paysans, chevalier et seigneurs de me rejoindre dans mon entreprise. Bientôt la joute finale se présenta à moi contre un fils de bonne famille, une bonne armure et de bonnes armes, cela n'aide pas à être un bon chevalier mais a le mérite d'imposer le respect. Le duel se fit à pied, mon domaine de prédilection, mon armure légère me permettait des mouvements légers avec une certaine touche artistique, je dirais même une poésie.

J'aime beaucoup faire durer mes combats de cette manière, apportant aux gens du spectacle à travers mes prestations martiales.
J’avais ainsi remporté le tournoi assez facilement sous les applaudissements et la liesse de ce peuple qui semblait profondément s’ennuyer sans ces petits divertissements. J’avais ressenti bien des fois ce sentiment de victoire, celui que l’on a lorsque les gens vous admirent même s’il était moins gratifiant que pendant une campagne militaire ou une bataille endiabler. Ce n’était après tout qu’une petite joute de campagne. Comme la tradition l’exige je me devais d’offrir ma victoire à une Dame, la plupart des Dames de ce village étant des paysannes le choix fut plutôt difficile. Il y avait bien les filles du noble local mais leur beauté n’était pas foncièrement la chose qu’elle laissait apparaître prioritairement….

En attendant de trouver la femme digne de recevoir une fleur de moi je me décidais de changé un peu les règles du jeu en conviant les chevaliers précédemment combattu à me provoquez en duel selon leur critères, je combattais ainsi dans des joutes à 1 contre 4 ou encore ou autres fantaisies. Cela pimentait un peu ce tournoi et permettait aussi de prouver totalement mon talent auprès de la populace réticente. C'est ainsi que je vainquis mes adversaires abasourdis un léger sourire à la bouche, le sourire de la victoire incontestable sur le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Tullia Estrama Von Raijer
Fonda Suprême ( adorée )
Fonda Suprême ( adorée )
avatar

Messages : 787
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 28
Localisation : En pleine sieste ....

Feuille de personnage
Race: hybride Haut Dragon/humain
Classe / Rang: Duchesse humaine, Conseillère Diplomatique Royale
Camps: Equilibre

MessageSujet: Re: Une joute inhabituelle (Pv. Tullia)    Sam 18 Mai - 19:25

Trois semaines s'étaient écoulées depuis l'attaque du palais, et ma mort feinte. Grâce à Ryujin, je pus être sauvée à temps sans entacher la nouvelle de ma mort. Tullia Estrama Von Raijer n'était plus, point. Ceux qui avaient vu Ryujin emporter mon corps sous sa forme dragon ne purent que colporter le fait que le fameux "dragon" qui était dans le conseil de régence n'était qu'un mensonge. En revanche, mon nom fut souillé car on dit à présent que j'étais celle qui fut sous l'influence du dragon. Enfin, cela n'avait plus vraiment d'importance, de toute manière.
Comme prévu, Ryujin m'amena dans le Sud, par delà les montagnes où notre chargement d'oeufs de dragons nous attendaient. Il était prévu que j'aille avec lui et quelques un des professeurs pour les dragonniers sur l'île mystérieuse. Seulement, j'étais un peu inquiète pour mon Duché, et je voulais de suite retourner sur le terrain pour tâter un peu le pouls de la population. Ryujin protesta, me demandant que je le laisse m'accompagner. Je refusais, car on avait besoin de lui pour aller jusqu'à l'ile et déposer les oeufs. De plus, ses cornes de dragons ne pouvant disparaitre, il y avait un trop grand risque qu'il se fasse repérer par inadvertance. Les dragons n'étant pas vraiment en odeur de sainteté, il était préférable d'attendre encore un peu. Pour ma part, je pourrais sans problème me mêler à la populace, connaissant les Terres Franches et ses peuples mieux que Ryujin, et commencer à faire ma recherche de dragonnier.

C'est ainsi que nous nous séparions de nouveau. Eux allant discrètement vers le Sud Est, et moi remontant vers le Nord. Pour ce voyage, j'avais changé magiquement mon apparence. J'étais à présent une jeune femme avec des cheveux noirs jais et légèrement bouclés, des yeux vert d'eau et une peau blanche sans tatouages. Je gardais la même taille, et malgré la magie je n'arrivais pas à cacher ma prestance et mon assurance. J'essayais pendant quelque temps d'apparaitre comme une femme simple, discrète et douce, mais mes petits voyages avec les caravanes en direction du Nord montrèrent surtout que quoi qu'il arrive, je serais toujours aussi vive et extravertie, au caractère bien trempé et impertinent. Pas grave, ma bonne humeur et mon coté avenant contrebalance ces petits hiatus. Je me faisais appeler Arya, et passais pour un médecin ambulant. J'avais heureusement pour moi beaucoup de connaissance en médecine par les plantes et autres onguents, m'évitant d'utiliser la magie. Certes, je reste moins douée en médecine qu'au combat, mais tout de même, je n'ai absolument pas de quoi rougir. En parlant de combat, je n'avais emporté avec moi qu'une épée courte, légère et facile à utiliser pour une femme. Un bâton long pour la marche m'aidait aussi au cas où, et entre autre de tout mon fatras j'avais une mule pour porter le tout. Mes vêtements de duchesse, je les avais abandonné depuis que j'avais quitté le palais. Et je dois reconnaitre que c'est avec un certain soulagement, c'est presque impossible de bouger dedans. Maintenant je portais une cape grise un peu limée par l'usure, ainsi qu'une robe de paysanne bleue foncée. Ce n'était pas aussi pratique que ma tenue de guerrière, mais déjà beaucoup mieux que ces robes à corset et autres lacets qui vous compriment de partout. De plus, c'est plus robuste, et on ne risque pas de se faire pendre par le tailleur si un accroc est fait. Cependant, malgré cet attirail de voyageuse pauvresse, je semblais être un aimant à mâle. Plus d'une fois j'eus des propositions peu décentes derrière un chariot ou encore dans un coin d'une auberge, et par conséquent plus d'une fois le mâle en question s'est trouvé bien dépourvu quand il dut dire adieu pour un temps à ses parties génitales. Heureusement pour moi, j'intimidais trop ces mâles pour qu'ils tentent de me violer. Quoi que, une fois il y eu une tentative de trois hommes de main d'un vulgaire gang local qui tentèrent leur coup alors que j'allais chercher des plantes dans la forêt non loin de notre campement. On ne les revit jamais.
Du moins vivant.

A traverser les montagnes, m'arrêter dans quelques villages et petites villes, changer de convoi, je mis plus de 2 semaines à atteindre enfin la région des Hoppalus. Ces plaines immenses, aux petites seigneuries humaines de campagne et aux tribu nomades d'animae. Etrangement, j'aimais bien ce lieu. Je m'y sentais à l'aise.
Par le hasard des choses, c'était la période des festivals, et par conséquent des jeux de joutes. Le peuple dans cette région ne semblait pas grandement inquiété par les événements de la capitale, mais les quelques nouvelles venant de mon ancien Duché étaient moins avenant. Un nouveau maitre semblait s'y être installé, et je craignais pour la population d'animae que j'avais prise sous mon aile à l'époque. Leur ferait il du mal ? En serait il de même pour les gens de mon domaine ? Même si en vérité je ne suis pas la vraie fille de la maison des E. Von Raijer, avoir vécu là bas pendant 5 ans m'avait rendu... bien attaché à ces lieux et à ces gens.
Je hâtais mon voyage en direction de mon duché du Hartforshire, et pris place dans une troupe ambulante de médecin. Ils allaient de festival en festival pour soigner lors des joutes, ou encore pour vendre des potions à la population locale. Il y avait des humains, mais aussi quelques animae de la tribu des Cerfs. Je m'intégrais facilement dans cette troupe, ceux ci appréciant une autre personne s'y connaissant en plantes et onguents. Ils étaient un peu lent dans leur voyage, restant forcément plusieurs jours au même endroit. Cependant, ce n'était pas un mal. Avec ce rassemblement de gens, il y avait de nombreux ragots et des nouvelles du continent. Les combattants étaient nombreux, et par conséquent les candidats pour être dragonnier étaient plus que suffisant. Cependant, je ne disais jamais rien. Je faisais mon travail, observais, rejetais les avances des combattants, prenais des nouvelles puis partais pour le prochain festival. Je fus déçue de ne pas trouver d'âmes assez pures et vaillantes dans tous ces jouteurs. Ils avaient du courage et savaient se battre, certes, mais il leur manquait quelque chose d'important quand je sondais leur esprit et leur aura. Je ne pouvais me tromper sur le choix, car être dragonnier voulait dire disposer d'un grand pouvoir. Ce serait dommage que j'ai à tuer celui que j'ai choisis, car son esprit n'était pas assez noble pour la tâche à accomplir.

Nous continuions, arrivant dans un autre festival. Nous n'étions plus très loin du domaine du Hartforshire, mais je devais rester à ma place, pour ne pas paraitre suspicieuse. Le festival local était comme tous les autres, bien vivant et amusant pour la populace. Les nouvelles et les rumeurs sur les participants allaient bon train, et nous nous installions juste en bordure du campement du festival, préparant nos affaires. Pendant le voyage, je m'étais faite comme amie une anima Cerf du nom de Mioni. Elle avait environ la vingtaine, avait un fiancé et semblait toujours en vadrouille pour glaner des informations. J'aimais son caractère amiable et sa bonne humeur habituelle. Ses yeux verts pétillaient, ses taches de rousseurs et ses cheveux châtains courts ne la rendaient que plus espiègle. Deux petites cornes dépassaient tout juste de ses cheveux, aussi les gens ne prêtaient pas grande attention à elle, devant la prendre pour une humaine s'ils ne la regardaient pas avec attention. C'est pour cela qu'elle était forte pour se mêler à la foule et chercher les informations. C'est donc sans surprise que, venant de finir d'installer ma tente de consultation et venant de faire mon sac pour les soins sur place, je la vis apparaitre comme par magie devant moi, toute frétillante d'excitation. Plus que d'habitude, d'ailleurs.


"Arya, vient donc ! La joute à pied va commencer !"

Je lui souriais, prenant mon sac avec moi. Toutes deux nous marchions vers le centre des réjouissances, le monde s'étant déjà rassemblé devant l'arène. Les gens criaient déjà de joie, encourageant leurs favoris ou conspuant ceux qu'ils voulaient voir perdre. Professionnelle, je regardais rapidement s'il n'y avait pas déjà des clients, à savoir des combattants s'étant blessés. Mais Mioni était absorbée par autre chose, et me tira par la manche de ma robe en s'exclamant.

"Regarde, c'est celui dont tout le monde parle en ce moment."

Sortant de mes pensés, et voulant faire vaguement plaisir à mon ami, je répliquais mollement. Sans pour autant tourner mon regard dans la bonne direction.

"Qui donc ? "

Voyant que je ne prêtais pas grande attention, elle fronça des sourcils et insista en me tirant plus fort.

" Celui avec l'armure et l'épée aux armoiries rouges. Il se nomme sir Aegan Von Castamere. C'est le dernier représentant de la maison des Catasmere, dit on. N'est il pas beau et plein de prestance ?"

Je tournais enfin mon regard vers le combat qui se déroulait, observant les deux combattants. Castamere ? Cela me disait vaguement quelque chose. Mais alors très vaguement. Je regardais le combat, analysant leurs mouvements. Sir Aegan était très à l'aise, et avait les gardes et les positions d'une personne qui connait le vrai combat de guerre. Il était rapide, touchait juste, mais semblait en faire un peu trop dans ses gestes et mouvements. Trop d'inutilité pour épater la galerie. Je regardais son visage. Un blondinet de la trentaine, pas moche du tout. Son visage resplendissait le bonheur du combat, mais un bonheur qui reflétait trop sa confiance dans l'issue du combat. Intéressée, je sondais rapidement son esprit et son aura. Il avait du courage, de la ténacité, mais une ombre semblait planer dans son coeur, et l'orgueil semblait poindre aussi de son nez.
Le verdict était clair, il n'était pas fait pour le job. Un peu déçue, je soupirais en haussant des épaules, répondant à Mioni avec une petite lassitude.


" Oui oui, mais je le trouve bien arrogant dans son combat. Allons voir autre chose, il y a peut être du travail au niveau de la joute à cheval."

Mioni fit un peu la moue, elle qui aurait voulut continuer de regarder. Nous disparaissions donc de la foule, rejoignant la piste de joute à cheval et entendant au loin les cris de victoire de la foule. Le nom de Castamere se fit entendre dans l'écho, annonçant le victorieux. Sur la piste de la joute montée, il y avait un peu de quoi faire. L'ambiance était tout autre et plus électrisée, et les blessés plus fréquents. Nous rejoignions la tente des blessés, et commencions les soins. Mioni, pipelette invétérée et gagnant la confiance des gens avec aisance, fit parler ceux nous entourant. Elle voulait absolument savoir qui était ce Castamere, et c'est donc au passage que j'en appris sur son histoire. Cette maison était l'ancienne maison royale, qui fut renversée par la maison qui était au pouvoir quand je suis arrivée en tant que Tullia E. Von Raijer sur les Terres Franches. J'écoutais les avis, les ragots, ce qu'il semblait vouloir accomplir. Tout cela était très intéressant, du moins pour moi. Il y avait un roi pantin en ce moment même sur le trône, et si ce Castamere valait le coup, alors il serait peut être avantageux pour le bien être des humains que je lui donne mon appuis. Mais faut il encore savoir ce qu'il compte faire une fois au pouvoir, car pour le moment j'entendais surtout toute cette histoire de vengeance.
Je ruminais cette histoire dans ma tête, finissant mon travail et empochant l'argent. Sous l'insistance de l'anima, nous retournions sur la piste de la joute à pied. Elle espérait croiser Castamere, ou du moins connaitre les résultats et savoir s'il était bien en final. Mais quelle ne fut pas notre surprise de le voir encore sur la piste, et cette fois entouré de ses adversaires de plus tôt ! Me demandant s'il avait été provoqué par les autres, sans m'en rendre compte je suivais Mioni qui donnait du coude pour arriver au premier rang. L'ayant rejointe, je regardais le combat depuis cet avant poste avantageux, écoutant entre les hurlements de la foule les bribes de paroles de la jeune femme.


" Il est impressionnant, tu ne trouves pas ! "

Je souriais doucement, dardant un regard malicieux sur ce chevalier qui était doué mais s'en pavanait bien trop.

" Oui, il l'est. Mais il en fait un peu trop, et on a l'impression qu'il veut en plus de se donner en spectacle humilier ses adversaires. C'est.... inutile selon moi."

Mioni fit comme si elle ne m'avait pas entendu, applaudissant quand Castamere gagna enfin cette partie. Je riais de la voir aussi enjouée, puis reporta mon attention sur les combattants. Mon avis sur cet homme était un peu dure, je le reconnais. Cependant, je comprenais pourquoi il faisait cela. La foule l'adorait, et quand on veut monter au pouvoir il est nécessaire souvent d'avoir le soutient si ce n'est la confiance du peuple. Ces prouesses de joutes allaient le rendre populaire auprès des dames et des gens du peuple, mais il devrait tout de même faire attention à ne pas trop s'attirer les foudres des autres nobles et combattants en les tournant en ridicule. Enfin, moi et la politique. J'ai déjà assez donné comme ça, cela ne me concerne plus.

_________________

-Fonda Suprême (adorée), pour vous servir ~.....

Dragon form :
Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shrikan.deviantart.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une joute inhabituelle (Pv. Tullia)    Dim 19 Mai - 15:43

Les combats duraient depuis plusieurs minutes déjà, tous mes adversaires gisaient à terre, il n'y avait eu aucun mort dans ce tournoi, mais le sang avait coulé, mon épée laissait s'échapper un léger filet de sang venant du torse d'un malheureux, la violence de l'impact avait brisé son armure. Mon armure était intacte, ces combattants de campagne n'était pas assez fort et agile pour me toucher, le public lui était au rendez-vous, il avait considérablement augmenté et scandai mon nom, quelques visages en colère se lisaient sur certain chevalier que j'avais vaincu mais la majorité avait apprécié le spectacle. J'entendais certaines personnes scander des phrases comme "Vive le véritable Roi" ou ce genre d'expressions. Cela me faisait véritablement chaud au cœur tandis que je commençais ma parade de victoire sous les acclamations de la foule. Ce fief me semblait acquis, le noble local me serait surement d'une aide dans mon juste combat pour le trône, mais je devais toujours dédier ma victoire à une Dame, par chance mes victoires hors tournois avaient attiré nombre de demoiselles qui seraient prêtes selon leur regard à bien des perversités avec moi accessoirement. Je n'étais pas comme mon oncle adepte de ces frasques sexuellement douteuses à plusieurs ou tout simplement régulière, l'excitation du combat était mon plus grand plaisir, bien que je ne refusait pas une petite douceur de temps en temps.

Je m'approchais alors de deux femmes, une était une animae, l'autre était plutôt belle mais semblait s'ennuyer, je les regardais donc puis avec un de mes sourires légendaires m'approchait de l'anima. Je n'avais aucune haine ou honte des anima, bien trop souvent les peuples humains les avaient persécuté ou accuser de tous leurs malheurs, il fallait changer cela et une fois roi Roi des Hommes je m'étais engagé à le faire. Ainsi je m'approchais de cette animae plutôt mignonne et lui présentait fièrement sous l'œil jaloux de nombreuses autres dames la petite médaille que j'avais reçu en récompense de mes exploits lors de ce tournoi. Tandis que je m'occupais de ranger Crocs Sanglant qui avait encore une fois si bien porté son nom je m'adressais à la Dame à qui j'avais dédié ma victoire et ma prestation martiale dans ce tournoi de mon sourire le plus charmeur en tant que preux chevalier. Bien que tacher de sang mon armure brillait au soleil, ce qui d’une certaine façon le mettait en valeur, non pas que cela me déplaise, j'aime beaucoup le sang de mon ennemi sur mon épée ou mon armure et cela doit très certainement se voir.

-Sir Aegan von Castamere pour vous servir gente Dame, représentant de la Maison du lion et véritable Roi des Hommes. Une Dame de votre grâce et de votre beauté mérite amplement de remporter ma victoire. Veuillez accepter cet honneur là et daignez vous rassasiez à mes côtés lors du banquet au château du seigneur de ces lieux et vous ferez de moi le plus heureux des chevaliers.

J’attendais une réponse, que je pensais heureuse et exciter, j’avais bien vu qu’elle admirait mon talent, cette anima n’avait pas dû voir beaucoup de chevalier dans sa tribu. Mais mon regard se posait aussi de temps à autre sur sa compagne, une Dame qui avait l’air insensible à mes charmes, cela était fort rare. Etant un de ces hommes que les femmes aimaient et admiraient, je les entendais peupler leur fantasme et les histoires qu’elles racontaient à leurs enfants de mes exploits. Exploit qui je l’espère arrivait aux oreilles de l’Usurpateur, lui montrant à qui il a affaire et qui le tuerait. Cela était devenu mon obsession, ma Maison était devenu mon unique raison de vivre, elle seule restera lorsque tous seront poussière, elle seule se dressera.
Revenir en haut Aller en bas
Tullia Estrama Von Raijer
Fonda Suprême ( adorée )
Fonda Suprême ( adorée )
avatar

Messages : 787
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 28
Localisation : En pleine sieste ....

Feuille de personnage
Race: hybride Haut Dragon/humain
Classe / Rang: Duchesse humaine, Conseillère Diplomatique Royale
Camps: Equilibre

MessageSujet: Re: Une joute inhabituelle (Pv. Tullia)    Dim 19 Mai - 21:58

L'ambiance était de plus en plus électrique, et la foule se mettait à scander son nom. Certains allèrent même jusqu'à crier "Vive le véritable Roi !" . J'étais étonnée, me disant qu'ils n'étaient vraiment pas au courant de la situation dans la capitale. S'ils savaient, ils ne seraient pas aussi bruyant à ce propos. Mioni était excitée comme une puce, ses yeux brillants et sa voix acclamant son héros du jour. Heureusement qu'Aethan, son fiancé, n'était pas là pour la voir. Je souriais en la voyant, amusée de la voir comme une gamine de 16 ans. Il faut dire qu'elle n'était pas la seule, ce mâle déchainait la population féminine et provoquait un véritable raz de marée d'hormones.

Pensive, j'observais Castamere à mesure qu'il se rapprochait. Il était tout souriant, se rengorgeant de sa victoire sur de petits chevaliers de campagne. La foule l'acclamait, et il aimait ça. Oui, il n'était vraiment pas fait pour être dragonnier. Il lui manque l'humilité, qualité importante selon moi.Je fus sortie de ma réflexion en étant bousculée par Mioni, qui arrivait au paroxysme de l'excitation féminine. Rapidement je compris que c'était parce que Castamere se rapprochait de plus en plus de nous. Attend pour voir.... Mais il se diriger VERS nous ! Je regardais les yeux de Castamere, et vis qu'ils étaient rivés sur Mioni. Pas la peine de savoir sur quoi étaient rivés ceux de mon amie. Amusée, je retenais un sourire plein de malice, et avait follement envie de rire. Mioni ne tenait plus en place, et je dois avouer que Castamere n'aurait put choisir plus fervente admiratrice du moment. Mais s'il comptait coucher avec elle, il sera bien pris au dépourvu, le pauvre. Le chevalier victorieux prit place devant Mioni, que de nombreuses femmes regardaient avec une jalousie maladive maintenant qu'elle avait obtenu les faveur du champion du jour. La journée risque d'être dure, il va falloir que je la surveille. Castamere offrit sa médaille à l'anima, se présentant et invitant Mioni au banquet. Ha, il veut vraiment la faire passer à la casserole celle là. Mioni était tout sourire, toute resplendissante dans sa candeur et sa douceur. Elle s'inclina légèrement, et accepta la médaille. Mais avec une petite hésitation qui ne m'échappa pas. D'ailleurs, Mioni me lança un regard, comme pour attendre mon consentement. Je lui souriais avec douceur, et lui répondis pour l'encourager sans pour autant épargner l'orgueil du chevalier. Ses manières flatteuses et imbus n'étaient pas de mon goût, aussi c'est en posant un regard malicieux sur lui et en parlant avec toute la chaleur du sarcasme que je lui lançais ma pique.


"Et bien, qu'est ce que tu attends ? Prend donc le prix et accepte l'invitation que t'offre ce lionceau arrogant, vu que tu ne sembles avoir d'yeux que pour lui. Ce sera amusant de voir autant de jalouses, et surtout UN jaloux en particulier ~.... "

Mioni s'empourpra, et pour deux raisons. Premièrement, j'avais insulté en directe celui qui lui accordait des faveurs. Deuxièmement, je lui avait rappelé qu'elle avait déjà un mâle, et qu'aller jouer ailleurs ne serait pas vraiment conseillé. Cependant, c'est sur la première raison qu'elle s'exprima. S'inclinant légèrement devant Castamere comme pour demander pardon et me lançant un regard plein de reproche. Pourtant, sa voix légère ne semblait pas tenir autant de mordant que ses yeux à mon égard.

" Arya ... Ne soit pas irrespectueuse !"

J'haussais les épaules en souriant encore plus, ignorant les regards indignés des femmes et des gens nous entourant. Je m'adressais à présent directement au chevalier, avec audace et assurance, plongeant mon regard intense dans le sien.

"Et quoi ? Il n'y a pas d'irrespect à être franche et dire ce qui est et ce que je vois. N'est ce pas, Sir Castamere ? Est il un mal de constater que le victorieux tient plus de la Maison du Coq que du Lion ?"

J'attendais sa réponse, continuant de le regarder sans ciller. Son armure ou son arme pouvait bien être trempée dans du sang, cela me ferait pas le moindre effet pour m'intimider. Je le provoquais clairement, mais voulais aussi voir s'il avait l'esprit assez fin pour comprendre pourquoi je disais cela. La brute aurait elle un cerveau, ou se contenterait elle d'un tas de muscles et d'un beau visage ? Le silence s'était fait, tout le sang semblait avoir quitté le visage de Mioni.

_________________

-Fonda Suprême (adorée), pour vous servir ~.....

Dragon form :
Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shrikan.deviantart.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une joute inhabituelle (Pv. Tullia)    Lun 20 Mai - 16:25

Peu de femmes auraient eu le courage de me parler ainsi, j'étais vu comme un héros, mes batailles étaient conter aux banquets dans des ballades épiques chanter par les grands bardes. Mais cette dame critiqua comme si j'étais un roturier ou un chevalier insignifiant, cela était déroutant en premier lieu, je n'avais pas l'habitude de ce genre de traitement. Grâce à l'anima je sus qu'elle s'appelait Arya, anima qui accessoirement avait l'air de vouloir s'enterrer le plus profondément possible. Le comportement de cette dame Arya était plus inhabituel pour une dame, elle avait du courage ou alors de la stupidité, mais la teneur de ces propos m'orientait vers le premier cas de figure. L'anima était donc déjà prise, preuve que les dames ne sont pas aussi vertueuse que l'on puisse le penser bien que je n'avais pas forcément prévu de cuisser cette dame. Elle me critiqua aussi sur mon comportement, à vrai dire sa remarque sur la Maison du Coq était plutôt bien trouver et me blessa légèrement dans ma fierté autant qu'elle m'amusait de sa perspicacité. Cela allait être assurément une journée intéressante, bien que quelque peut blesser dans ma fierté je continuais à sourire, une petite critique n'allait pas mettre à terre le seigneur de Castamere. Avant de m'approchais de la jeune impétueuse il me fallait rassurer la dame anima, je lui fis donc une légère révérence.

-Nul besoin de vous excuser, dame Arya ne fait que donner son avis, elle en a le droit. Je m’en vais de suite régler ce petit malentendu ma dame.

Je m’approchais suite à cela d’Arya, elle n’était assurément pas une dame comme les autres. Occuper à plaire aux hommes en attendant que son hypothétique preux chevalier vienne la secourir de sa morne existence, ces chevaliers n’existaient pas, les dames ne vivaient pas dans des tours à attendre que Duncan le Grand vienne la délivrer et accessoirement la cuisser, le garçon de chambre l’avait déjà fait…..

J'attendais alors plusieurs secondes le temps de jauger mon intrépide dame, bien que si je l'avais ordonné toutes les dames ici présente auraient essayé de la tuer, j'étais un petit peu plus diplomate que cela et aimait véritablement les défis. Ce n'était pas une femme de haute lignée, certainement une voyageuse, suivant les pérégrinations d'une tribu anima, un autre chevalier l'aurait très certainement giflé ou que sais-je encore. Je regardais ainsi en silence Arya avant de sortir de mon mutisme, les spectateurs ici présent s'attendraient sûrement à une de mes blagues ou un air suffisant comme j'en avais l'habitude. Mais ma bouche prononça des mots bien différents, après tout dame Arya avait raison, de quoi me pavanais-je ? D'avoir vaincu 6 garçons de fermes accompagnées de leurs valets, maniant indistinctement depuis leur enfance leur épée comme si elles étaient un bâton. Ou encore des garçons de noble lignage, pensant que la guerre épargne ceux qui la plus grosse bourse, qu'il suffit d'agiter une épée obtenue par l'or pour devenir un chevalier. C'était une victoire pas très intéressante et ma Maison avait mieux à faire que de se vanter d'avoir vaincu Gunjar le laitier. Un véritable lion ne ferait pas la course aux villages espérant fébrilement que des paysans armés de fourche le mettrait sur le trône. Ainsi je lui répondais d’un air ni hautain, ni fier, seulement avec honnêteté, comme un véritable chevalier.

-Veuillez me pardonner Dame Arya, un lion ne devrait pas réagir ainsi, je vous offre les plus plate excuses de la Maison Castamere. L’humble coq que je suis vous convie aussi au banquet pour espérer qu’un jour je puisse être dans votre estime en tant que véritable chevalier.
Revenir en haut Aller en bas
Tullia Estrama Von Raijer
Fonda Suprême ( adorée )
Fonda Suprême ( adorée )
avatar

Messages : 787
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 28
Localisation : En pleine sieste ....

Feuille de personnage
Race: hybride Haut Dragon/humain
Classe / Rang: Duchesse humaine, Conseillère Diplomatique Royale
Camps: Equilibre

MessageSujet: Re: Une joute inhabituelle (Pv. Tullia)    Lun 20 Mai - 19:08

Aegan Von Castamere semblait fortement surpris par mon attitude et mes paroles. A mon avis, plus de la moitié de l'assemblée était tout aussi choquée. Mais peu m'importait, car cela m'amusait. Je continuais de le fixer, attendant une réponse. Il ne se départit pas de son sourire, et rassura Mioni qui était sur le point de défaillir. Ce qu'il lui dit sembla la rassurer, et moi je n'en cru pas mes oreilles. Régler ce malentendu ? Etait il confiant à ce point là ? Mon petit, je vais me faire un plaisir de te montrer le contraire...
Il se tourna vers moi, et dans la plus grande politesse s'excusa tout en réussissant par un tour de phrase à m'inviter aussi au banquet. Il ne manquait pas de toupet celui là ! Pensait il que je faisais une crise existentielle de jalousie car je n'avais pas reçu autant d'admiration de sa part que mon amie ? S'il croyait avoir une femelle facile, il se trompe largement. Je me mis à sourire encore plus, riant même tout en continuant de le moquer. Mes paroles étaient acérées, mais dites d'une voix légère et nonchalante comme si je déblatérais une quelconque banalité du jour.


" Des excuses de la Maison Castamere ? My my, quelle prétention une fois de plus. C'est plutôt à votre Maison du Lion que vous devriez faire excuse. Un tel spectacle montrant un manque d'humilité et une envie d'humilier autrui est indigne de la maison que vous représentez. Vos fautes m'amusent, mais je doute que cela amuse autant vos ancêtres. "

Je continuais d'enfoncer le clou, alors que la foule s'était tût. Je venait tout simplement de l'insulter par rapport à sa famille, lui qui en était le gardien et ne cessait de la faire valoir. Mais c'était bel et bien mon but. Qu'il voit ce qu'il était, et qu'il prenne ses responsabilités. Il se voulait le vrai Roi ? Qu'il le prouve, au lieu de croire que cela lui est dû. Toujours sur le ton de la plaisanterie, je lui répondis par rapport à son invitation au banquet, qui me paraissait bien grotesque. Mon regard était toujours rivé sur lui, implacable et plus froid que mes paroles.

" Et sincèrement, si vous souhaitez que je vous vois comme un véritable chevalier, ce n'est pas en s'empiffrant et en s'enivrant à un banquet que vous me donnerez l'occasion de changer d'avis sur votre chevalerie. Un chevalier s'éprouve dans l'arène ou dans un champs de bataille, pas les fesses sur un tabouret et une femme sur les genoux."

J'écartais les bras, reculant légèrement comme si j'attendais que quelque chose tombe du ciel.

" Alors, que comptez vous faire pour vous rachetez aux yeux de votre Maison et me donner moins à plaisanter ~ ? "

_________________

-Fonda Suprême (adorée), pour vous servir ~.....

Dragon form :
Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shrikan.deviantart.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une joute inhabituelle (Pv. Tullia)    Mar 21 Mai - 20:31

Si Dame Arya avait été un homme sa langue aurait été arraché pour ses paroles, je l'aurais fais moi-même. Cette impétueuse et ignorante paysanne tournait en dérision ma parole et m'insultait ouvertement. Remettant en cause mon mérite, comme si j'étais un de ces nobles qui n'avaienteu comme mérite dans sa vie que de naitre avec tous dans ses mains, lui suffisant de claquer des doigts pour avoir ce qu'il veut. J'avais eu tout ce que j'ai, l'admiration des Hommes, mes titres, tout cela je l'avais eu dignement et par mes exploits, de bardes contaient mes batailles en chanson, depuis plus de 15 ans je combattais jours après jours pour l'avoir. Cette femme voulait de plus que je lui prouve ma chevalerie ? Si je m'étais écouté je lui aurais coupé sa misérable tête sur l'instant, mais je n'étais pas un monstre et ne devait pas laisser la colère obscurcir ma raison, on ne m'appelait pas le lion rouge pour rien, j'avais la réputation d'être impulsif et si je ne revenais pas couvert entièrement du sang de l'ennemi j'avais le sentiment de mal faire mon travail.

Mais que savait-elle de mes ancêtres ? Je connaissais l'histoire de la Maison Castamere par coeur, l'apprenant comme une litanie, ma Maison avait eu son lot de lion atypique, qu'ils soient nobles ou monstre, érudit ou fou, guerrier ou pleutre. Comme si apprendre par coeur la litanie ferait de moi un meilleur Castamere, un plus grand homme, digne de sa Maison et non le fils d'un Castamere et d'une catin du premier bordel venue ! Ma mère....je ne cherchais même plus à savoir qui elle était, mais je la haïssais, je ne sais pas vraiment pourquoi, mon père disait qu'il était plus facile de trouver en coupable une personne inconnue, ainsi je l'avais toujours haïe, pour ce qu'elle représentait. Cela devait se voir dans mes yeux, mes beaux yeux et ma belle crinière blonde tout droit hérité de ma mère. Un bâtard peut être, mais un Roi, un Roi qui reprendrait son trône, arrachant lui-même la langue à tous ceux lui disant qu'il n'était pas un bon Castamere, eux verrait la fureur du lion rouge. Un homme m'avait dit à l'époque que je n'étais pas digne de porter le lion dorer comme écusson, alors je pris le lion dorer et le peignit du sang de celui qui me l'avait dit, j'obtins ainsi un lion écarlate comme écusson.

Depuis cette histoire je l'arborais fièrement en étendard, étrangement depuis nul ne me traite de bâtard. Bien qu'Arya n'ait jamais mentionné cela, tous ces souvenirs me revenaient en tête, la colère et la haine me submergeait et lorsque cela arrivait mon occupation principale pour me calmer restait de me battre, sentir le sang et les soupirs d'agonies m'aidait à me calmer, même si je n'étais pas très fier de cette attitude. Lentement je fermais les yeux, ne faisant plus attention au monde autour de moi, lentement je retirais toute mon armure, ne laissant que des habits me couvrir, je m'éloignais ainsi du bord de terrain allant vers le milieu l'air déterminer. J'allais montrer à cette chienne qui était Aegan le lion rouge de Castamere, je me tenais seul au milieu du terrain, Crocs Sanglants à la main. Regardant tous les chevaliers de campagne que j'avais vaincue, un sourire à la bouche mêler de colère je les conviais tous à venir m'affronter, en même temps, je leur montrerais ce qu'est un Castamere de la Maison du lion !

-Dame Arya, J’espère que vous apprécierez le spectacle, je ne sais pas comment sont les gens chez vous mais un Castamere répond toujours à une provocation ! Allons venez vous autre et ne retenez point vos coups !

Je commençais dans un élan de lucidité à regretter de m’être comporter ainsi, une telle perte de soi, mais le mal était fait et je saurais affronter ces gueux sans problème apparent. Il n’était plus le temps des beaux mouvements gracieux ou des effets de style, j’allais devenir beaucoup plus brutal, malheureusement pour mes ennemis….
Revenir en haut Aller en bas
Tullia Estrama Von Raijer
Fonda Suprême ( adorée )
Fonda Suprême ( adorée )
avatar

Messages : 787
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 28
Localisation : En pleine sieste ....

Feuille de personnage
Race: hybride Haut Dragon/humain
Classe / Rang: Duchesse humaine, Conseillère Diplomatique Royale
Camps: Equilibre

MessageSujet: Re: Une joute inhabituelle (Pv. Tullia)    Sam 25 Mai - 8:54

(en cours)

La tension était palpable, et voir comment la colère montait aux joues de Castamere était vraiment amusant. Beaucoup de spectateurs s'étaient reculés de plusieurs pas, me laissant seule devant lui. Leur peur était visible, mais moi je trouvais cela au contraire tout à fait excitant. S'il laisse libre cour à sa colère, alors il méritera vraiment les mots que je lui ais servi.
Mais ce qu'il fit me surpris assez. Il resta d''apparence calme, ne disant rien et ne faisant aucun geste visant à assouvir sa colère. Il fermait même les yeux, sûrement pour se concentrer et mieux gérer sa colère, et se mit à enlever son armure lentement. Ce genre de strip-tease engendra une vague de murmure dans la foule, et Mioni s'était rapproché de moi pour me prendre le bras. Elle me le serrait fort, et tentait de me tirer en arrière pour que l'on parte. Mais sans me détourner du chevalier, je restais campée sur mes positions. Allait il proposer de se battre contre moi en duel ? Ce serait tellement divertissant ! Mais mes espoirs furent bien déçu. Une fois dévêtit de son armure, il ouvrit les yeux et se mit à vociférer. Il état toujours en colère, et sa colère semblait être mauvaise conseillère. Il s'apprêtait à vouloir se battre, sans armure, contre tous les combattant de plus tôt. Cette proposition m'énerva quelque peu. Là, j'étais blessée dans mon orgueil. Pourquoi ne pas avoir proposé de se battre contre moi ? Parce que je suis une femelle ?
Je serrais les lèvres, observant ce lionceau désespéré attendre que les autres attaquent. Ceux ci étaient très hésitant, tenant leurs épées en main mais ne s'approchant pas, continuant de se consulter mutuellement du regard pour savoir comment agir. Mais avant qu'il n'ait pus se faire embrocher par les autres, j'entrais dans l'arène, et parla d'une voix forte et autoritaire qui fit sursauter tout le monde.


" ASSEZ ! "

Tout le monde était choqué de me voir entrer ainsi sur la piste d'affrontement. Allais je m'excuser ? Vu le regard de braise que j'avais, brillant de colère, il y avait très peu de chance que ce soit cela. Je jetais des regards noirs aux autres combattants, puis posa celui ci sur Castamere. Je m'étais arrêtée à quelques mètres de lui, lui faisant face. Une fois de plus je le sermonnais, mais d'une voix plus énervée et moins contrôlée qu'auparavant.


" Ce n'est pas en se jetant dans une meute de chien que vous allez montrer votre valeur ! Et puis vous me vexez en ne me proposant pas de vous affronter pour nettoyer votre honneur ! "


Je croisais les bras, me calmant un peu. Je m'étais remise à sourire doucement, et fis ma proposition.

" Combattez moi en duel, et montrez moi ce que vous savez faire. Le choix de l'arme est votre, portez une armure si vous le voulez ou non."

Cette fois ci, toute la foule qui s'était rassemblée (et agrandie) s'exclama sous le choc de ces propos. Une femme, se battre en duel à l'épée contre un chevalier ? Etais je devenue folle ? Si seulement ils savaient, les pauvres.... Si Castamere savait qui j'étais, il serait heureux d'avoir l'honneur d'avoir un duel avec moi. Ou irait courir pour sauver sa peau, qui sait. De mon coté, je me tournais vers Mioni, qui m'interpellais. Elle était livide, et visiblement extrêmement paniquée.


"Arya ! Mais.. Tu ne sais pas te... "


Je souriais de malice, et la coupais. Je lui répondis pour la rassurer, lui faisant un clin d'oeil. La rassurer.... Enfin, d'une certaine manière.

" Mioni, tu ne sais pas tout de moi. Va me chercher mon épée courte et mon sac en cuir. Aller, dépêche toi ! Cours! "

Elle semblait hésitante sur la marche à suivre, mais elle finit rapidement par disparaitre dans la foule, et courir vers le campement. Etant de la Tribu du Cerf, je la savais rapide. Elle sait où sont mes affaires, elle ne devrait donc pas mettre beaucoup de temps.
En attendant, je me tournais de nouveau vers Castamere, qui semblait... dubitatif. Je souriais de malice, amusée de perturber ainsi la gente masculine. Si je le pouvais, je ferais ça toute la journée. Ces monde médiévaux et primaires m'ont toujours portés sur le système, avec leur vision qu'ils ont de la gente féminine. C'est donc devenu presque un sport pour moi de les faire tourner en bourrique, et leur montre que le sexe faible n'était pas si faible que ça, et méritait un minimum de respect. C'est donc de nouveau avec une légère nonchalance que je lui répondis, mon amusement étant à peine dissimulé.


" J'ai aussi mon honneur à défendre, voyez vous ~.... Prouvez moi que vous valez quelque chose sur le terrain, alors je verrais si mon opinion sur vous peut changer. Et n'ayez pas peur. J'ai beau avoir l'air d'être une femme fragile, je reste néanmoins une femme éduquée durement à l'art des armes. Refuser un tel duel juste au nom de la galanterie ne montrera qu'une faiblesse de votre part, entendez le bien."

Il était hors de question en effet qu'il se défile, sous prétexte que la galanterie l'oblige à ne pas s'attaquer aux femmes. Mioni fit son apparition, portant dans ses petits bras mon sac en cuir et mon épée dans son fourreau. Son visage était rouge, et le tout semblait bien lourd pour elle. Cependant, elle fit l'effort m'amener le tout, mais retourna bien vite dans la foule, faisant bien attention de ne pas croiser le regard de Castamere.
De mon coté, je me préparais hâtivement pour le duel. Je n'avais pas besoin de grand chose, à savoir mon épée et ma paire de gants de combat. C'était en fait des mitaines en cuir, bardées de plaques de fer utiles pour dévier des coups de lames ou donner des coups de poings. Je les mettais, puis sortais mon épée de son fourreau. L'épée n'avait rien d'extraordinaire, et était un peu plus courte que celle de mon opposant. Mais ce n'était en aucun cas un problème, car adaptée pour une personne comme moi qui est rapide et aime le combat plus rapproché. Le chuintement du métal contre le cuir dur du fourreau me fit sourire, et je sentais déjà mon sang bouillir dans mes veines. Cela faisait longtemps que je ne m'étais pas combattu sérieusement, du moins pas depuis la prise du palais il y a plus d'un mois et demi de cela.
Je me mettais en place, faisant face à mon adversaire. Ma garde était basse et je semblait pleine d'ouverture, mais la robe empêchait de voir comment étaient mes jambes et mes pieds. Choses qui ont leur importance pour déterminer le premier niveau de l'adversaire. Il avait le désavantage d'avoir déjà combattu avant, et que j'avais vu son style de combat. Mais bon, un vrai combattant sait palier à ce genre de problème, non ? Je regardais Aegan en souriant, le saluant légèrement avant le duel par politesse.

" Prêt, Sir Aegan ? "

_________________

-Fonda Suprême (adorée), pour vous servir ~.....

Dragon form :
Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shrikan.deviantart.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une joute inhabituelle (Pv. Tullia)    Lun 27 Mai - 19:53

De toutes les femmes, cette Arya était vraiment différente, elle ne se contentait pas que de m'insulter, elle combattait aussi, fait assez rare pour une femme pour le noter, mes congénères ayant quelques légers problèmes avec des femmes voulant porter l'épée, cela était donc plutôt rare et assez appréciable. La société humaine étant stupide, archaïque, pleine de préjugés et obscurantiste, cela n'était point le lieu pour une femme portant l'épée, malgré tout de temps à autre une dame brisait son quotidien codifié et se décidait à partir à l'aventure. Ces femmes étaient bien généralement bien plus puissante que la moyenne des hommes, j'en avais rencontré quelques-unes et elles faisaient des guerrières remarquables, cela devait être normal, seule les plus fortes réussissant à s'imposer dans ce monde. Mon adversaire le plus puissant avait même été é une femme, Dame Jeyne von Tramere, la fille de Ser Roderic mon mentor, elle devait être au moins aussi forte que moi bien que moins reconnu du fait de son sexe, j'avais toujours trouvé en elle une amie et une combattante implacable.
J'espérais ainsi qu'elle me rejoigne bientôt dans mon combat pour le trône, avoir une telle guerrière à mes côtés me raviraient véritablement, Dame Arya me la rappelait un peu, j'avais la même envie de lui arracher la langue qu'à Jeyne, cet air déterminer et moqueur, fière et n'hésitant pas à critiquer, même si Jeyne après ce qu'on avait traversé n'oserait jamais critiquer ma Maison, mon honneur de combattant et mes prouesses martiales. Arya 'avait jamais dû entendre les récits de mes combats, après tout je me pavanais à ces ridicules tournois alors que je n'avais plus besoin de faire mes preuves, même les gros tournois n'apportaient plus rien à ma réputation, seule une bataille d'exception le pourrait, j'attendais avec impatience cette bataille, celle qui immortaliserait mon nom à jamais. Mon visage se détendait lentement, esquissant même un léger sourire suivis d'une révérence de respect pour mon adversaire.
-Je dois avouer que je suis agréablement surpris, il manque cruellement de femme portant l’épée, j’espère que vous êtes aussi puissante que votre attitude le laisse paraitre sinon je m’en verrais fort déçu.
Je me préparais déjà pour la joute, je me décidais à resté dans ce simple vêtement, après tout Dame Arya n'avait que ses habits et son épée comme équipement, cela me permettrais aussi d'être bien plus mobile qu'habituellement. Je n'allais aucunement lui donner de cadeaux, je combattrais de toutes mes forces comme si ma vie en dépendait, un vrai guerrier ne bride pas ses capacités pour faire plaisir à son concurrent et j'allais bien faire honneur à cela. Le public regardait attentivement, ne pensant certainement pas qu'Arya puisse être un danger pour moi et se complaisait déjà à se moquer d'elle, cela n'était tout de même pas pour me déplaire, car en plus de mon esprit de compétition venait se mêler une vengeance bien méritée pour cette audacieuse.
Doucement je me préparais sous les acclamations de la foule, Crocs Sanglants et moi avions hâte de voir son sang couler. Je souriais ne faisant plus attention à ce rassemblement qui me déconcentrerais plus qu'autre chose et disait d'une voix légère mais pourtant déterminer mes dernières paroles avant cette joute en qui je plaçais tant d'espoirs, me permettant au passage une raillerie semblant assez choqué le public ayant selon moi un balais enfoncé un peu trop profondément dans leur noble postérieur.
-Je vous laisse commencer Sir Arya, épatez moi de votre singulière grandeur.

Je me préparais désormais à pouvoir contrer la moindre attaque, je ne m’étais pas entrainer et n’avait pas combattu toute ces années pour être vaincu en ce jour, cela allait être assurément une très longue journée…
Revenir en haut Aller en bas
Tullia Estrama Von Raijer
Fonda Suprême ( adorée )
Fonda Suprême ( adorée )
avatar

Messages : 787
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 28
Localisation : En pleine sieste ....

Feuille de personnage
Race: hybride Haut Dragon/humain
Classe / Rang: Duchesse humaine, Conseillère Diplomatique Royale
Camps: Equilibre

MessageSujet: Re: Une joute inhabituelle (Pv. Tullia)    Mar 4 Juin - 18:08

Je m'attendais à un minimum d'indignation, mais il se montra à la hauteur de ses bonnes manières. Il ne refusa en aucun cas le combat, ce qui me faisait autant plaisir que me procurait un certain déplaisir. En effet, s'il s'était comporté comme un sexiste qui roule des mécaniques sans rien avoir sous le capot, j'aurais eu l'amusement de lui enseigner proprement les choses. Avec toujours cette petite (grosse) pointe d'humiliation que j'aime infliger aux mâles de cette espèce. Bref, je ne pourrais lui donner une leçon comme je les aime. Cependant, il avait gagné mon respect. Un peu, certes, mais c'est déjà bien. Je ne serais donc pas trop dure avec lui. Il vaut peut être la peine que je lui enseigne vraiment quelque chose, qui sait ? Il aura peut être les oreilles ouvertes. Ou alors, comme dit l'adage, je me chargerais de lui ouvrir celle qu'il a sur le dos ~ .
Le public s'étant assemblé, et semblait encore plus excité qu'avant. Cette femme folle que j'étais n'allait sûrement pas durer bien longtemps. Les femmes gloussaient, et pour certaines l'envie même de voir mon sang couler se faisait ressentir. Même si mon pouvoir était scellé, j'arrive toujours à lire dans les auras. Et celle de la foule devenait de plus en plus demandeuse de violence et de sang. Bha, on n'y peut rien. Pour la violence, ils auront leur compte. Mais pour ce qui est du sang, ce n'est pas dans mon intention. J'observais mon adversaire en souriant, et me mis même à rire doucement quand il dit vouloir savoir si j'étais aussi puissante que ce que je présumais. Je ne disais rien, mais mes pensés étaient plus libre que le vent à ce sujet.


* Il n'a pas idée, le pauvre ~... *

Oui, s'il savait le pauvre. Mais s'il savait, je ne pourrais avoir ma part d'amusement pour la journée ~ ! Je m'étirais légèrement l'épaule, sentant mon sang se réveiller dans mes veines. Me battre contre un adversaire qui est de minimum de taille, j'aime ça. Et vu ce que Aegan nous avait offert comme spectacle, j'étais certaine qu'il serait prometteur. Même s'il avait fait beaucoup de gestes futiles pour épater la galerie, on ne pouvait se tromper sur la marchandise quant à sa dextérité. Il avait de l'expérience, ça se voyait, et il fallait juste lui rappeler d'être un peu sérieux pour avoir le vrai spectacle. Et c'est ce que je voulais. Je voulais le réveiller un peu, lui faire reprendre la réalité et lui montrer ses réels dangers. Il doit en être conscient sur un champs de bataille, je n'en doute pas. Cependant, vu sa position, il ne peut vraiment se permettre un tel relâchement juste pour épater la galerie. En dehors de cela, il y avait autre chose que je souhaitais savoir et vérifier. Mais ça attendra un peu.
Je m'approchais de lui, me déplaçant avec aisance et assurance. On m'observait, commençait les paris et me raillait. Beaucoup encourageaient sir Aegan, son nom étant scandé à plusieurs reprises. Mais je restais calme, fixant toujours de mon regard brillant et intense mon adversaire, un léger sourire malicieux sur le visage. Les autres concurrents s'étaient retirés de l'arène, et tous regardaient derrière la lice. Aegan ne semblait en rien intimidé. Au contraire, il avait même l'air d'avoir hâte de combattre. Il n'avait pas son armure, ce qui devrait compenser son épuisement par une vitesse et une agilité accrue. C'était exactement ce qu'il me fallait ! Combattre des humains étaient déjà assez barbant, alors si en plus ils sont lents cela ne fait que rajouter à mon ennui (et aux risques que j'abrège avec violence le duel). Je ne pouvais qu'être heureuse des circonstances.
Nous étions à quelques mètres l'un de l'autre, et semblant prêt il me fit l'honneur de me laisser commencer la partie. Souriant encore plus, je fis décrire un moulinet à mon épée qui trancha l'air en sifflant, signe que j'allais me lancer. Mais juste avant de bondir, je répondis avec malice à sa pique.


" Pourquoi pas ! Mais je ne suis pas ici pour étaler ma grandeur, contrairement à vous."

A peine cette phrase terminée, je m'étais déjà ruée vers lui. Garde basse, épée légèrement en retrait, je semblait pleine d'ouverture et pas du tout axée sur l'attaque. Cependant, j'étais plus vive qu'un serpent, et mes réflexes étaient plus qu'excellent. C'est ça, quand on a l'habitude de se battre. Cette rapidité accrue me permettait de laisser ma garde légèrement ouverte, pour tromper l'ennemi ou le déstabiliser. Je feintais sur sa gauche, et nos deux lames se rencontrèrent. Mon coup avait été rapide, mais surtout violent. J'y avais mis plus de force que ce qu'un coup de cette rapidité, pour un humain, aurait laissé supposé. Ainsi, je lui rentrais "directement dans le lard", et lui montrais que j'étais autant sérieuse que redoutable. Se battre contre moi allait requérir un minimum d'envie de tuer, et un maximum d'envie de survivre. Je l'enchainais, ne voulant lui laisser le temps de respirer. Il était plus vif et plus précis dans ses attaques que ce que je pensais, ce qui fit encore plus bouillir mon sang. Cette excitation ne fit qu'accroitre mon envie de le voir se battre sérieusement, aussi je ne le ménageais pas. J'enchainais les attaques vives et précises avec des coup un peu plus lents et espacés, mais bien plus redoutables niveau puissance. Je n'entendais pas le public crier, huer, encourager, retenir son souffle. Toute mon attention était retenue sur Castamere, qui était brillant dans sa manière de contrer les attaques et d'assaillir son advsersaire. Pour un humain, il était très bon. Vraiment très bon. Il avait en très peu de temps compris la situation dans laquelle il était, et surtout le danger que je représentais.

Je transpirais, sentais mon bras et mon épée supplier d'aller au niveau supérieur, mais je me cantonnais à ce que je devais. Ayant l'habitude de me battre uniquement avec deux épées ou à mains nues, je me retrouvais dans une situation de combat légèrement inconfortable. Je préférais manipuler l'épée courte avec une seule main, compensant avec ma force et ma poigne sans trop de troubles, mais mon autre main libre se trouvait fort dépourvue. Elle voulait faire bien des choses, celle ci. Par exemple, quand nous étions assez proche, elle voulait bien se ruer sur la gorge si proche de mon adversaire pour la lui arracher. Si je passais à la vitesse adaptée pour combattre des races plus rapides comme les démons ou les vampires, c'était tout à fait faisable. Mais je me retenais, rétractant ma main et la contractant pour la maintenir. Cet effort de concentration était intense pour moi, laissant ainsi quelques ouvertures d'attaques pour Aegan. Combattre plus faible que soit sans le tuer tout en restant assez sérieux n'est vraiment pas aisé. Comme résultat, ma robe fus coupée en plusieurs endroits, et mon bras qui avait envie d'en découdre possédait plusieurs estafilades, plus ou moins profondes. Mais le sang ne coulait pas vraiment, mon système de guérison se mettant rapidement en place. Je n'y peux rien, c'est pas ma faute si le sang de dragon que j'ai provient d'un dragon blanc.
Je ne savais plus combien de temps avait passé. Cinq minutes, dix ? Peu m'importais. Je m'amusais tellement, que j'oubliais la notion du temps. Je le cuisinais plutôt bien, et il était temps à présent de passer à table. Il avait prouvé qu'il savait se battre, maintenant il devait me prouver autre chose. Pour cela, je réduisis un peu la cadence de mes attaques, et pris un peu plus de distance. Pour parler, il faut qu'il reprenne son souffle un minimum. Moi, je me sentais encore d'attaque, aussi je pouvais converser sans trop de problèmes. Je commençais donc mon petit interrogatoire, qui n'était pas si anodin que cela.


" Pas mal, pas mal du tout je dois dire ! C'est même devenu amusant ! Cependant, une petite question me taraude, et il me faudrait une réponse avant de pouvoir profiter pleinement de ce duel... "

Je faisais une petite pause théâtrale dans mon discours. Je ne savais pas si la foule arrivait à entendre ce que je disais, mais peu m'importais. Une seule personne devait répondre à cette question. Une seule.

" Vous vous dites roi légitime des humains, mais sur quoi repose cette légitimité ? Car sincèrement, je n'en vois aucune..."

Je voulais le remettre en question autant que je pouvais. Je me doutais bien que sa légitimité reposais sur le fait qu'il provenait de la maison Castamere, ancienne maison royale d'Aratanye. Mais elle avait failli à sa tâche, et il faut à présent d'autres arguments pour me convaincre que son accession au trône était légitime. Je continuais de me battre, parfois en brisant le rythme en reculant de plusieurs mètres et en trottinant autour de lui, comme un prédateur. Mais je ne tardais jamais à revenir à l'attaque, histoire qu'il ne croit pas son compte fini.

_________________

-Fonda Suprême (adorée), pour vous servir ~.....

Dragon form :
Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shrikan.deviantart.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une joute inhabituelle (Pv. Tullia)    Sam 8 Juin - 18:55

La joute durait depuis déjà 10 ou 15 minutes, je ne comptais pas mais chaque seconde de combat était si intense, l'excitation du combat, la sueur et bien sûr le sang, tous donnait une senteur exquise emplissant mon esprit. Je n'étais jamais mieux qu'au combat et celui en était un exceptionnel, mélangeant allègrement finesse et violence, précision et brutalité, je sentais Arya aussi doué et passionné que moi, un duel d'exception. Il était seulement dommage qu'il n'y avait pour nous observer que des paysans et des nobles insignifiants, mais je faisais avec ce que j'avais, parant chaque coup d'Arya pour contre attaquer d'autant plus rapidement. Mais bien que je l'avais blessé, elle n'avait quasiment pas saigné, cela me décevait, il n'y a rien de mieux que de voir l'ennemi, voir son sang coulé doucement, voir ses yeux avec cette si singulière peur, la peur de mourir accentuer aux éclats de ce sang. Il me faisait jubiler et j'étais terriblement déçu du manque de sang lors de cette joute, mon désarroi devait probablement se constater pour les esprits les plus observateur. Esprits étant nullement dans cette foule ne jouissant que de la violence pour éclairer leur quotidien, ils ne comprenaient pas la beauté du combat, un véritable art selon moi, j'étais cette artiste utilisant uniquement des nuances de rouges. Je ne faisais plus attention aux cris de la foule, seul Arya m'importait, je ne devais pas m'emporté et la tuer, chose qui requérait d'autant plus ma concentration. Le combat devenait petit à petit épuisant, il me restait bien des ressources mais je suais, cela se voyait d'autant plus que je ne m'étais pas rasé depuis plusieurs jours. Arya me laissait de courtes pauses, je n'avais pas l'habitude de faire durer aussi intensément un duel, cela se voyait mais j'étais toujours aussi exalter de cette joute.
Ma duelliste prenait de plus en plus d'écart avec moi, espaçant ses attaques, cela me laissant le temps de me reposer et pour elle de me parler. Peut être voulait t'elle me déconcentrer avec une telle question, m'énerver pour me faire perdre mes moyens, il était prouvé que j'étais très impulsif sur ce sujet. Arya eu de la chance ou non selon ses intentions car la duel m'amusait suffisamment sans que je ne me vexe de cette remarque. Après tout bien que ma Maison était l'ancienne dynastie régnante, elle avait été renversée, mais j'étais aussi un bâtard, ces deux éléments mettaient endommager ma crédibilité. L'Usurpateur et les nobles ne me rendraient pas le trône car je suis héritier des Castamere, il me le rendrait car j'allais planter une épée dans le crane de l'Usurpateur et de ses alliés. Que mon armée brûleraient tous ceux qui le soutiennent et détruirait toute opposition, car je suis le seul humain à pouvoir faire de notre nation une force dominante dans ce monde et non un esclave. Mon visage restait décontracter, je souriais, m'approchant lentement d'Arya, profitant de chacune de mes parades pour m'approchais d'elle, jusqu'au moment où sans nos épées entrechoquer nos corps auraient pu toucher.
-J’ai bien des légitimés Dame Arya, celle de la naissance, celle du talent mais aussi celle de l’armée, après tout plus personne ne contestera ma légitimité une fois le roi vaincu et que son cadavre ornera les portes du palais…..une fois que le peuple humain ne sera plus soumis aux races du dessus à qui notre chère roi semble tant aimer se faire fille de joie !

Penser à ce gueux qui osait se faire appelé roi me rendait furieux, il avait déshonoré mon père, ma famille, ma Maison ainsi que le peuple humain ! Je lui réserverais mille souffrances, le concernant ma soif de sang ne pourrait jamais être étanché et si je le pouvais je lui ferais endurer mille tortures. Mon visage était devenu plus sombre en pensant à ce chien à qui on avait mit une couronne, les humains ne s'étaient que trop incliner devant les races soi disant supérieur, une fois roi j'apprendrais aux autres races à respecter et à craindre l'espèce humaine. Mes coups devenaient plus violent, légèrement sous l’effet de la colère et de mon envie de voir le sang couler, il en manquait trop à mon goût….
Revenir en haut Aller en bas
Tullia Estrama Von Raijer
Fonda Suprême ( adorée )
Fonda Suprême ( adorée )
avatar

Messages : 787
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 28
Localisation : En pleine sieste ....

Feuille de personnage
Race: hybride Haut Dragon/humain
Classe / Rang: Duchesse humaine, Conseillère Diplomatique Royale
Camps: Equilibre

MessageSujet: Re: Une joute inhabituelle (Pv. Tullia)    Mar 11 Juin - 19:40

Sir Aegan semblait profiter des petites pauses que je lui offrais, mais il ne baissait en rien la férocité de ses attaques. Ayant remarqué que je tentais de mettre un peu de distance entre nous, il semblait encore plus fébrile et fit tout pour se rapprocher de moi. Cette volonté de lutter contre le rythme et la danse que je lui imposais était remarquable, remontant encore plus l'estime que j'avais pour lui en tant que guerrier. Son regard était de braise, comme le mien, et son aura était meurtrière, demandant du sang. Pour ma part, je savais me contrôler un minimum, et réprimais au mieux mes pulsions. Il profita d'un de nos croisé de fer pour répondre à ma question, semblant jubiler et gagner en envie sanglante. Ses coups se firent plus violent et insistant, son aura se chargeant en colère. Je ne sais pas ce qui lui traversait l'esprit, mais ça le mettait dans tous ses états. Je répliquais avec autant de ferveur, augmentant aussi la puissance de mes coups. Mais la longueur du combat me rendait lasse, et l'envie de l'envoyer bouler avec un coup puissant se faisait plus pressante. Mes muscles et mon sang me poussaient à passer au niveau supérieur, l'échauffement bien gentillet selon eux étant terminé. Je me concentrais pour réprimer mes ardeurs, et répondis à Aegan, entrecoupée par nos assauts respectifs.

" Le sang d'une maison déchu de son titre, je ne vois aucune légitimité dans cela. Le talent, pourquoi pas, mais cela ne fait pas tout. Et pour ce qui est de l'armée..."


J'évitais l'un de ses revers, et le repoussais avec violence. Je souriais de plaisir, le plaisir du sang. L'idée de cette armée me révulsait, car il n'y avait rien de pire qu'une armée lâchée sur des civils. C'était l'une des raisons pour laquelle j'ai toujours refusé de faire partie d'une quelconque armée. Ou alors, je lui faisais face et la mettais en pièce, à l'époque où j'étais Gardienne.

" Dirigée par un fou furieux, cela n'est en rien quelque chose de positif pour le peuple. Non, avec ces arguments, vous n'êtes pas vraisemblablement légitime au trône. "


Je riais légèrement, me demandant comment il recevait mes avis. Il ne devait pas les comprendre, ceux ci étant sans doute trop idéalistes et moraux. Pourtant, il n'y avait aucune raison pour que cela ne marche pas. Il y a eu des rois comme ce genre, dans d'autres mondes mais pour la même race. Il serait bien incroyable qu'il n'existe pas un humain sur les Terres Franches remplissant ces critères.
Aegan avait la noblesse avec lui par son sang, l'appuie de l'armée par ses prouesses sur le champs de bataille, et l'adoration du peuple local grâce aux chansons et à ses visites aux tournois. Il avait un idéal qui pouvait convenir aux humains, mais sa soif de bataille et de sang était de trop. Il ne semblait avoir aucun plan constructif pour relever Aratanye, mis à part faire couler le sang de tous ceux qui s'opposeraient à lui. Mais ce qui me fit rire le plus intérieurement, c'était qu'il disait que le roi se faisait fille de joie des races supérieures, mais si seulement il savait que ce n'était qu'un pantin de l'Inquisition ! Cela revenait au même, en un sens, mais de tout ceci il n'en résultera que ruine pour les humains. Il ne devait pas se douter de qui il avait à faire, et j'avais de gros doutes quand à son réseau d'information interne. Savait il se qu'il s'était tramé au palais ? Ce qu'il se passait en ce moment même ? Je devais trouver une manière pour qu'il me crache le morceau, d'une manière ou d'une autre. Au banquet peut être, quand il sera assez ivre. La vérité sort de la bouche des ivrognes autant que de celle des enfants, c'est bien connu. Mais avant ça, il faut terminer ce combat. Pour remuer le couteau dans la plaie, si plaie il y avait avec son égo et son orgueil, je lui rappelais ce qu'il lui manquait, selon moi.


" Il faut quelque chose en plus ! Il faut de l'espoir, une vision d'avenir, une volonté pour le peuple. Un chef de guerre qui ne veut que faire mu-muse avec ses petits soldats de plomb n'est rien d'autre qu'un abcès qu'il faut crever, au risque de faire pourrir tout le royaume avec. Que cela soit pour soit disant libérer le peuple humain, cela revient toujours à une simple destruction. Aratanye ne grandira jamais avec cela. "

Je continuais d'enchainer les coups, augmentant le rythme, quand la foule s'agita et l'on entendit des cris. Des cris autres que ceux d'encouragement. La panique s'étendait un peu plus loin sur le campement des joutes, près des terrains de joute à cheval près de la forêt. Certaine spectateurs de la foule partirent même pour aller voir ce qu'il se passait. Un homme, en revanche, se fraya un passage en vitesse vers la lice de notre terrain de combat. Il faisait presque 2m de haut, et était aussi large qu'un ours. En fait, avec sa barbe et ses cheveux hirsute, ses habits en peau et en fourrure sombre, il ressemblait vraiment à un ours. Il arriva près de Mioni, et lui parla sèchement, avant qu'il ne se tourne vers moi, m'interpellant de sa voix puissante.

" Tullia ! Vite, il y a ... Mais qu'est ce que tu fais ?! "

Kraig était vraiment très sympathique bien que bourru, mais un peu lent d'esprit parfois. La panique lui avait fait oublier qu'en général, dans un tournoi, une femme ne combat pas un homme. Surtout pas une guérisseuse contre un guerrier aguerri. Il ouvrait de grands yeux comme des soucoupes, se rendant compte de ce qu'il se passait sous ses yeux. N'ayant pas vraiment le temps d'être amusée par sa réaction, Aegan répondant toujours avec rapidité par son épée, je ne pus que lui répondre en criant, gardant toujours mon regard rivé sur mon adversaire.

" Kraig, tu ne vois pas que je suis occupée là ? "


Je me reconcentrais sur le combat, y mettant un peu plus d'ardeur. Il était bientôt temps d'en finir. Mais Kraig ne l'entendait pas de cette oreille. Se remettant rapidement de ses émotions, il beugla de nouveau, sa voix montrant sensiblement son état de panique.

" Peu importe, arrête de jouer avec ce seigneur ! Il y a des blessés graves qui reviennent de la forêt, et leurs blessures sont... bizarres ! On dirait de la pourriture ! "

Ces mots furent comme un éclair dans mon esprit, me faisant une véritable douche froide. Quoi ? De la pourriture ? Sans vraiment y faire attention, je fis un énorme bond en arrière, pour m'éloigner de Castamere. J'étais à présent à plus de 10m de lui, et mon regard ahuris était tourné sur Kraig. Il était plutôt pâle, et semblait vraiment désespéré. Pour qu'il soit dans un tel état, cela devrait vraiment être grave. Et selon mon intuition, cela devait vraiment l'être. Je restais quelques secondes à le regarder, pesant le pour et le contre. Ce combat était important, mais des vies étaient en jeu... Rha, au diable ce jeu à la noix !
Je me redressais pour faire face à Aegan, qui était revenu à la charge, et contra son épée avec autant d'ardeur qu'avant. Cependant, mes pensés n'étaient plus portées sur le combat, et je répondis à Kraig en tout hâte.


" J'arrive ! Va chercher mes affaires et apporte les là bas. "

Je devais finir ce combat maintenant, afin de pouvoir y aller. Kraig avait disparu avec Mioni dans la foule, qui s'amoindrissait à vue d'oeil. En souriant, j'interpellais Aegan, sonnant le glas de la fin de notre combat.

" Aegan Castamere, je vais devoir écourter notre petit duel. Entre sauver des vies et combattre un seigneur bouffi d'orgueil, le choix est vite fait. "


Dans un accès de force, je repoussais sa lame avec la mienne, puis vins à une vitesse de démon vers lui. Avant qu'il ne puisse faire quoi que ce soit, mon genou s'était retrouvé au creux de son estomac, et ma main libre lui décocha un coup de poing magistral. J'avais peut être un peu forcé sur la puissance, l'envoyant bouler au sol. Mon sang de dragon s'était légèrement exprimé, mes pupilles étant devenues verticales et mes iris ayant brillé d'un bleu plus intense. Le public ne semblait pas avoir remarqué cela, peut être Castamere. Seul un grand cri de surprise s'échappa de la foule, qui avec autant de surprise me vit rengainer mon épée et m'éloigner au pas de course d'Aegan, en direction de la lice. Cependant je le saluais de nouveau, lui faisant un petit signe de la main sans me retourner et l'interpellant d'une voix malicieuse et légère.

" A la prochaine, Castamere ! Bon combat, par ailleurs ~ ...."

Les gens s'écartèrent devant moi, comme ayant soudain une grande frayeur de ce que j'étais. Mes coups avaient été trop rapides pour eux pour totalement les voir, et c'est ce qui leur avait fait peur. Sans ménagement, je poussais les gens pour me faire place, et courais en direction du terrain de joute à cheval. Du monde s'était agglutiné, m'empêchant d'avancer. J'entendais des cris de douleur, une odeur de sang et de peur. Je poussais de nouveau les gens pour me faire un passage, leur criant dessus pour qu'ils me laissent passer.

" Poussez vous ! Allez dégagez, faites de l'air ! "

J'arrivais enfin sur le lieu du drame, et me figeais totalement en voyant la scène. Deux soldats étaient là, couverts de sang, leurs tunique et cotte de maille déchirées en de multiples endroits. Des traces de griffes énormes, des plaies suintantes et noires qui commençaient déjà à gonfler. Et cette odeur... Si caractéristique, que mon sang de dragon ne fit qu'un tour dans mes veines. Serrant mes poings, je réprimais l'envie de feuler et m'approchais des soldats, qui étaient déjà entourés de guérisseurs. Mais ils semblaient bien perplexes sur la marche à suivre. Les soldats se tordaient de douleur, l'un lui manquant l'avant bras et l'autre ayant le visage scarifié. Les plaies gonflaient, et l'on pouvait voir la malignité se propager à vue d'oeil. La Corruption.
En me voyant arriver, les guérisseurs semblaient retrouver un peu d'espoir, mais la tête que je faisais leur fit redescendre le moral presque aussitôt. Je n'avais pas mes affaires, et ne pouvais qu'observer pour le moment. Je vis un peu plus loin leur monture, unique mais en piteux état. Elle se mettait à baver en abondance, des plaies profondes du même type s'étendant sur son flanc et sa croupe. Je pinçais les lèvres, avant d'entendre Kraig arriver. Il me tendit mon sac, que je pris rapidement, et je lui donnais un premier ordre.


" Kraig, prend une hache et coupe la tête du cheval, on ne peut plus rien faire pour lui. Puis brûle immédiatement son corps avec de l'huile."

Il me regarda, choqué. Il ne semblait pas comprendre pourquoi je demandais cela, sachant que je n'étais pas une personne cruelle envers les animaux. Il ne dit rien et continua de me regarder, comme pour demander confirmation qu'il avait bien entendu ce que j'avais dis. Je répétais mon ordre, plus sèchement et avec insistance.

" Fais le ! Sinon, nous aurons un autre problème plus grave sur les bras...."

Mon regard appuyé sembla le convaincre. il devait se douter de ce que c'était, à présent. La Corruption, ne pouvait venir que de blessures faites par des Renégats, des Wyrms ou des Goules. Une blessure, en se propageant, avait de grande chance de transformer la personne en une goule elle même. Le cheval montrait des signes de cet état de changement, ce qui n'était pas encore le cas pour les soldats. Ils pouvaient être sauvés, mais pas lui. Le seul moyen d'éviter une transformation, c'est de couper la tête et de purifier le corps par le feu ou par une Lame Sainte. Une Lame Sainte, je savais en faire grâce à mes pouvoirs. Mais je ne voulais pas les dévoiler ici, où il y a autant de monde.
Je m'approchais de l'un des soldats, et commençais à demander aux autres guérisseurs de faire des garrots. En attendant, je sortais quelques une de mes fioles, et faisais mes mélanges. Mon sang de dragon pouvait aider à purifier, mais son corps allait être mis à rude épreuve. Sa survie allait dépendre de son envie de vivre, et de l'endurance de son corps. Au soldat le plus proche, je fis boire le breuvage. Sa tunique portait les restes des armoiries du Duché du Hartforshire, ce qui me donna une bonne sueur froide. Je craignais le pire... Aurait il osé ? Pourtant il avait eu ma mort, il ne devrait plus être intéressé par mon Duché. La colère grondait en moi, autant que la peur. S'il avait osé s'attaquer à mon territoire par ses goules, il allait le regretter. Et amèrement. Je pris le soldat dans mes bras, et l'obligeais à me regarder. Je l'interpellais, lui posant prestement des questions.


" Soldat, que s'est il passé ? Qu'est ce qui vous a fait ça ? Où est ce arrivé ? "

Il tremblait à cause de la douleur, et sûrement de la folie qui devait commencer à le gagner. Cependant, il me répondit, ses paroles entrecoupées alors qu'il haletait. Il expliqua être venu avec un groupe de 5 soldats, tous venant du Hatforshire pour annoncer le danger dans certaines forêts. Des morts étranges étaient survenues, le bétail mourrait ou devenait fou. Sur leur chemin, ils ont été attaqués par les mêmes créatures qui pululaient dans leur forêt. Sur les 5 soldats, ils n'avaient été que deux à survivre. La description de ces bêtes jeta un froid sur l'assemblée, qui tous se mirent à se regarder. L'un d'eux murmura ce que tout le monde pensait.

" Des... des goules.... "

Un vent de panique gagna les gens présent. Des goules, ici ? Mais ces créatures ne vivent que dans le royaume des Démons, bien loin à l'Est ! Tous se mirent à courir dans tous les sens, propageant la nouvelle comme une trainée de poudre. Même les guérisseurs se mirent à fuir, me laissant avec Mioni et Kraig qui avaient eux aussi bien envie de partir. J'étais la seule à garder un semblant de calme, le regard décidé et la voix ferme. Je donnais à boire de ma potion à l'autre soldat, puis me relevais pour me tourner vers Kraig.

" Faites évacuer tout le monde. Rejoignez tous la forteresse du comte. Installez la Garde de défense, et que personne ne s'approche de la forêt ! Prenez ces soldats avec vous, et pansez autant que vous pouvez leurs plaies. Si jamais ils se mettant à baver ou à écumer de manière incontrôlable... Coupez leur la tête et immolez-les. Mioni, reste avec moi."

Kraig, pendant un moment indécis, finit par s’exécuter. Il partit en courant pour prévenir les personnes en charge, notamment le Comte. De mon coté, je m'approchais de nouveau du soldat, et lui posais une dernière question.

" Soldat, combien étaient ils ? Combien ?"

Il me murmura un chiffre à l'oreille. Sans rien dire, je me relevais et me tournais vers Mioni, qui avait bien envie de fuir elle aussi. Mais elle devait s'acquitter d'une dernière mission.

"Mioni.... Va me chercher Castamere. Dit lui de remettre son armure et qu'il y a une urgence qu'il faut qu'il règle au plus vite avec moi. Et s'il refuse, dis lui que s'il s'inquiète un temps soit peu pour son peuple, il devrait ramener ses pseudo fesses royales illico presto ! "

Elle hocha de la tête, et partit en courant sans se poser de questions. De mon coté, je rangeais mes affaires et me préparait. Je laissais mon épée ici, n'en ayant pas besoin pour ce que j'allais faire. Les goules ne devraient plus être très loin, devant bientôt finir leur repas sur les corps des pauvres soldats. Les arrêter avant qu'ils n'atteignent le campement était un impératif. J'allais me charger de cette besogne, combattre des Corrompus étant ma spécialité depuis presque 2000 ans. Mais j'avais aussi décidé de ne pas m'en occuper seule. Ce serait un parfait test pour voir les véritables capacités de Castamere face à ce qu'il désirait tant combattre. Et j'aurais peut être la chance de pouvoir avoir mon tête à tête avec lui, en se baignant dans le sang putride des goules.
J'espérais sincèrement qu'il allait répondre à mon invitation, sans quoi il perdrait définitivement tout crédit à mes yeux. S'il ne se manifeste pas, en aucun cas je ne le laisserais monter sur le trône des humains. Il y a déjà eu assez d'incompétents à la barre, alors il faut arrêter les dégâts au plus tôt. Même si pour cela je dois l'égorger de mes propres mains.

_________________

-Fonda Suprême (adorée), pour vous servir ~.....

Dragon form :
Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shrikan.deviantart.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une joute inhabituelle (Pv. Tullia)    Jeu 13 Juin - 20:48

La joute s'était prolongée, semblant ne jamais se finir, nos épées s'entrechoquaient encore et encore dans des mouvements magnifiques dignes des plus grandes oeuvres d'art. C'était une journée parfaite, un combat digne de moi et un public pour l'admirer, peut être comprendront t'ils ainsi que guerroyer n'est pas un travail de brute écervelé, mais un art à part entière. Arya semblait prendre tout autant de plaisir que moi à jouter, au fil des minutes cette femme commençait véritablement à m'intriguer, une guerrière d'exception doublée d'un sens de l'humour cinglant, il fallait qu'après la joute je fasse plus ample connaissance. J'avais répondu à sa question, mais comme je m'en doutais elle n'en démordait pas, elle était aussi accessoirement une idéaliste, cela me faisait amplement sourire, non pas que cela soit fondamentalement amusant, mais moi aussi j'avais été idéaliste. Le jeune écuyer qui pensait que les chevaliers étaient nobles et juste, que la noblesse était la protéger le peuple, bien vite je compris qu'il n'y avait rien de noble dans la plupart des chevaliers, ils passaient plus de temps à tâter de leur lance aux dames qu'à embrocher les vils et malfaisant hommes. Il y avait bien sûr des exceptions, malheureusement bien rare, je gardais malgré cela un code de l'honneur, je comprenais donc aisément Arya, moi aussi j'avais vu les dégâts d'une armée lors d'un sac ou d'un pillage.
Mais une guerre ne se gagne pas avec de la bonne volonté, bien souvent les civils doivent la payer, j'essayerai au maximum d'éviter les dommages collatéraux avec mon armée, mais ils sont inévitables. Je m'apprêtais à lui répondre quand la foule s'agita et sans que je ne puisse comprendre Arya était déjà venue me loger deux violents coups dans le ventre et le visage me mettant un temps à terre. Ils avaient été si soudain, d'une telle brutalité et d'une vitesse effroyable, j'avais même perçue ses yeux changé de couleur, je n'avais pas eu le temps de réagir que j'étais à terre, la foule dispersée, et quelques-uns de mes soldats me relevant doucement pour m'asseoir sur une grosse pierre dans un coin de l'arène.Arya n'était pas une femme comme les autres, soit elle avait des pouvoirs magiques, soit elle n'était pas humaine, dans tous les cas cela m'enragea profondément, je toussotais encore sur mon misérable rocher, un filet de sang coulant de ma bouche tandis que quelques-uns de mes soldats me donnait de l'eau. Le match s'était terminé sur un non lieu, cela ne m'énervait pas, c'était la nature de mon adversaire, elle m'avait vaincu avec des capacités non conventionnelles, je n'avais aucun pouvoir et j'étais devenu un guerrier d'exception, elle devait très certainement sa puissance de par sa naissance extraordinaire, moi je n'avais rien eu des Dieux, seul être un bâtard avait été leur seul présent. Cela me fit rire, seul sur mon rocher, quelques malheureux à mon chevet comme si j'allais m'effondré d'un instant à l'autre à cause de quelques coups, je riais à gorge déployé bien que cela me faisait une légère douleur à l'estomac.
Après tous les Dieux devaient bien avoir leur raison, leurs mystérieuses raisons, leur mystérieuse bienveillance, si je devais bien avoir rompu un serment, ce serait celui sur l'adoration éternelle des Dieux. Je ne les avais jamais aimés et très j'abandonnais leur culte, des Dieux si cruel et laissant ce monde sombré tel quel, de tels Dieux restant impassible alors que le monde sombre, ces choses ne méritaient aucun culte, mon serment de chevalier ne servirait qu'au peuple et à ma Maison.Lentement j’essuyais le sang recouvrant mon visage et remettait mon armure, j’étais fin prêt à de nouveaux me battre si l’occasion se présentait, je n’eu pas un repos bien mérité, immédiatement après ma remise en forme quelques gardes de ce village virent me trouver, ils étaient en sueur et était rempli de sang. Je pouvais sentir leur terreur puis leur soulagement de me voir, un d’eux, très certainement le capitaine m’aborda avec toute la prudence qu’il pouvait avoir, craignant certainement un châtiment s’il offensait un Castamere.
-Excusez moi mon seigneur, Torhn Elsand, capitaine de la garde, nous avons besoin de votre aide précieuse, un chevalier de votre rang est cruciale pour nous, je….
Le capitaine s’éternisait bien trop dans ses explications, je me permis donc après un léger sourire bien que douloureux à cause de ma mâchoire de l’interrompre. S’ils avaient besoin de moi, je n’allais pas laisser toute la région mourir le temps que monsieur finisse sa phrase.
-Ce sera bon mon brave, quel est le danger ?

Le visage de mon interlocuteur sembla ce glacer à mesure qu'il prononçait le nom de ce danger imminent, une goule, à vrai dire mon visage perdit le sourire aussi, de goules dans la région ? Ce genre d'immondice n'était pas commune et étaient extrêmement dangereuse, si elles ne vous dévoraient pas, elles risquaient de vous contaminer, leur infection se propageant telle une peste. Le capitaine avait l'air très sérieux et m'expliqua rapidement la situation pendant que nous allions au camp où les blessés étaient rassemblés. J'avais ordonné aux quelques soldats composant ma royale escorte de partir aider les gardes de la ville tandis que je me tenais devant le camp des blessés, ils n'y en avaient pas énormément, mais même un infecter pouvait lancer une contagion massive d'un village comme celui-ci. Torhn m'informais rapidement que les goules venaient de la forêt, Arya devait être allé les affronter, il n'y avait pas de temps à perdre, il fallait éradiquer les goules au plus vite.
Après quelques ordres simples donner au capitane comme le fait d’attacher les malades et de décapiter les cadavres puis de les brûler, aussi plus personne ne devait sortir ou entrer du village, mes hommes aideraient à cela. Rapidement un garde me mena dans la direction qu’Arya avait empruntée, je n’allais pas la laisser me voler mon combat et puis il serait surement amusant de me battre à ses côtés.  J’arrivais alors près d’Arya, bien que content de pouvoir me battre à ses côtés, mon visage restait grave, on ne jouait plus, ces goules ne devaient pas arriver jusqu’en ville, la panique embrouillerait les gardes et mes hommes, ce qui nous desservirait plus que toute chose. J’étais prêt à en découdre avec ces abominations et j’espérais qu’elle aussi.

-Dame Arya, j’ai cru comprendre que vous aviez besoin d’une épée supplémentaire, cela tombe bien car moi aussi, alors allons enterrer une  fois pour toute les morts…..
Revenir en haut Aller en bas
Tullia Estrama Von Raijer
Fonda Suprême ( adorée )
Fonda Suprême ( adorée )
avatar

Messages : 787
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 28
Localisation : En pleine sieste ....

Feuille de personnage
Race: hybride Haut Dragon/humain
Classe / Rang: Duchesse humaine, Conseillère Diplomatique Royale
Camps: Equilibre

MessageSujet: Re: Une joute inhabituelle (Pv. Tullia)    Dim 16 Juin - 17:20

J'étais en colère. Très en colère. Zaleth, ce fourbe.... Il ne pouvait se satisfaire de ma mort, ça non. Il faut qu'en plus il sème la Corruption avec ses goules dans MON duché. Certes, je suis laissée pour morte, mais les gens de ce domaine comptent pour moi, qu'ils soient Animae ou Humains. L'envie d'aller lui arracher la gorge me tenaillait, mais je devais me retenir. Ce n'était pas encore l'heure. Cette vengeance viendra bien assez tôt. De plus, je ne peux me permettre de tout gâcher, alors que tout ne fait que commencer.
C'est un jeu bien sombre, bien sanglant, à coup de stratégie et d'attente. Je n'aime pas faire cela, je préfère directement tailler dans le vif. c'est plus le genre de méthode des Renégats ou des Démons. Je me dois de jouer leur jeu, afin de les prendre à la gorge plus facilement. Mais bon, ce n'est pas sans risques. Je fouillais dans mon sac, prenant rageusement deux fioles et des bandelettes. Je pensais à me changer, mais le faire à la méthode humaine prendrait trop de temps. Il me faudra attendre d'être hors de vue. Réfléchissant à la démarche à suivre, ce ne fut qu'au dernier moment que je vis Aegan rentrer dans la tente. Il semblait heureux et bien frais, prêt à en découdre avec son armure et son épée. Il alla même jusqu'à risquer un brin d'humour, qui ne me fit que légèrement sourire. J'étais bien trop en colère pour cela. Néanmoins, je lui répondis, par habitude.


" Ha, vous voilà. Enterrer, je ne sais pas. Mais s'en débarrasser définitivement, c'est certain."

J'avais à présent tout ce qu'il me fallait, et m'apprêtais à partir avec lui. Je me sentais bien nue comparée à lui. Il avait son armure et son épée, moi je n'avais que ma robe. Mon épée courte, je l'avais laissée, la sachant incapable de bien me servir lors de ce petit raid. Je sortis de la tente, faisant signe à Aegan de me suivre. Là, un soldat tenait deux chevaux, que j'avais demandé. Inutile de prendre ma bête de somme, elle serait inutile. Même ce cheval, je le trouvais inutile, pour moi. Mais il me fallait garder les apparences, du moins jusqu'à ce que je sois hors de vue. Je montais rapidement sur le premier, un cheval gris petit mais nerveux. Je pris les rênes et regardais dans la direction des Goules, sentant leur présence qui se rapprochait. Je n'avais pas envie de parler, et cela se voyait. Mon regard était glacial, meurtrier, et mon aura devait mettre mal à l'aise. J'avais bien du mal à contenir mon sang de dragon et mes instincts d'ancienne Gardienne. Éradiquer ce genre d'engeance était ma spécialité, aussi on peut appeler ça un genre de déformation professionnelle. Faisant tourner ma monture pour être face à Aegan, je lui expliquais rapidement pourquoi il n'y avait que nous deux.

" Allons y dès maintenant. Ne vous étonnez pas que nous soyons que deux: Il n'y a pas beaucoup de choix pour ce qui est des guerriers qualifiés pour ce job, et je préfère éviter les dommages collatéraux. Devoir leur couper la tête et les incendier ne me réjouit guère. "

Je talonnais alors ma monture, qui partit au galop en direction de la forêt. Je gardais un train d'enfer jusqu'à ce que nous soyons assez profondément enfoncé dans la forêt. Là, je ralentis mon cheval, pour arriver jusqu'au pas. Etrange peut être, mais pas anodin. Attentive à ce qu'il se tramait aux alentours, je repris cependant la conversation avec Aegan, ne lui cachant pas l'une de mes motivations pour cette chasse en tête à tête.

" Mais je dois avouer que l'autre raison pour laquelle je vous ais demandé, c'est pour vous tester. Certes, vous vous montrez brave sur une lice ou dans un champs de bataille, mais j'aimerais voir ce que vous valez face à des Corrompus. Rien ne vaut la pratique face à de belles paroles ! "

Je souriais sauvagement, trouvant qu'en effet rien en vaut la pratique. Il se disait sauveur des humains face aux autres races. Il ne reste plus qu'à voir à présent si ses actions sont à l hauteur de ses paroles. Je ne pourrais soutenir un homme qui parlent bien et se bat bien face à des humains, mais qui est incapable de faire face à ce qu'il peut ne pas comprendre. Je me concentrais à présent sur les Goules. Le soldat m'avait dit qu'il y en avait 6, mais avec les 3 soldats qui ont été tués, il se peut qu'il y en ait 9. Trois pour Aegan, le reste pour moi. Cela me semble correcte. Vu leur aura, je pourrais m'en charger sans problème. Ces Goules semblent d'un niveau assez bas, mais il n'est pas nécessaire de Corruption très forte pour mettre à feu et à sang tout un pays. Après cet endroit, il me faudra aller directement en Hartforshire pour éradiquer la souche, et nettoyer cette forêt. Il était hors de question que Zaleth puisse faire ce qu'il souhaite sur MON domaine avec MES gens.
A un moment donné, je stoppais mon cheval, et descendais. Lâchant les rênes, m'avançant doucement vers la forêt sombre, je fixais au loin un point invisible.

" Ils ne sont plus très loin.... Je vais les appâter...."

Je me concentrais, et prononçais quelques mots en langue Haut Dragon. Aussitôt, un cercle de runes blanches se forma autour de moi, et remonta le long de mon corps. A mesure que le cercle montait, mes habits changeaient. La robe bleue fut donc changée en mes habits de combats, à savoir un style vestimentaire plus masculin et proche du corps, ainsi qu'un dos nu et mes sabres courts attachés dans mon dos. Ces armes étaient mes vraies armes, celles qui pourront purifier ces goules au mieux. Mais l'utilisation d'une telle magie, et mon envie de meurtre grandissant, il y avait un prix à payer. Mon apparence de jeune femme aux cheveux bruns avait disparue, laissant ma véritable apparence. Mes cheveux blancs ondulaient dans mon dos, mais furent rapidement repoussés par l'apparition de mes trois paires d'ailes blanches, ainsi que de mes cornes.
Je pris une dague attachée à ma jambe, et me coupais le bras avec. Le sang se mit à couler, et je pressais la lame contre ma chair afin d'éviter une fermeture de la plaie trop précoce. Il fallait qu'ils sentent cette odeur de sang. Une odeur d'humain et de dragon. Pourquoi, je ne sais pas, mais les Corrompus sont excité par l'odeur des hauts dragons. Etait ce la faute d'Arou ? Je ne l'ai jamais su. Mais pour être certaine qu'ils allaient nous chasser nous, et pas les villageois, c'était la meilleure solution. Une fois assez de sans coulé, j'essuyais rapidement la lame et la rangeais. Je me tournais vers Aegan, plantant mon regard azuré brillant sur lui, un sourire plein de malice affiché sur mon visage.


"S'il y a bien une chose qui peut les mettre hors d'eux... C'est le sang d'une hybride comme moi ~ . Ne me regardez pas comme ça, les réponses viendront après. "

Je me doutais que cela ne devait pas vraiment le mettre à l'aise, mais peu importe. On n'est pas là pour boire du thé et broder des coussins. Je me tournais de nouveau vers la forêt, alors que l'aura des Goules semblait plus agitée, et plus assoiffée de sang. Bien, ils m'ont sentis. Les chevaux devaient aussi avoir senti leur présence, car nerveux ils se mirent à hennir, à se cabrer, puis à s'enfuir. Peu importe, ils n'auraient été qu'une gêne. Le jeu pour moi, le test pour Aegan, allait bientôt commencer.

_________________

-Fonda Suprême (adorée), pour vous servir ~.....

Dragon form :
Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shrikan.deviantart.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une joute inhabituelle (Pv. Tullia)    Lun 17 Juin - 16:55

J'avais suivi silencieusement Arya, le temps n'était plus aux blagues, des goules étaient là et n'attendaient qu'une occasion pour dévorer et contaminer ce village, ces engeances démoniaques avaient parfois fait des incursions en terres humaines, mais les combattre restaient dangereux. Généralement éviter leur contact est la meilleure manière de ne pas se faire contaminer, mais nous n'avions pas le temps de nous préparer et allions devoir faire avec les moyens du bord, c'est-à-dire esquiver les coups des goules et couper leur tête sans attendre. Arya semblait en colère, je l'étais un peu, cette attaque visait les humains, mais cela avait l'air de la toucher plus personnellement, je n'avais pas eu le temps de véritablement y penser qu'un de mes plus grands adversaires se présentaient déjà devant moi, le cheval. Je n'avais jamais eu l'amitié des bêtes pour une raison inconnue, les chevaux étaient pour moi capricieux bien que rapide, un faux pas et ils pouvaient soudainement nous fausser la compagnie ou nous faire tomber. J'avais déjà vu nombre de chevalier mourir à cause de ces bêtes et elles ralentissaient plus que tout dans la boue. En somme, je préférais marcher, tout du moins pour le combat, je me demandais à quoi pouvais penser Arya, pas que cela me soit véritablement important ou ne m'intéresse véritablement, mais cela faisait un peu passé le temps jusqu'à l'entrée de cette maudite forêt.
Ma compagne semblait savoir exactement où aller et quoi faire, j'avais fini depuis longtemps de croire qu'elle était une simple vagabonde, sa force, son talent et sa détermination faisait d'elle bien plus. Arya titillait furieusement ma curiosité en ce point, je commençais même à apprécier sa compagnie silencieuse, mais toute chose ayant une fin, elle se décidait enfin à parler pour m'explique pourquoi nous étions seulement deux. Cette charmante me faisait esquisser un petit sourire, cela me rappelait lorsque j'étais encore un novice et que tous se demandait si je n'allais pas m'empaler sur mon épée au détour d'un couloir. Ce sourire fut très vite rompu lorsqu'Arya fit ralentir son cheval, faisant une déclaration m'irritant un peu, elle m'avait certes critiqué déjà toute l'après-midi et mit en cause ma puissance et ma gloire. Mais là, elle se jugeait aussi examinatrice de mon talent, cela ne m'énervait que légèrement, combattre avec elle avait dû m'immuniser quasiment à ses remarques, mais au final je ne répondis pas, l'heure n'était pas aux chamailleries, les goules étaient toutes proches. Et puis son avis au final m'importait peu, je savais ce que je valais, et tous sauf elles apparemment le savaient aussi, sinon ils ne me suivraient pas dans ma campagne pour réhabiliter ma Maison.
Nous nous étions arrêté, la forêt était si calme, un silence de mort régnait en ce lieu, je vis Arya descendre de cheval, je la suivis donc alors qu'elle commençait à réciter des incantations étranges en une langue m'étant inconnue. C'est-à-dire n'importe quelle langue hormis la mienne, je n'étais pas un érudit après tout. Mais ce que je vis m'étonna véritablement, Arya changeait d'apparence pour devenir une tout autre personne avec un équipement bien différent, elle devait être une sorte de mage ou que sais-je encore. Mon visage restait malgré tout impassible et sérieux tandis que celui d'Arya détendait, j'entendais les goules arriver, son sang pour une raison qui m'échappait faisait venir ces morts vivants par ici. Mais elle répondit à mes propres interrogations, Arya était une hybride, peut être un mélange d'humain et d'ange ou d'elfe. Cela importait au moment présent, je sentais venir ces démons putrides, ils n'étaient pas beaucoup, mais Arya et moi devrions pouvoir les gérer facilement, d'abord nous détruirions ces engeances puis l'heure des questions arriverait et enfin si j'ai encore le temps j'irais assister au banquet du château, pour la forme. Bien les chevaux fuyaient déjà la venue des goules, abandonnant leur maître à une potentielle mort, preuve de leur manque de loyauté évidente, je me mettais donc aux côtés d'Arya donc je peux dire que sa nouvelle apparence était bien mieux que l'ancienne. Lentement je sortais Crocs Sanglants en souriant, le combat était enfin venu à nous et nous gagnerions cette joute sans l'ombre d'un doute.
-J’espère qu’elles seront satisfaisante ma Dame, en attendant, faisons verser un peu de sang…..
Revenir en haut Aller en bas
Tullia Estrama Von Raijer
Fonda Suprême ( adorée )
Fonda Suprême ( adorée )
avatar

Messages : 787
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 28
Localisation : En pleine sieste ....

Feuille de personnage
Race: hybride Haut Dragon/humain
Classe / Rang: Duchesse humaine, Conseillère Diplomatique Royale
Camps: Equilibre

MessageSujet: Re: Une joute inhabituelle (Pv. Tullia)    Ven 28 Juin - 19:47

Le silence se fit dans la forêt, et l'air se fit plus lourd. Un coup de vent amena l'odeur putride des goules à mon nez, me faisant gronder et montrer des dents. Mon sang frémissait, l'envie de les tuer se faisant pressante. Au loin je pouvais voir les branches bouger, et entendre leurs grognements. Je me préparais, me redressant et repliant bien mes ailes. Je ne sortis qu'un seul de mes sabres courts, sa lame se couvrant d'un léger halo bleu. Mon autre bras, libre, se couvrit aussi du même halo, alors que mes ongles s'allongèrent quelque peu et s'affutèrent. Mes armes de prédilection pour me battre contre ces abominations. Aegan semblait tout à fait prêt au combat, et ne recula en rien. Il se permit même une petite pique, à laquelle je répondis en riant férocement.

" Ha ha ha ! Pour ce qui est des réponses, ce n'est pas à moi de juger... Mais pour le sang, nous sommes d'accord là dessus ! "

Les grognements se firent entendre clairement, et l'odeur fétide emplit l'air. Les silhouettes des monstres se firent voir, alors qu'ils galopaient à notre rencontre. De taille humaine, il n'y avait donc pas grand chose à craindre, des goules de petit niveau. Mais en grand nombres, elles pouvaient s'avérer énervantes. Débouchèrent devant nous cinq d'entre elles, qui se stoppèrent un moment devant nous, feulant. Ils nous observèrent, nous jaugeant rapidement. Je faisais de même, mais le diagnostic était rapide. Ces goules étaient améliorées, des griffes de métal étant insérées sur leurs mains, elles devraient donc se battre avec plus d'expérience, étant faites pour le combat (
Spoiler:
 
).

Cela m'arrangeait un peu, mais est ce qu'Aegan serait capable d'affronter ce genre de bêtes ? Même s'il ne reculait pas, je ne connaissais pas son expérience en la matière. Si je me retrouvais à devoir ramasser les morceaux, ce serait embêtant. Mais bon, ça fait partie du test. Sur les cinq goules, trois se jetèrent sur moi, et deux autre sur Aegan. Je bondissais vers eux, feulant ma colère. Le jeux pouvait enfin commencer.

_________________

-Fonda Suprême (adorée), pour vous servir ~.....

Dragon form :
Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shrikan.deviantart.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une joute inhabituelle (Pv. Tullia)    Ven 5 Juil - 21:25

L'odeur putréfiant des goules emplissaient la forêt, leur feulement nous était adressés, 5 goules s'étaient arrêtés devant nous, elles étaient un peu plus petite que nous et leurs mains étaient métallique. Ma compagne semblait être prêt pour un bain de sang, cela tombait bien moi aussi, ces goules devaient être seulement un peu plus forte que leurs congénères de cette taille. Leurs griffes aidant véritablement seulement si elles nous touchaient, j'avais eu à peu près le temps de jauger la capacité d'Arya, ou tout du moins ce qu'elle laissait transparaitre, nous devrions donc les massacrer sans aucun problème. Le principal problème étant de ne pas se faire toucher, une contamination serait si vite arrivée, mais je n'avais pas peur, j'avais combattu plus puissant que ces quelques morts vivants, mais je n'avais pas eu de vrais combats depuis quelques temps, des combats où mourir était la punition. Les goules devaient être bien plus attiré par Arya que par moi, 3 d'entre elles avaient déjà bondit vers ma compagne, les 2 dernières se dirigeaient vers moi. Cela était bien, je ne voulais pas de trop de goule à la fois, je savais qu'Arya pourrait s'occuper des siennes sans problème alors je pouvais me concentrer sur mon combat.
Les goules m’avaient entouré, très facilement à vrai dire, tournant autour de moi pour attendre le moment propice, c’est à ce moment que j’étais bien content d’avoir une armure légère, malgré le fait que je n’avais aucun bouclier je pouvais parer aisément tout coup en direction de ma personne. Bien assez tôt les 2 goules se jetaient simultanément sur moi espérant que je ne puisse parer qu’une d’entre elle, un piège malin pour un soldat ordinaire, mais un chevalier avec un minimum de tactique savait qu’esquiver sur le côté l’adversaire était la meilleure chose à faire. Je souriais amplement, ce n’était pas des adversaires humains mais je m’amusais à les narguer légèrement, les goules étaient donc maintenant devant moi après cette esquive. Suite à cela elles m’attaquèrent bêtement en même temps, une sur chaque flanc, elles avaient du trop affronté de milicien, je pus ainsi facilement contrer le coup de griffe métallique d’une des goules et esquiver l’autre. Il ne me fallut qu’une petite contre attaque pour planter mon épée dans la chaire pourrie de la goule, la tête tombe bien assez vite de son petit corps chétif ne laissant qu’une goule, bien plus prudente face à moi. A ce stade  du duel je ne faisais même plus attention à Arya, elle devait déjà avoir finit son duel et était entrain de m’observer, il est vrai que je ne mettais pas toutes mes forces dans ce combat sinon ces goules seraient déjà à terre, je préférais préserver mes forces.
La goule recommençait à tourner autour de moi, je la suivais du coin de l'oeil, guettant son attaque, soudainement elle s'élançait dans une rage folle vers moi frappant furieusement vers moi, je parais rapidement ses coups un peu étonner, je ne m'y attendais pas. Mais moi aussi j'avais des tours dans ma poche, à mon tour je repoussais violemment le coup de mon adversaire la déséquilibrant, un coup nette et précis suffit à la renvoyer dans sa tombe. Mes ennemis étaient tombés et je me permettais déjà de rire un peu devant ce combat certes décevant mais tout de même intense sur la fin. J'avais très certainement réussi le test d'Arya et le contraire m'importait peu, mais je m'étais bien amusé, un bon tournoi suivi d'un bon duel et enfin terminer par une bonne mise à l'épreuve, cette journée était proche d'une journée parfaite. Il ne manquait plus que le grand final, Arya allait me le donner assurément.
Revenir en haut Aller en bas
Tullia Estrama Von Raijer
Fonda Suprême ( adorée )
Fonda Suprême ( adorée )
avatar

Messages : 787
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 28
Localisation : En pleine sieste ....

Feuille de personnage
Race: hybride Haut Dragon/humain
Classe / Rang: Duchesse humaine, Conseillère Diplomatique Royale
Camps: Equilibre

MessageSujet: Re: Une joute inhabituelle (Pv. Tullia)    Sam 6 Juil - 19:35

Le combat de mon coté fut relativement court. Malgré le surnombre et la relative rapidité de ces goules, elles ne faisaient pas le poids face à mon expérience et à ma rapidité. Leur mouvements me semblaient clairs comme de l'eau de roche, les prédire et les devancer était bien facile. On était loin il faut dire des monstres habituels que je combats face à des Renégats ou des Hauts Démons. D'un coup de sabre je coupais la tête de l'une d'entre elles, de ma main libre je bloque les griffes d'une autre et lui arrache le bras. La troisième fut esquivée puis se retrouva avec la lame plantée dans son corps. L'aura bleue de purification faisait son travail, combattant la Corruption. Le corps des goules commençait à tomber en cendre, même pour la goule ayant le bras arraché. Déçue par un combat aussi rapide, je jetais un regard las sur les cadavres en décomposition.

"Tsss...."

Je me tournais vers Aegan, pour voir où il en était. Il ne se débrouillait pas mal, mais la facilité du combat pour lui était évidente. Ce n'était donc pas avec ces vulgaires goules qu'il allait me montrer ce qu'il savait faire. J'espérais presque qu'autre chose de plus intéressant vienne. Je m'installais contre un arbre, continuant de l'observer. Quant il eut finis, il se tourna vers moi, l'oeil brillant d'excitation. Je souriais légèrement, mais n'avais en aucun cas l'air impressionnée.

"Pas mal. Mais bon, tu peux faire bien mieux je pense..."

Je me dirigeais vers les goules qu'il avait vaincues, pour les trancher de ma lame. La décomposition de leur corps en cendre commençait, assurant ainsi qu'il n'y aurait pas de contamination par la suite. Cinq avaient péris, il devait donc en rester quatre au maximum, selon les dires du soldat. Mais rien n'était sûr.
Soudain, je me tournais vers la forêt, plissant les yeux en regardant au loin. Cette aura... Je souriais avec férocité, mon sang bouillant de nouveau d'excitation. Les choses vont devenir plus intéressantes. Le regard brillant, je me tournais vers Aegan, lui souriant avec malice.


" Haa... Je crois que le plat de résistance va arriver. Je m'occupe des freluquets, et je te laisse t'amuser un peu. Tu va pouvoir me montrer ce que tu vaux, Aegan ~ ! "

On entendit enfin le bruissement des feuilles, et le craquement des branches. Ou plutôt des troncs d'arbres. Un grondement profond, une odeur de bois pourris et de vase. Ce qui arrivait était gros, et ne venait pas des humains. Pourtant l'aura de Corruption était toujours là. Qu'est ce que Zaleth avait bien pu créer ? La réponse arriva bien vite, alors que le monstre déboucha dans la petite éclaircie de la forêt, arrachant deux arbres au passage.

Spoiler:
 

Il nous vit et se mit à feuler, son cri faisant presque trembler la terre. Je grondais, serrant mon sabre court. Aegan serait il à la hauteur pour cette bête là ? Ha, pas le temps d'y penser. Trois autres goules apparurent, mais celles ci étaient faibles. C'étaient les soldats mort, qui avait été contaminé par les morsures des goules. Le monstre me regarda, attiré par mon aura. Mais je ne comptais pas le prendre pour adversaire, bien que cela pourrait être amusant. Je serrais les dents, et hurlais.


" HABAEK !! "

Aussitôt, trois serpent-dragon d'eau et de glace apparurent, et se ruèrent sur les goules-soldats. Leur arrachant bras et tête, leur compte fut réglé avant même que le grand monstre puisse réaliser. Pendant ce temps, je disparaissais dans la forêt, cachant mon aura afin que le monstre ne puisse me repérer. Ainsi observatrice, Le monstre pourra se concentrer sur sa proie humaine, et Aegan pourra se confronter à quelque d'un peu plus ambitieux que de simples goules.
La partie allait s'annoncer intéressante.

_________________

-Fonda Suprême (adorée), pour vous servir ~.....

Dragon form :
Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shrikan.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une joute inhabituelle (Pv. Tullia)    

Revenir en haut Aller en bas
 
Une joute inhabituelle (Pv. Tullia)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les épreuves... Joute orale
» Ultimatum joute de hockey
» Joute verbale
» Une Proie inhabituelle [Bilbo]
» Myrlande à la présidentielle de 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Mondes de Shibai :: Les Terres Franches :: Aratanye, la Comté du Nord :: Le Grand Plateau des Hopalus-
Sauter vers: