Les Mondes de Shibai

Haut Dragon , Ange , Démon ....saurez vous imposer votre race et contrôler les Terres Franches ?
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercher

Partagez | 
 

 Pause chimie [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Pause chimie [Libre]   Ven 17 Fév - 21:44

Le ciel était clair, parsemé ça et là de jolis nuages blancs. Les oiseaux chantaient, le soleil brillait, l'herbe ondoyait sous un vent léger. L'air pur du plateau promettait d'être relaxant pour les voyageurs...quand une exclamation retentit dans le petit coin de plaine désert.

Une caravanne trônait parmi les hautes herbes et les insectes. Ces derniers, bizarrement, étaient poursuivit par un homme étrange, criant avec son fort accent russe.

-SALETÉS! Vous ne vous en sortirez pas comme ça! On ne bouffe pas mes ingrédients pour rester impuni. JE VOUS TROUVERAI ET JE VOUS FERAI BOUILLIR!

Un homme, vêtu d'un tablier de cuisinier sale, levait le poing en fixant un amas de bestioles sautillantes qui se sauvait. Il semblait fort mécontent, jusqu'à ce qu'un sourire sadique éclaire le visage d'Alistair. Il émit un sifflement bien bruyant, puis se glissa devant lui une petite couleuvre orangée. L'Anima fit quelques sifflements pour se faire comprendre par la petite chose. La traduction:

-Direction ouest, il y a une dizaines de protéines sautillantes. Voilà, je t'ai mis sur la piste de ton déj'. Maintenant va et bon appétit!

Le regard froid d'avarice et de gourmandise, la couleuvre repartit, laissant derrière elle un Alistair ravi...qui retourna à sa petite table d'alchimiste, à côté de sa caravanne. Son cheval flânait non loin, mangeant à grande bouchées l'herbe fraîche et quelques insectes au passage. Ô joie...L'alchimiste broyait les pétales de plusieurs plantes et quelques ailes de papillons avec son mortier et son pilon. Un alambic trônait sur le coin de la table, au cas où Alistair devait distiller un produit. Il fredonnait un air entraînant et joyeux en reprenant son calme suite à l'inatendue invasion de bestioles affamées. Il portait un masque, genre masque de chirurgien, pour éviter de contaminer son mélange. En rajoutant sans cesse des ingrédients remplis de fluide, son mélange devenait une bouillie d'une couleur peu appétissante.

-Encore une goutte de chlorophile...et....Et....ET VOILÀ! Concentré du sommeil terminé.

Il empoigna un flacon rempli à motié d'eau, un entonoir, et fit couler lentement une partie de la bouillie étrange dans le flacon. Il fit de même avec les 9 autres, jusqu'à ce que le récipient soit vidé de moitié. Le reste fut séparé en 5 petits darts. Le liquine somnifère était plus concentré dans les darts que dans les potions. Il commença ensuite à coller des étiquettes de prix sur ses bouteilles. Un prix franchement raisonnable, abordable pour la classe moyenne. L'alchimiste entra ensuite dans sa caravanne, contenant un lit, un bol remplit d'eau, de gros tonneaux remplis d'eau, de coffres et armories...remplies d'ingrédients de toutes sortes. Il rangea ses élixir dans un des coffre, puis sortit de nouveaux des ingrédients...moins bons pour la santé, ceux-là.

Il retourna à sa table d'alchimiste, et recommença son procédé. Il continuait de chantonner...en faisant attention de ne pas repirer directement les vapeurs des ingrédients(champignons et thorax d'insectes) qu'il écrasait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pause chimie [Libre]   Mar 20 Mar - 15:54

Le soleil était roi dans cette large étendue bleue qu'est le ciel, la chaleur qu'il émettait était douce et agréable, ce genre de chaleur qui s'agrippe à chaque partie de votre corps, celle que l'on éprouve lors d'un moment particulièrement heureux, c'était l'une de ces journées que l'on voudrait qui dure à jamais...
Pour changer un peu la démone qui séjournait dans une mignonne petite auberge avait décidé de se reposer elle était donc très simplement vêtu d'une jolie robe à bretelle rouge qui lui tombait jusqu'au-dessus de ses genoux laissant ainsi dévoiler ses fines jambes presque blanches bien qu'exposées régulièrement aux attaquent brûlantes des rayons. Sa chevelure abondamment tressée voletait au gré du vent, elle portait tel un sac, un luth magnifiquement sculpté dans un arbre de noisetier pour s'adonnait à l'une de ses rares activités créatives, la musique, à la voir personne pourrait dire qu'il s'agit d'une créature sanguinaire avide de combat...

Le sol était tapissé d'une couche plutôt importante de fleurs plus variées et magnifiques les unes que les autres ainsi que de l'herbe brillante à certains endroits dû à la rosée du matin qui disparaissait peu à peu, mais qui laissait tout de même s'échapper un parfum envoûtant qui transformerait la plus grosse brute en agneau... Enfin non pas vraiment, puisque dans l'immense plaine qui longeait le petit village, au beau milieu du près on pouvait apercevoir une jeune fille courant dans l'herbe ainsi que ses poursuivants quelques mètres derrière elle qui ne la laissait pas les distancer. Les cinq villageois s'épuisaient à chaque pas tandis que la demoiselle arborait son visage des plus joviales et attrayant, elle tenait en sa main une baguette de pain encore chaude, après tout ce n'est qu'une gamine sans le sous, le peu de ses économies avaient soudainement disparu entre les vieilles mains décrépies de l'hôtesse de l'auberge du village. Cette fois-ci son petit tour de charmer les restaurateurs pour s'offrir son repas n'a pas marché, ni pour le boulanger ce qui à provoqué ce remue-ménage et puis, étant dans une si jolie robe elle n'allait pas s'embêter à se salir les mains à la chasse...
Lorsque la jeune démone se retourna, les hommes essoufflés s'étaient arrêtés lui faisant signe de la main et se mirent à hurler :

« On te laisse de l'avance, mais on t'aura ! »

La douceur de la brise caressait la peau diaphane de Lita et la chaleur de l’astre brûlant prônant au sommet des cieux vacilla le cœur de la démone à la rêverie, mais elle se reprit rapidement et continua son chemin, marchant à travers la plaine infinie avec un grand sourire qui fleurit sur ses lèvres. Cette demoiselle aime particulièrement les jeux de toute sorte d'ailleurs tout ce qu'elle entreprenait s’avérer être une sorte de jeux, mais bien sûr perdre n'était pas dans ses ambitions. S’abandonnant aux délices de la nature elle se laissa tomber dans l'herbe verte de la plaine qui lui chatouillait à présent son doux visage, avant qu'elle ne s’apprête à dévorer son repas frugale, une odeur alléchante lui chatouilla les narines, bien qu'impossible de définir de quoi il s'agissait, sa nature curieuse lui disait sans arrêt d'y aller jeter un coup d’œil, de plus la senteur était bien trop enivrante pour s'y refuser. méditant sur l’herbe fraîche elle leva son menton et aperçu une petite roulotte, sans doute de marchant, comment avait-elle fait pour ne pas s'en rendre compte plus tôt, décidément son étourderie l’inquiétait de jour en jour...

Elle se leva et avança sautillant pieds nus dans l'herbe mi-sèche pour finalement se retrouver devant la porte de la caravane, mais patienta un instant la main à quelques centimètres de la poignée et si par malheur elle ouvrait la petite porte de bois et qu'à l’intérieur se trouvait un couple dans un moment disons … particulier ou bien un savant fou en quêtes d'inspiration... rooh et puis mince, ce n'était pas dans ses habitudes de se préoccuper de ce genre de choses, d'un pas sur elle entra et referma lentement la porte, sans oublier de jeter un regard furtif pour s'assurer que les villageois ne l'on pas suivi.

De ses prunelles dorée, elle tourna la tête vers l'inconnu chez qui elle était entrée et émit un léger soupir de soulagement, elle n'y avait pas vraiment songé avant, mais elle n'avait aucun motif valable pour entrer chez quelqu'un, elle leva la main en guise de salutation en sa direction et lui dit d'un ton neutre sans aucune intention mauvaise :

« Bien le Bonjour, je suis Lita, j'ai … disons malencontreusement provoqué cinq personnes qui me poursuivent depuis déjà plusieurs heures, me permettez-vous de me cacher un peu dans votre... lieu de résidence. »

La première chose que Lita pensait, c'est sûrement qu'elle n'était vraiment pas dans son état normal aujourd'hui, d'ordinaire, elle aurait menacé le jeune homme ou même sauvagement attaqué ses poursuivants, mais là elle se contentait de masquer son embarras par un sourire narquois dans l'attente d'une réponse favorable et pour ce qui est de la musique, cela attendra quelques temps...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pause chimie [Libre]   Mar 3 Avr - 2:34

Alistair terminait de concocter son hallucinogène lorsque se fit entendre une petite voix mélodieuse. Il sourit, normalement les voix mélodieuses sont accompagnées de formes harmonieuses. Il se tourna vers la jeune femme en détresse, puis lui rendit son sourire...ce qui était stupide, vu que le chimiste avait la bouche protégée par un petit carré de tissu. Il désigna sa demeure d'un geste de la main, puis souffla un timide "Faîtes comme chez vous.". Il allait remplir ses dards, puis un éclair lui passa dans le regard. Il rajouta, à la hâte:

-Si vous avez faim, mademoiselle, chercher le compartiment blanc dans ma caravane. Il ne contient que des extras comestibles.

Cela aurait pu paraître étrange qu'un homme accueille chez lui une femme recherchée, alors il cru bon se justifier. Il rangea ses restes dans un autre coffre, puis mit soigneusement ses dards dans une petite boîte sur sa table de chevet. Il s'assit ensuite sur son lit et retira son masque. Ses dents acérées étaient clairement visibles lorsqu'il parlait.

-Je ne suis pas parfait non plus, alors ça ne m'embête pas de vous avoir sous mon toit pour quelques temps. Ils sont cinq gaillards costauds ou plutôt maigrichon?

Bah, quelle importance. Cinq fléchettes seraient suffisantes de toute manière, costaud ou pas. Voulant se faire amical, Alistair jaugea la demoiselle de la tête au pied, puis se présenta en tendant la main.

-Si vous avez besoin de quelque chose, vous aurez besoin de mon nom: Je m'appelle Alistair.

Il continuait de la regarder. Puis il décida de s'inquiéter des tons pâles de la peau de la jeune femme. Il observait attentivement son visage, ses traits, puis ses yeux allèrent aux épaules, aux bras. En exécutant une torsion du poignet, il attrapa celui de la femme et tâta son pouls. Qui s'avéra tout-à-fait normal. Ne voulant pas stresser la fugitive, il lui sourit chaleureusement et commenta:

-J'aime bien votre tatouage. Qui vous l'a fait? Je songeait à me faire tatouer un symbole protecteur dans le dos.

Il doutait sur les origines ethniques de la femme, mais quelle importance cela pourrait-il avoir pour un homme-serpent? Pas une importance phénoménale à tout casser, non. Lui-même faisait sourciller les gens.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pause chimie [Libre]   Lun 9 Avr - 12:31

La jeune démone ne pouvait s’empêcher d'élargir un large sourire à la vue qui s'offrait à elle, le jeune homme en face d'elle, enfin jeune... ce n'était qu'une simple intuition puisque son masque de tissu blanc recouvrait une grande partie de son visage, ses traits paraissaient être assez fin, on pouvait en revanche apercevoir ses deux yeux rouges couleur se rapprochant de celle du sang, ils ne reflétaient même pas un air étonné comme si l'arrivée de la jeune femme était préméditée. Il avait également un tablier qui recouvrait son torse nu, une blouse particulièrement sale, voilà une lessive qui n'a pas été faite depuis longtemps. Il était en train de traficoter quelques choses sur une petite table de bois, cela avait l'air plutôt dégouttant, un mélange d'insectes et autre chose que l'on pouvait trouver dans la nature... c'était certainement un alchimiste, non pas que cela l’écœurait au contraire c'est une profession honorable et qui rapporte gros, de plus que la demoiselle est mal placée pour parler de profession vu qu'elle n'est qu'une simple vagabonde sans le sous. La demoiselle se rendit compte au bout de quelques minutes qu'elle était toujours accroupie avec la porte entrouverte, aussitôt elle se releva et la referma délicatement. De sa voix puissante, mais tout de même sympathique, il sortit tout naturellement :

« Faîtes comme chez vous. »

En voilà une réaction inattendu, une jeune femme inconnue, qui plus est poursuivit par cinq hommes pour raisons diverses et variées, s'invitant elle-même chez lui... et il l'accepte sans broncher, voilà un homme plutôt intéressant, elle est vraiment tombée au bon endroit.

« Si vous avez faim, mademoiselle, chercher le compartiment blanc dans ma caravane. Il ne contient que des extras comestibles. »

La demoiselle habillée de rouge le dévisagea un instant de son regard doré, statique elle examina ses moindres faits et gestes, mais il n'avait pas l'air suspect de quoi que ce soit (c'était plus elle qui avait l'air suspecte …). Bien qu'elle gardait un visage serein et apaisé elle ne relâchait pas sa vigilance pour autant, ça lui était déjà arrivée de nombreuses fois de se faire avoir par ce genre de personnage au charisme envoûtant. Il arrêta son activité et s'assit sur son matelas, retira son masque dévoilant ainsi son sourire carnassier rempli de crocs acérés pour le moins amusant, et puis elle avait raison il était vraiment jeune. Satisfaite d'elle, elle revêtit d'une expression des plus réjouis.

« Je ne suis pas parfait non plus, alors ça ne m'embête pas de vous avoir sous mon toit pour quelques temps. Ils sont cinq gaillards costauds ou plutôt maigrichon? »

« Si vous avez besoin de quelque chose, vous aurez besoin de mon nom: Je m'appelle Alistair. »


Il venait clairement d'avouer qu'il n'avait pas un esprit totalement sain, tant mieux, à vrai dire se retrouver avec une personne qui se prend pour un ange est plus que désagréable. Elle se rapprocha de lui d'un pas lent et encore méfiant, elle lui attrapa la main en signe de salutation. Le jeune homme fixa la jeune voleuse d'un air soucieux, quoi de plus naturel, ça crevait les yeux qu'elle ne faisait pas partie des races les plus enchanteresse, sa peau diaphane, ses yeux d'assassin qui montraient clairement qu'elle pouvait vous arracher la tête sur un coup de tête, cependant elle n'était pas d'humeur. Elle avait laissé son instrument sur le palier de sa porte, son repas frugal se trouvait toujours dans sa main pâle. Alors qu'elle s’apprêtait à lui répondre il empoignât son fin poignet, le retourna et admira un court instant son tatouage qui embellissait le long de son bras et enchaîna :

« J'aime bien votre tatouage. Qui vous l'a fait? Je songeait à me faire tatouer un symbole protecteur dans le dos. »

voilà beaucoup de questions d'un coup, son tatouage représentait un dragon entouré de chaînes brisé ce qui signifie symboliquement une personne qui peut être bonne ou mauvaise, une personne forte et puissante les chaînes quant à elles expriment la liberté d'expression, libre comme l'air, un tatouage fait par un maître lors du jour de ses vingts ans. Cette évocation lui remémorait de nombreux souvenirs agréables pour la plupart, étrangement elle adorait les tatouages elle en avait également un le long de son dos, un aigle cet oiseau majestueux était l'animal fétiche de son père, mais principalement un chasseur, maître des airs qui observe tout depuis son fief. Elle répondit au jeune homme d'une voix suave, particulièrement agréable à l'oreille :

« Enchanté Alistair, je suis Lita, mes poursuivants ne sont pas une grande menace, quelque peu embêtant il faut l'avouer, de gros bras, mais n'ont pas grand-chose dans les jambes. En ce qui concerne mon tatouage... il a été fait par un artisan habitant non loin d'ici, mais rien ne me garantis qu'il soit encore en vie, voilà de nombreuses années que je n'ai pas remis les pieds dans cet endroit »


Elle regarda un instant le jeune homme puis continua :

« Vous êtes bien un alchimiste ? »

Si c'était le cas, ça serait intéressant pour de nombreux points...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pause chimie [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pause chimie [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Premier cours de chimie [Libre jusqu'au début des cours]
» pause café (libre)
» Pause pour se remaquiller (LIBRE)
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Mondes de Shibai :: Les Terres Franches :: Aratanye, la Comté du Nord :: Le Grand Plateau des Hopalus-
Sauter vers: