Les Mondes de Shibai

Haut Dragon , Ange , Démon ....saurez vous imposer votre race et contrôler les Terres Franches ?
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercher

Partagez | 
 

 Quête : La Grande Evasion du Harem ! ( Kalec, Herkael, Sylver )

Aller en bas 
AuteurMessage
Tullia Estrama Von Raijer
Fonda Suprême ( adorée )
Fonda Suprême ( adorée )
avatar

Messages : 787
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 28
Localisation : En pleine sieste ....

Feuille de personnage
Race: hybride Haut Dragon/humain
Classe / Rang: Duchesse humaine, Conseillère Diplomatique Royale
Camps: Equilibre

MessageSujet: Quête : La Grande Evasion du Harem ! ( Kalec, Herkael, Sylver )   Sam 29 Oct - 19:17

Harem du Marché des Kougars





Un nouveau portail dimensionnel vient de s’ouvrir sur un nouveau monde. Par delà le vortex se cache un monde dominé par la gente féminine, on y trouve des harems qui n’ont pas d’équivalent dans les divers mondes de Shibai. Face à cette féroce concurrence, les esclavagiste de Shibai se sont rassemblés sous une seule et même bannière et ont fondé un tout nouveau harem, le plus grand que Shibai n’ai jamais porté. Au sommet de ce Harem masculin se trouve les terribles Matriarches : Shrikan la Sadique, Mÿneria la Lubrique et Galadrielle l'Ange de Nuit. Chaque matriarche possède ses sous fifres féminins nommés Maitresses surveillant chacune un certain nombre de mâles, ainsi que de nombreuses bêtes pour garder les lieux.
Le nouveau Harem dit impérial laisse entrer toute personne féminine voulant s'amuser un peu avec la marchandise contre une certaine somme, mais c'est aussi un endroit où la sécurité est des plus élevée. Nombreux sont les pièges et les salles secrètes que nulle personne ne peut franchir sans l'aide d'une Maitresse ou d'un Matriarche. Le Harem est une sorte de château fortifié doté de 4 ailes, avec chacune plusieurs séparations pour encadrer les mâles ainsi que les salles de réception des clientes. A chaque aile plusieurs niveau de difficulté et plusieurs types d'obstacles, tout étant là pour empêcher le moindre mâle de s'enfuir.

Ainsi organisée et grâce à leur alliance, la concurrence a pu être maitrisée, mais un nouveau problème voit le jour. On sein du harem, les mâles excédés ne cherchent qu’une seule chose, s’échapper de ce harem de haute sécurité. Ils devront s’allier pour réussir à échapper aux pièges que leur tendront leur esclavagiste, et les dieux savent à quels points ils sont multiples.
Tous commence lors d'une tranquille matinée d'hiver, alors que le harem ferme ses portes aux clientes encore toutes émoustillées. Les mâles sont dans leurs cages collectives, attachés par des colliers et des chaines, et ils attendent leur repas. Mais ce soir , une nouvelle rumeur semble circuler parmi les esclaves .....


_________________

-Fonda Suprême (adorée), pour vous servir ~.....

Dragon form :
Spoiler:
 






Dernière édition par Shrikan Tatsu le Dim 6 Nov - 12:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shrikan.deviantart.com/
Kalec
Golden Boy ( connu sous Jorah)
Golden Boy ( connu sous Jorah)
avatar

Messages : 369
Date d'inscription : 25/09/2010
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Haut dragon/Renégat
Classe / Rang:
Camps: Neutre

MessageSujet: Re: Quête : La Grande Evasion du Harem ! ( Kalec, Herkael, Sylver )   Mar 1 Nov - 17:31

Depuis combien de temps je suis ici? Impossible pour moi de m'en remémorer. Je n'arrive même plus à me souvenir si j'avais eu une vie avant de me retrouver dans ce trou. Je ne savais pas grand chose de l'endroit où j'étais retenu, juste que c'était immense et que cela se trouvait sous terre. Je n'avais plus vue le soleil depuis un moment, ni les nuages, j'en oubliais même à quoi ils ressemblaient, quels étaient les effets de l'air durant un vol. Toute ces sensations semblaient plus appartenir au domaine de l'imaginaire que du souvenir.

Ainsi depuis une durée que je n'arrive pas à me souvenir, je suis utilisé comme vulgaire esclave dans le plus grand harem de Shibai. Je ne suis pas seul, beaucoup d'autre "mâle", c'est comme cela qu'on nous nomme si ce n'est esclave, sont également enfermé ici. Des femmes, plus ou moins humanoïde, s'occupent de notre détention lorsqu’on n’est pas avec des...clientes. Ma nature de dragon m'a valu un traitement...spécial. Je porte en permanence un collier qui me force à rester sous forme humaine, mais j'arrive néanmoins à recouvrir ma peau d'écaille à certains endroits. Très pratique quand on a des clientes qui aiment s'amuser avec le fouet. Quand à mes pouvoirs, ils sont plus qu'inutile ici, deux d'entre eux ne marche qu'à l'air libre et vue qu'on est sous terre...Celui qui me permet de déclencher une explosion est toujours opérationnel, mais il se montre bien inutile aussi. Bien qu'il me permettrait de me libérer de mes chaines et de ma cellule, le bruit qu'il provoquerait, aurait vite fait d'alarmer tous les gardes. Et enfin, le sort qui me permettait de créer une épée et un bouclier est, lui aussi, bridé par mon collier. Tout mes pouvoirs étaient donc inutilisable et cette situation était la même pour tout les autres esclaves, nos gardiennes ont bien pris le soin de nous répertorier tous et rendre inutilisable nos pouvoirs ou inutiles.

Bref, je n’avais qu’une idée en tête, m’évader. Evidement cette idée avait germé depuis déjà bien longtemps, mais au vue du sort réservé à ceux qui tenté de s’évader, je préférais prendre tout le temps qu’il faudrait pour réussir cette évasion. Premièrement, essayer de comprendre comment étaient organisées les rondes des gardiennes. Je m’exerçais au fur et à mesure, voir si je pouvais anticiper le passage de telle patrouille à tel moment. L’exercice n’était pas simple, il fallait que je garde tout en tête. J’avais entendu parler d’un détenu qui avait eu l’idée de se faire tatouer tout ce que j’essayais de retenir de tête. Je ne connais pas tout les détails à propos de ce détenu, mais je savais qu’une chose, ca s’était mal terminé pour lui.

On était enfermé dans des cages communes, à deux ou trois par cellules, rarement quatre. Les gardiennes avaient instauré un système de permutation, en clair, elles essayaient de faire en sorte qu’on soit le moins souvent possible avec des prisonniers que l’on a déjà côtoyés en cellule. Ainsi, on aurait beaucoup plus de mal pour se transmettre des messages et préparer un quelconque plan. L’avantage de ce système, c’est qu’on changeait souvent de cellule, ce qui me permettait d’avoir différents angles d’observations sur les rondes des gardiennes.


Je n’avais pas vraiment d’idée précise sur comment m’évader, mais mon premier objectif était de réussir à me défaire de mes liens en faisant le moins de bruit possible, donc hors de question d’utiliser mon pouvoir de détonation. Pour la suite, je n’avais qu’une vague idée de comment y remédier.


C’était un matin, enfin je crois, on ne sait pas vraiment quand il fait jour et nuit vu qu’on est sous terre, mais il semblerait que le harem n’est ouvert au client que la nuit, j’en déduisais donc qu’on était le matin, vu que le harem venait tout juste de fermer et qu’on avait été raccompagné aux cellules. J’avais prévu de tenter l’évasion aujourd’hui. Pour ce faire, j’avais réussi à dérober une petite épingle à une cliente. Pour la dissimuler et pour pas qu’on me la trouve lors de la fouille obligatoire avant le retour à la cellule, je l’avais avalé. J’étais donc en cellule, des liens réduisant considérablement mes mouvements, ainsi qu’un collier, enfin deux si on compte celui qui me tient sous forme humaine. Je me trouvais en compagnie d’autre détenu, j’en avais déjà croisé certains, mais sans plus. Le repas n’allait pas tarder, cette bouille infâme qui nous sert de nourriture. Une rumeur courrait parmi nous, une tentative d’évasion allait avoir lieu ce soir. Curieux, j’avais pourtant parlé à personne de ma tentative d’évasion, à moins que d’autres aient eu l’idée en même temps que moi.

Soudain, je compris par l’intermédiaire des gardes, qu’un feu s’était déclaré dans une autre aile. Incident ou volontaire ? Quoiqu’il en soit, cet incendie tombait à pique, toutes les gardiennes se préoccuperaient du feu et on n’aurait donc un effectif réduit pour nous surveiller. Il était tant d’agir. Je me recroquevillais sur moi-même et tenter de vomir jusqu’à y parvenir. Je pris donc l’épingle qui, par chance, ne m’avait arraché les entrailles. Je trifouillais donc les liens à mes poignets, je le faisais dissimuler à la vue des gardiennes et des autres esclaves, je ne voulais pas que l’un d’eux me grille. Je réussis à me libérer les poignets, pour le collier, j’eus beaucoup plus de difficulté, mais j’y parvins tout de même. Désormais libre, j’attendais.


Les gardiennes arrivèrent pour servir le repas, du fait de l’incendie, elles n’étaient que deux, ce serait donc plus facile. Elles ouvrirent la cage et commencèrent à distribuer la nourriture. Quand elles s’approchèrent de moi, je me relevais avec rapidité avant de donner un violent coup de poing à mes gardiennes. Je les mis rapidement K.O. avant qu’elles ne donnent l’alerte. Pour calmer l’enthousiasme des autres esclaves, je leur balançais les clés que je venais de récupérer auprès des gardiennes. J’aurais besoin des autres de toute manière.

Les esclaves se libèrent rapidement et tandis que la grande majorité se dirigeait vers la porte principale de notre aile, je prenais le chemin complètement opposé. Je savais que la grande porte de notre aile serait infranchissable et que les gardiennes arriveraient rapidement à se regrouper pour maitriser l’émeute. Celle-ci n’était qu’une diversion pour moi, les gardiennes seraient bien plus occupées par un groupe d’esclave s’amassant à la porte principale qu’à autre chose. De plus, quand elles arriveraient à maitriser l’émeute, elles mettraient beaucoup plus de temps à remarquer ma disparition.

J’étais donc partis à l’exact opposé de tous les autres, je m’accroupissais dans un coin et tentais d’enlever le collier qui me maintenait sous forme humaine. Mais l’épingle se brisa quand je tentais de l’ouvrir, je n’arriverais donc pas à l’enlever. Tans pis, je devrais faire avec. J’avançais donc vers la pièce qui servait de douche commune, mais je sentais la présence de quelqu’un dans les parages, je me tapissais donc dans l’ombre.


_________________
Tout ce que nous sommes n'est qu'une étape vers ce que nous pouvons devenir

Forme de dragon

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Herkhael
Le nomade des ombres
Le nomade des ombres
avatar

Messages : 359
Date d'inscription : 09/10/2010
Age : 23
Localisation : Pas très loin, dans la lumière et les ténèbres...

Feuille de personnage
Race: Elfe noir
Classe / Rang: Génréal drow/Mercenaire
Camps:

MessageSujet: Re: Quête : La Grande Evasion du Harem ! ( Kalec, Herkael, Sylver )   Sam 5 Nov - 22:57

Je soupirais. Depuis combien de temps était-je ici? Trois, peut-être quatres ans? A tourner en rond dans les cages ou à satisfaire quelques clientes en mal de relations. Pour une ancienne légende, une reincarnation de dieu, moi, Herkhael Teliir, c'était insultant de se retrouver aussi bas. Certes je suis un male drow, il aurait dut en avoir l'habitude, mais j'avais toujours plus ou moins echappé a ce système, et le marché des Kougars n'avait plus rien a voir avec les penchants dominateurs des femelles drows. Depuis la decouverte du monde parallèle, où les pauvres males n'etaient que des pantins pour ces dames sur toute la planète, les esclavagistes féminines du monde entier s'étaient réunis sous une même bannière. Leur influence grandissante leur avait permis de monter sur le trone des drows, et de transformer Eldulamea en gigantesque harem souterrain. Certains disent "lieu de détente"...quand d'autres disent "prison pour innocents". Même les esclavagistes masculins avaient a un moment donné apporté leur soutien, certains finissant esclaves a leur tour. Et je m'étais laissé avoir comme un débutant...Devant payer une dette, on m'avait plus ou moins imposer le rôle de golden slave dans un petit harem privé. Ca ne me derangeais pas outre mesure. Pas de chaines, pas de colliers, bien nourri, bien logé, une charge de travail pas trop importante, et même divertissante, une maitresse sympathique, et un système de securité des plus defaillants, c'était presque comme une taverne en somme, "le boulot" en plus. Mais le grand harem racheta celui-ci, et maintenantj'étais là, avec mes deux colliers.

L'électrique, classique. les gardiennes avaient une sorte de boite pour l'activer quand elles le voulaient, et croyez moi ça fais mal. Et le spécial. Ils en mettent a tout détenu ayant des pouvoirs lui permettant d'attaquer ou de s'échapper. Mes boules de feu etaient inutilisables, ma necromancie n'en parlont pas, et cela faisait trèèèèèèèèès longtemps que je n'avait pas ressenti le pouvoir d'Harkildrim. Mes épées m'ont bien sur été confisqués, quand à Kandraka, ils ont finis par la découvrir, et m'ont mis une sorte des sortes de petits objets dans les fentes de mes avants-bras pour que la chaine ne puissent sortir. En fait, le seul pouvoir que je peux utiliser est la régénération rapide. Du coup ces chères demoiselles ont parfois la bonne idée d'être un peu/beaucoup dominatrices, quel veine ! Quand a la nécromancie, on me laisse parfois la pratiquer (toujours sous controle) quand certaines clientes ont des fantasmes un peu étranges. Et vous savez le pire? Les mègères de maitresses s'amusent a confondre nécromancie et nécrophilie ! Une insulte pour notre art ! Elles me laissent me décomposer sans que je puisse me soigner pendant des mois (je ne sait pas comment, mais elles semblent avoir trouvés le moyen d'accélerer le processus), puis elle font ce qu'elles appellent des "events necrophiles" avec moi et d'autres morts-vivants...je vous passe les details (heuresement que ma surface decomposée devient indolore)...ensuite elles me soignent entièrement et c'est reparti pour des mois avant un nouvel event !

Bref, je devais sortir d'ici, revoir le soleil, être libre, je n'en pouvais plus ! Une cliente avait eu la bonne idée de s'amuser avec moi et me recouvrir de sauce tomate (je ne cherche plus a les comprendre...). C'est donc avec une gardienne que je me dirigeais vers les douches, puant la sauce tomate. J'entendis une rumeur comme quoi un feu s'était declaré de l'autre côté, ce qui me fit repenser aux rumeurs de mes compagnons de cellules hier soir. J'appris aussi que les prisonniers du refectoire tentaient une evasion massive. Sur le coup je m'en voulut de ne pas y être, mais je me ressaisis vite. La discretion pouvait etre de mon côté.

Arrivé aux douches, la gardienne détacha mes menottes et me fit avancer, me surveillant a distance, le boitier du collier bien en évidence. Je commençais a me deshabiller et a me doucher, par un eclat de miroir que j'avais dissimulé dans une faille (je prépare des stratagèmes d'evasions depuis longtemps) je surveillais ces gestes. Lorsqu'elle ne me regardait plus, j'enfonçais les doigts dans ma bouche et vomissant, je m'accroupit et me mit a trembler, simulant un malaise. La gardienne s'approcha, visiblement desemparée, je guettais ces gestes dans le miroir. Lorsqu'elle fut assez près, je lui bloquai le poignet pour qu'elle laisse tomber le boitier, ce qu'elle fit dans un cri de surprise, et avant qu'elle ne prenne sa matraque (la plupart en avaient, certaines avaient des fouets, et d'autres des armes plus personnelles) je lui prit la tête et l'emboutit violemment contre le mur. Elle tomba par terre inconsciente. J'aurais preferé plus discret et moins violent mais c'etait une occasion que je devais saisir. Je ramassais le necessaire, a savoir le boitier, la matraque, les menottes, la clé des menottes et un epingle a cheveux (pratique pour les serrures), je me sechais (et m'essuyais le vomi, fallait bien faire realiste non?) et me rhabillais le plus vite possible. Esperant ne pas avoir trop attiré l'attention, j'attachais avec les menottes la gardienne inconsciente dans le placard a serviette, après avoir entreposé les serviettes dessus. J'essayais d'enlever les colliers avec le boitier ou les clés, pas moyen, la seule chose que je réussis a faire fut de me prendre une décharge electrique qui me fit voir des lucioles.

Je quittais alors les douches, rapidement mais discrètement, et rasait les murs. J'entendais des pas venir dans ma direction, pas d'endroit où me cacher, je sortit la matraque, pret a frapper, mais au lieu d'une gardienne, se tenait devant moi un autre détenu, un jeune garçon que je croisais parfois sans y preter trop attention tellement cette prison était immense. Je songeais un moment a prendre un autre chemin que lui pour rester discret, mais dans ce genre de situations l'union fais la force:


"(chuchotements) Ca va toi? On ferait mieux de rester ensemble. A ton avis, c'est quoi la sortie la plus sure dans le coin?"

_________________

Spoiler:
 

Double-compte de Plaguas Winrod Legion
Herkhael 3rd theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raevahr Norheim
Marchombre
Marchombre
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 24
Localisation : Trois-Rivières, Québec, Canada

Feuille de personnage
Race: Animae
Classe / Rang: Marchombre
Camps: Neutre

MessageSujet: Re: Quête : La Grande Evasion du Harem ! ( Kalec, Herkael, Sylver )   Lun 7 Nov - 19:00

Sylver soupira. Cela faisait déjà un très bon moment qu’il avait perdu espoir. Il ne se souvenait même plus de comment il s’était retrouvé ici, ou même de pourquoi. Ce qu’il savait, c’est que sa position ne lui plaisait pas du tout. Il y avait d’abord ce collier qui l’électrocutait dès qu’il désobéissait à un ordre. Cela faisait si mal… Il était prêt à tout pour ne pas subir les affres de cet instrument de torture. Et donc, même s’il n’en avait pas toujours envie, il faisait tout ce qu’on lui demandait. Avec le temps, un certain détachement c’était installé en lui. Il avait mis ses espoirs, ses désirs, et même la plupart de ses émotions dans un coin de son esprit, loin, pour ne plus avoir à les supporter, à goûter leur souffrance. Il était un corps. Un corps sans vie réelle qui se contentait d’obéir, de faire, de subir… Et comme tout le reste, il n’en avait rien à faire, ça ne le dérangeait plus. S’il avait pu tenter quoi que ce soit, il l’aurait déjà fait…

Donc, son univers se limitait aux endroits qu’il avait le droit de visiter. Cela se résumait à une pièce qui lui servait de niche où on le faisait dormir lorsqu’il montrait tellement de signes d’épuisement qu’il ne réagissait plus aux chocs électriques, le couloir des détenus, où on le faisait patrouiller une fois de temps en temps, et quelques pièces qu’on lui faisait visiter à des moments, lorsqu’on lui accordait une permission spéciales, pour qu’il puisse exécuter un ordre différent de l’ordinaire. C’était donc tout ce qu’il connaissait, et se souvenais. Le reste était perdu, avec sa fierté, et son identité. Mais comme du reste, il ne s’y attardait jamais, et ne se posait pas de questions. Lorsqu’il patrouillait, il voyait bien les regards, parfois interrogatifs, parfois apeurés, et quelques-uns compatissant, les regards de ceux qui étaient là avant qu’il ne se fasse capturer, et avant qu’il ne devienne un objet sans âme. Pourtant, il ne réagissait pas. Il n’y avait aucune différence pour lui entre les différents détenus. Ils étaient tous, pour lui, d’autres objets. Des jouets qu’on lui demandait de surveiller, pour s’assurer qu’ils restent là, et en bon état.

Quand à ses pouvoirs… on n’avait même pas eu à lui passer un collier spécial pour les limiter. Il avait suffit de lui retirer son médaillon, et il les avait perdus. Il n’avait que sa capacité à guérir très rapidement, qui était mise à profit lorsqu’un prisonnier particulièrement violent tentait de s’échapper. Le loup l’affrontait, le battait ou se faisait battre, et dans ce dernier cas une femme prenait le relais. Seuls quelques jours, dans les cas les plus graves, étaient nécessaires pour que l’animal ne soit à nouveaux apte de satisfaire entièrement ses maîtresses. Elles ne se privaient donc pas longtemps, et de pas grand-chose. Parfois, lorsque l’une d’elles étaient blessée, on lui redonnait temporairement ses pouvoirs pour qu’il puisse transférer la blessure sur lui, puis on les lui retirait aussitôt. Sinon, il n’essayait même pas de les récupérer.

Lorsqu’il ne dormait pas, ne patrouillait pas, ou n’était pas en train de combler un ordre qui lui avait été donné, Sylver était couché dans sa niche à ne rien faire, sans même penser, attendant patiemment qu’on lui donne un ordre. Parfois, dans ses moments, une femme ou un homme entrait et venait le voir. La personne était toujours accompagné d’une gardienne, qui servait à décourager le loup de mal faire son travail. Ces personnes étaient des clients aux goûts… particuliers… qui prenaient leur plaisir autant qu’ils le voulaient avec le corps de l’animal. Le loup aimait-il cela? Était-il contre? Il ne savait même pas. Tout ce qui importait pour lui, c’était qu’on voulait qu’il fasse quelque chose, et qu’il le faisait. Tant qu’il ne recevait pas de chocs électriques ou qu’il n’était pas torturé pour avoir fait mal à un client alors que ce dernier ne le voulait pas, il était relativement heureux.

Ce jour là, l’une des gardiennes le réveilla alors qu’il dormait. C’était assez fréquent, elles ne le laissaient jamais recouvrer entièrement ses forces, et lorsqu’il ne se réveillait pas de lui-même, de peur d’être éveillé par un puissant choc électrique, elles s’en chargeaient, s’amusant à le voir se tortiller de douleur et hurler alors que le courant se répandait en lui. Cette fois, par contre, il n’eut pas mal. On le réveilla sans qu’il ne souffre. Dès qu’il eut les yeux ouverts, une voix sèche, féminine bien sûr, lui parvint aux oreilles.

« Allez, debout le cabot! On a un problème avec les esclaves, tu vas aider. Présentement, nous nous regroupons où le gros de l’émeute à lieu, mais je suis prête à parier qu’il y en a qui se croiront plus malins que les autres. Tu va fouiller le reste de l’étage pendant que nous prenons place aux quelques possibilités de sorties secondaires. BOUGES-TOI!! »

Sans même se demander ce qui pouvait se passer, il se leva et fonça à la course dans le couloir. Ça ne prit pas de temps qu’il atteint les cellules. Il vit les esclaves qui essayaient de s’enfuir et les maîtresses qui les en empêchaient. Mais ce n’était pas de les aider son ordre. Il alla donc dans la direction opposée de la porte principale en reniflant. Bientôt, une odeur lui parvint. Pas une odeur de femme. Il en avait trouvé un! Content d’avoir réussit, ce qui voulait dire qu’il ne recevrait aucun choc électrique, il suivit la piste, silencieusement, à l’affut du moindre bruit. Mais rien ne lui parvenait. Ces foutus esclaves étaient plutôt silencieux… Mais en suivant l’odeur, il finirait par les avoir…

C’est au tournant d’un coude qu’il perdit la trace. Il ne sentait plus rien… il s’était éloigner donc de la source. Il revint sur ses pas. Mais il n’arrivait pas à localiser l’objet qui émettait l’odeur. Pourquoi? Ce n’était pas normal. S’il échouait… Il ne devait pas. Commençant à ressentir de la peur et de l’angoisse face à l’idée de se faire torturer pour son échec, sa respiration s’accéléra. S’il n’arrivait pas à se calmer, il ne réussirait jamais, l’esclave l’entendrait venir de loin…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.furaffinity.net/user/maeya/
Kalec
Golden Boy ( connu sous Jorah)
Golden Boy ( connu sous Jorah)
avatar

Messages : 369
Date d'inscription : 25/09/2010
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Haut dragon/Renégat
Classe / Rang:
Camps: Neutre

MessageSujet: Re: Quête : La Grande Evasion du Harem ! ( Kalec, Herkael, Sylver )   Jeu 10 Nov - 13:47

Il y avait quelqu'un dans le coin, je le sentais, j'avançais avec prudence prêt à sauter sur une gardienne pour la neutraliser si c'était le cas. Mais au lieu de cela, je tombais sur un autre détenu, un drow à première vu, il avait brandit une matraque, il devait s'attendre à une gardienne lui aussi. Il se détendit alors et se mit à me chuchoter, me demandant si j'allais bien et si je connaissais une sortie sur. Évidement, il me proposa de s'allier, tout le monde connait l'expression l'union fait la force, mais elle ne fait pas souvent la discrétion et il fallait rester discret si on voulait avoir une chance. Néanmoins, l'aide qu'au moins une autre personne pourrait s'avérer utile. Je lui répondis alors:

" Pourquoi pas, mais restons discret, d'habitude je préfère rester seul. Pour ce qui est de la sortie, j'ai peut-être une idée. Suis-moi."

Avançant toujours avec prudence, on se dirigeait vers les douches communes, endroit qu'on fréquentait assez souvent après une "journée" avec des clientes. L'endroit était désert et...très sombre. J'avais repéré une possible sortie grâce au nombre de fois que j'avais dû aller me doucher, c'était l'occasion de tester cette possibilité d'évasion.

Je m'approchais alors de l'évacuation des eaux. Une grille verrouillée à l'aide d'un cadenas l'empoché de l'ouvrir. Ce dernier était suffisamment gros pour résister à presque tout e tentative pour le sectionner. Mais, je pouvais toujours tenter de l'ouvrir à l'aide de l'épingle qui m'avait permis de me débarrasser de mes liens. Malgré le fait qu'elle soit casser, j'arrivais tout de même à tenter un crochetage de la serrure. J'avais demandé à mon compagnon de fortune d'aller faire le guet pendant que j'essayais d'ouvrir cette grille.

Mais au bout de cinq minutes, je n'étais toujours pas parvenu à ouvrir le cadenas. Je n'avais pas pensé qu'il serait si dur à crocheter. Le drow, m'entendant pester, vint voir où j'en étais. Lorsqu'il s'approcha, je vis le boitier électrique, j'eus alors un éclair de génie. Je demandais au drow de donner la boite électrique. En fait, les gardiennes n'utilisaient jamais cette pareil sur moi, car elles savaient bien que, de part ma nature, un choc électrique me donnerait de l'énergie au lieu de me faire souffrir comme c'était le cas pour les autres détenus. C'est pourquoi, elles n'en faisaient jamais usage pour me maitriser.

Je pris alors le boitier et l'ouvrir pour trouver la source du boitier. J'enveloppais alors l'anse du cadenas avec une de mes main et mettait l'autre sur la source d'énergie. Avec l'énergie que j'absorbais, je réussis à faire chauffer suffisamment l'anse pour la ramollir et la briser. Le boitier électrique était désormais inutilisable, je le laissais donc tomber au fond de la conduite pour dissimuler au maximum les traces de notre passage.

Je passais donc le premier dans ce tuyau tout juste assez grand pour nous, comme prévu, le drow remit délicatement la grille après notre passage, ainsi une gardienne qui jetterait un coup d'œil rapide verrait la grille à sa place et donc, rien d'anormal pour elle, mais si elle regardait avec plus d'attention, elle remarquerait l'absence du cadenas.

On avançait donc en rampant dans cette conduite, je ne savais pas trop où elle allait nous mener, mais tant qu'on arrivait à sortir de notre bloc de détention, une des plus importantes étapes serait franchis.

_________________
Tout ce que nous sommes n'est qu'une étape vers ce que nous pouvons devenir

Forme de dragon

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tullia Estrama Von Raijer
Fonda Suprême ( adorée )
Fonda Suprême ( adorée )
avatar

Messages : 787
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 28
Localisation : En pleine sieste ....

Feuille de personnage
Race: hybride Haut Dragon/humain
Classe / Rang: Duchesse humaine, Conseillère Diplomatique Royale
Camps: Equilibre

MessageSujet: Re: Quête : La Grande Evasion du Harem ! ( Kalec, Herkael, Sylver )   Ven 11 Nov - 18:24

Chantonnant doucement, je finissais de me sécher. La salle de bain était grande, une baignoire immense d'où s'échappait des odeurs suaves trônant au beau milieu. J'enfilais un peignoir en satin rouge, sortant de cette salle pour entrer dans ma chambre. Sur mon grand lit à baldaquin, deux beaux mâles dormaient paisiblement. La nuit avait été longue, et très amusante pour moi. Je souriais en les voyant dormir ainsi, et me dirigeais vers mon armoire. J'enlevais mon peignoir, n'ayant pas peur d'être nue même en présence des mâles, et commençais à regarder quel habit je pourrais mettre pour cette.... occasion.
Alors que je venais de choisir une belle robe moulante rouge et blanche, quelqu'un frappa à la porte.

" Entrez"

La porte en bois sculpté s'ouvrit, pour laisser passer une maitresse de ma Maison. Celle ci posa un genoux à terre et s'inclina, avant de me dire que qu'elle avait à me dire.

" Matriarche, l'incendie a commencé... "


Sans me retourner, j'enfilais ma robe et lui répondis sur un ton distrait.

" Tout est en place ? Avez vous prévenus les autres Matriarches ? "

" Oui, elles sont prévenues . Et tout est en ordre pour la cérémonie."


Je me mis à sourire, un sourire féroce appuyé par un regard empli de malice. Je me retournais enfin , laçant le reste de ma robe et cherchant dans un tiroir quelques accessoires de beautés pour mes cheveux se soie.

" Parfait ~ .... "


Je sortis deux broches en or serties de saphir, et me les mis dans les cheveux, me rapprochant de la maitresse. Je lui demandais de se relever, tout en lui donnant quelques directives.

" Le temps est venu de rassembler les clientes. Va prévenir les autres maitresses que le plan "Evasion" vient de commencer.... Fu fu fu fu ~ ! "

" A vos ordres Matriarche ! "

La maitresse s'exécuta et me laissa passer. Je m'étais mise à rire, alors que je sortais de ma chambre en compagnie de la maitresse. Je marchais d'un pas vif dans les couloirs, une petite troupe de maitresses m'accompagnant vers les haut quartiers du Harem. Je ne cessait de sourire, l'excitation emplissant mes veines. Les choses allaient enfin devenir amusantes !

_________________

-Fonda Suprême (adorée), pour vous servir ~.....

Dragon form :
Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shrikan.deviantart.com/
Herkhael
Le nomade des ombres
Le nomade des ombres
avatar

Messages : 359
Date d'inscription : 09/10/2010
Age : 23
Localisation : Pas très loin, dans la lumière et les ténèbres...

Feuille de personnage
Race: Elfe noir
Classe / Rang: Génréal drow/Mercenaire
Camps:

MessageSujet: Re: Quête : La Grande Evasion du Harem ! ( Kalec, Herkael, Sylver )   Dim 13 Nov - 20:52

" Pourquoi pas, mais restons discret, d'habitude je préfère rester seul. Pour ce qui est de la sortie, j'ai peut-être une idée. Suis-moi."

Je le suivis donc. J'étais tombé sur un bon allié si il nous menait directement vers une sortie. En repassant dans les douches, je m'assurait que la gardienne était toujours dans son placard. L'autre prisonnier se pencha sur une grille verrouillée par un cadenas, et je me maudit intérieurement de ne pas avoir remarquer cette sortie éventuelle avant. Il essaya de la crocheter avec une épingle pendant que je faisait le guet. Rien a l'horizon. Au bout d'un moment, je décidais de revenir vers mon complice pour voir où il en était. Si ça se trouve il avait deja réussi et s'était enfuit sans moi. Mais non, il n'avait pas réussi. Je lui passa la barrette que j'avais recupéré sur la gardienne, mais il aperçut le boitier et me demanda de lui passer. Après un moment d'hésitation pendant lequel je me suis demandé si il n'allait pas l'utiliser contre moi, je lui tendis. Il l'ouvrit et en prit la batterie.

-J'espère que tu sait ce que tu fais.

Je n'étais pas convaincu du fait de détruire une des seules armes dont on disposait. Mais quand je vis le résultat, je fus soufflé. Il avait réussi a faire fondre le cadenas, mais je ne voyais pas comment, en revanche, j'aurais juré discerner des étoincelles.

"Comment tu as fais ça?!!"

Il passa en premier et je le suivit, refermant la grille pour mieux passer inaperçu. On rampait donc dans ce conduit le plus discrètement possible. Quand je vis que nous étions assez eloignés des aérations, je chuchotais.

"C'est quoi ton nom? Moi c'est Herkhael Teliir. Tu sais où ça va nous mener ce tunnel?"

Il n'en savait rien, mais nous continuions. On déboucha sur un couloir. Après qu'il ait verifié qu'il n'y avait personne il fit fondre le cadenas par le même étrange procedé, et je le suivit, refermant la grille en silence. Les murs et le sol n'avaient pas les mêmes decorations que dans le quartier des cellules, ou le quartier des douches.

"Je crois que nous sommes dans le quartier médical, ce qui veut dire que l'on se rapproche des cours extérieurs. Par là il y a une pièce dont une vitre donne sur une grande cour et le no man's land si je me souviens bien."

On s'y dirigea donc, mais nous nous stoppions, perçevant un bruit qui venait en sens inverse. Je serrais ma matraque, près a agir, mais il frappa le premier. D'un bond magistral, un loup blanc et ailé sauta pour atterir quelques mètres a côté de nous, et il n'avait pas l'air des plus amicals.

"Gentil le toutou gentil, ne fais pas de bruits, calme toi"

Je me doutais bien que ça n'aurait pas d'effets, mai ça valait quand même la peine d'essayer. Sans trop réflechir je prit l'épingle, capta l'attention du loup avec, et la jeta loin sur le côté opposé de notre itinéraire, espérant qu'il s'élance à la poursuite de l'épingle, et pas à la notre.

_________________

Spoiler:
 

Double-compte de Plaguas Winrod Legion
Herkhael 3rd theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raevahr Norheim
Marchombre
Marchombre
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 24
Localisation : Trois-Rivières, Québec, Canada

Feuille de personnage
Race: Animae
Classe / Rang: Marchombre
Camps: Neutre

MessageSujet: Re: Quête : La Grande Evasion du Harem ! ( Kalec, Herkael, Sylver )   Ven 18 Nov - 1:25

[Je suis désolé du temps de réponses, mais on vient de tomber dans les travaux de fin de session, je suis débordé… Et puis je ne suis pas toujours dans l’humeur. Souvent quand je ne fais rien c’est que je suis total démotivé…]

Le loup était en train de rager. Jamais il ne trouverait cet esclave, et il serait puni… Lentement, il s’obligea à se calmer et s’arrêta. Où avait-il eut des traces d’odeur, la dernière fois? Les douches… il était près des douches! Il y retourna, pour être certain de ce qu’il avançait. L’odeur y était bel et bien, mais un coup dans la pièce, elle disparaissait. Aux aguets, il fit donc le tour de la pièce, inspectant chaque douche, chaque recoin, sous les objets qui aurait pu cacher un être vivant. Rien… Ou enfin presque. Au moment où il allait sortir, un détail accrocha son regard. Sur la grille du conduit permettant l’évacuation de l’eau, il n’y avait plus de cadenas. L’animal approcha de la grille et la renifla. Une odeur de métal fondu, de chauffé, et une arrière odeur… de vivant. Alors c’était par là qu’il était parti…

Sachant par cœur où menait ce conduit, suite à de nombreuses observations qu’il avait faites au cours des « missions » qui lui avaient été confiées, il s’élança à la course. Il ne savait pas s’il arriverait avant l’esclave, car il ne savait pas depuis combien de temps il était dans le conduit, et il ne savait pas s’il serait capable de repérer à nouveau l’odeur, l’eau pouvant l’avoir diluée, mais au moins il aurait une piste. Il porta tout de même attention aux détails qui l’entouraient, au cas où, perdu, l’esclave en venait à prendre le couloir que Sylver empruntait.

Au long du chemin, il se demanda. Que ferait-il, si jamais il le trouvait? L’attaquerait-il vraiment? Pourquoi se posait-il la question? La question ne se posait pas. Pour éviter de souffrir, il devait retenir l’attention du captif aussi longtemps que possible. Enfin… il souffrirait, mais moins que s’il ne le faisait pas. Mais alors pourquoi n’en ressentait-il pas l’envie? Pourquoi une partie de lui planifiait-elle d’au contraire aider cet homme? Depuis quand était-il capable de se questionner? Inquiet, il s’arrêta. Il ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Jamais il ne s’était trouvé ainsi perturber… Mais jamais il n’avait reçut un ordre de cette importance. Et dans le fond, maintenant qu’il y pensait, il ne voulait pas obéir. De l’espoir… Oui, il se souvenait maintenant, de l’espoir. Ce même espoir qu’il avait ressenti alors qu’il était capturé, et au début de sa captivité. L’espoir de s’évader. L’espoir qu’il existait un moyen de partir, l’espoir de revoir la liberté.

C’était si bon de se sentir à nouveau vivant, de sentir qu’il ressentait à nouveau des sentiments. Autre chose que de la peur, que de la rage, que de la douleur, que de la soumission, qu’un faux plaisir à faire ce qu’on lui demandait. Et maintenant, mille et une idée se bousculaient dans son crâne, qui quelques minutes plus tôt pourtant n’était obsédé que par l’idée d’obéir et de trouver cet esclave. Le captif pouvait faire fondre un cadenas, peut-être pourrait-il débarrasser le chien de ce collier! Et un coup le collier retiré, ils pourraient tous deux tenter adéquatement de s’évader! Sylver connaissait un nombre de renseignements sur les lieux qui pourraient être utile à l’homme, qui pourrait, lui, avec sa physionomie, leur permettre de passer à des endroits que le loup, seul, n’aurait pas pu penser à accéder.

Lentement, tous ses espoirs, toutes ces pensées positives qui l’accablaient, s’évanouirent. L’homme ne pourrait jamais le libérer de son collier, cela le tuerait. Donc, dès qu’ils croiseraient l’une des maîtresses, elle les punirait tous les deux, et les tuerait peut-être! Et le loup ne voulait pas mourir, il tenait encore à la vie. Et puis… que pourraient un seul esclave et un loup ailé contre ces femmes? Jamais ils ne pourraient y parvenir, même compte tenu des pouvoirs du captif… En plus, Sylver n’avait pas ses pouvoirs à lui. N’aillant pas son médaillon, il lui était impossible de les utiliser. En plus que ce n’était qu’un pouvoir de guérison, des blessures physiques seulement, et qui le blessait lui. Non, jamais ils n’auraient de chance. Le mieux qu’il pouvait faire, c’était de combattre l’esclave assez longtemps pour que les maîtresses arrivent, qu’elles le recapture, qu’elles récompensent le loup pour ses bons services, ce qu’elle feraient sûrement en lui octroyant un peu plus de repos. Un répit qui ne lui ferait pas de mal…

Il reprit la route. Peu de temps après, il arrivait dans les cartiers médicaux. Combien de temps avait-il passé à espérer? Pas trop longtemps il espérait, sinon il perdrait la trace de l’esclave. Mais il eut rapidement confirmation, et un soulagement le parcourut lorsqu’il entendit un bruit. Des bruits de pas. Par chance, le loup était silencieux. Il s’approcha lentement, jusqu’à percevoir l’odeur de l’es… non… DES esclaves!! Il y en avait plus d’un! Deux odeurs lui parvenaient!! Que pourrait-il faire contre DEUX esclaves? Déjà qu’avec celui qui avait récupéré ses pouvoirs, il était certain de ne pas tenir longtemps, mais alors s’il fallait qu’il y en ait un autre! Et si en plus l’autre avait aussi récupéré ses pouvoirs? Sylver se ferait tuer!! Mais en même temps, s’il les aidait, peut-être à trois auraient-ils… non, ils n’auraient pas plus de chances… Et le temps n’était pas au questionnement et aux espoirs futiles! Cela ne pouvait que causer sa perte…

Dès qu’il les vit entrer dans son champ de vision, il bondit, pour atterrir à quelques mètres d’eux, en grognant. L’un deux était un garçon d’apparence humaine, quoique son odeur fut légèrement différente. L’autre était un drow. Un drow… captif? Qui essayait de s’enfuir? Étrange… ou peut-être était-ce une erreur de culture d’avoir pensé que… mais que faisait-il là? Le temps n’était pas à la réflexion! Il devait trouver un moyen de gagner du temps, tout simplement. Ses oreilles frémirent lorsque le drow parla.

"Gentil le toutou gentil, ne fais pas de bruits, calme toi"

Un toutou… Oui, c’était bel et bien ce qu’il était… Un sale cabot forcé d’obéir aux ordres… Mais il n’avait pas le choix. Il ne l’avait plus. Il n’était plus libre, et jamais il ne pourrait l’être à nouveau.

Son regard capta un mouvement. Encore le drow. Il lui montrait un petit objet. Une épingle… Que pensait-il faire avec ça? S’en servir comme arme? Lorsqu’il la lança, le loup compris. Dommage… S’il n’avait pas été une créature magique, Sylver ce serait sans doute mis à courir après, mais depuis sa transformation il avait développé un minimum d’intelligence. Il n’était pas dupe, et comprenait parfaitement qu’il s’agissait d’un stratagème pour détourner son attention, ce qu’il ne se permit pas. Il se recentra rapidement sur les deux esclaves.

« Votre place est dans votre cage, Dorei-kun*! Et je ne vois pas pourquoi il devrait en être autrement! Si vous ne me donnez pas le choix, je vous y reconduirai moi-même! »

Le terme utilisai, enfin, le suffixe, était peut-être un peu trop insultant… Dans le fond, ils n’étaient pas vraiment inférieurs à Sylver… Il était lui aussi un esclave. La différence, c’était que lui on lui donnait des ordres. Non, ce n’était pas vrai. La différence ne venait pas de là. Eux aussi on leur en donnait, mais le loup, lui, s’était résigné à les suivre sans protester. Il s’était soumis, et à ce compte il était très loin de valoir mieux qu’eux… Mais il ne pouvait pas se permettre de leur témoigner autant de respect qu’il le devrait, sinon il en souffrirait. Les respecter, ce serait manquer de respect à ses maîtresses. Et ça, il ne le voulait pas.

* Dorei (se prononce dôraye) : Esclaves
-kun (se prononce koune) : Marque de respect donnée à un être jugé inférieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.furaffinity.net/user/maeya/
Kalec
Golden Boy ( connu sous Jorah)
Golden Boy ( connu sous Jorah)
avatar

Messages : 369
Date d'inscription : 25/09/2010
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Haut dragon/Renégat
Classe / Rang:
Camps: Neutre

MessageSujet: Re: Quête : La Grande Evasion du Harem ! ( Kalec, Herkael, Sylver )   Sam 3 Déc - 21:19

Mon collègue de fortune m’avait demandé comment j’avais réussi à briser le cadenas à l’aide du boitier de la gardienne. Evidement, il ne pouvait deviner mes pouvoirs, alors je lui répondis simplement :

« J’ai comme pouvoir de maitriser l’électricité, ainsi je peux l’emmagasiner et la renvoyer quand je le désire. C’est pour cela que les gardiennes n’utilisent jamais leur arme sur moi, car au lieu de m’affaiblir et de me faire souffrir, cela me redonne de la force. Ainsi, si on tombe sur une gardienne, laisse la user de son boitier sur moi si possible, si elle ne sait pas trop qui je suis, elle pourrait faire l’erreur de l’user contre moi. »

Pendant qu’on se faufilait dans la conduite et qu’on pouvait savoir ce que ressentait un lapin dans son terrier, le drow se présenta. Il s’appelait Herkhael Teliir et me demandait si j’avais la moindre idée d’où mener cette conduite. Je lui répondis, tout comme lui, en chuchotant, le son résonnait comme dans une église dans ce tuyau.

« Moi c’est Kalec et pour l’endroit où mène ce tuyau, j’en ai pas vraiment idée. Mais cela ne peut être pire que de l’endroit d’où nous venons. »

A un moment, on avait le choix entre remonté à la surface ou continuer dans la conduite. Je prenais le chemin qui allait nous permettre de sortir de ce tuyau. Comme pour l’entrée, la sortie était verrouillée par une grille munit d’un cadenas, j’usais alors du même principe pour le déverrouiller.

Une fois qu’on fut tout les deux dehors, le drow émit l’hypothèse d’être dans le quartier médical. Une bonne et une mauvaise nouvelle en somme. La sécurité était moins importante ici que dans la zone où nous étions détenus. Mais avec l’émeute, il y avait surement eu des blessés, des blessés qui allaient être conduit ici pour être soigné. Et donc, présence de gardienne. On ne devait donc pas trainer.


Mais alors qu’on se dirigerait vers l’endroit que venait d’indiquer le drow, on tomba nez à nez avec un loup ailé. J’ignorais que les gardiennes avaient des chiens, voir des loups, pour mener leur tour de garde. Mais était-il vraiment un chien de garde, car il ne semblait pas être accompagné de gardienne justement. Que faisait-il donc seul ici ? Tenait-il lui aussi des s’échapper.

Le drow essaya de calmer et distraire l’animal, mais sans le moindre effet. Le loup se mit alors à parler et au vue de ce qu’il nous disait, il était du côté des gardiennes, mauvais point pour moi et le drow. Notre place était dans nos cages et il ferait le nécessaire pour que ce le soit nous affirmait-il. On était donc tombé sur une sorte de chien de garde solitaire, il avait du nous flairer depuis les douches.


Mais en observant le loup un peu plus en détail, je vis une chose très intéressante. Des marques de brûlures, mais pas n’importe quelles brûlures, des brûlures électriques. Je fis rapidement une hypothèse dans ma tête. Ce loup était tout comme nous un esclave, mais les gardiennes devaient l’avoir dressé à coup de choc électrique pour qu’il obéisse au doigt et à l’œil. Et donc, il ne voulait pas nous ramener par devoir, mais pas peur d’être punis. Je pouvais donc user de cette hypothèse contre le loup, je m’avançais vers lui et levant une main je lui dis :


« Je connais ce type de brulures, tu ne dois pas apprécier cela » Je faisais passer une faible courant électrique entre mes doigts, l’intensité était faible pour ne pas trop m’épuiser, mais le loup avait pu voir le petit arc électrique bleu. Et sur le coup, le loup recula légèrement en gémissant. « Alors voila comment cela va se passer. Soit tu tentes ta chances avec nous car il semble que tu sois également prisonnier, soit tu décides de t’opposer à nous et je te jure que j’userais des mêmes pouvoirs électriques contre toi que les gardiennes. Bien que j’aimerais ne pas gâcher ce qui me reste, mais si tu me laisses pas le choix…

Le choix était simple pour lui. Soit il tentait sa chance avec nous, soit il voulait s’opposer à nous. Et si c’était ce dernier cas, je le ferais souffrir tout comme les gardiennes semblaient le torturer. Au final, il éviterais peut être la punition des gardiennes, mais pas le mienne.

_________________
Tout ce que nous sommes n'est qu'une étape vers ce que nous pouvons devenir

Forme de dragon

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raevahr Norheim
Marchombre
Marchombre
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 24
Localisation : Trois-Rivières, Québec, Canada

Feuille de personnage
Race: Animae
Classe / Rang: Marchombre
Camps: Neutre

MessageSujet: Re: Quête : La Grande Evasion du Harem ! ( Kalec, Herkael, Sylver )   Dim 18 Déc - 0:08

Sans savoir pourquoi Sylver hésitait. Qu’est-ce qui était en train de l’envahir? De… l’espoir? Si… Si jamais il pouvait vraiment réussir à s’échapper? Pouvoir respirer de l’air plus frais! Pouvoir peut-être éventuellement revoir le soleil! Il avait oublié ce que c’était, de la vraie lumière naturelle… Et puis, il ne souffrirait plus, et ne serait plus obligé de faire des choses… atroces…

Mais s’il désobéissait aux maîtresses et qu’elles réussissaient à les capturer? Il allait souffrir encore plus et peut-être même pire! Que devait-il faire? Il devait en savoir plus avant. Mais comment réussir à avoir plus d’information? Incapable de bien réfléchir, il s’assit pour se calmer, regardant fixement les deux humanoïdes.

« Je… Je ne peux pas prendre une décision avec si peux d’informations. Ce que vous me demander, c’est de trahir mes maîtresses. Je ne peux pas le faire si je ne suis pas certain de pas me faire attraper par la suite. Donc exposez un peu vos idées, que je vois si ça peut être intéressant. Combien êtes-vous? Quel est votre plan? »

Il ne s’attendait pas à ce qu’ils lui disent quoi que ce soit. Ils ne devaient pas être stupides, ils allaient s’attendre à ce que ce soit une ruse de sa part pour mieux contrer leur plan. Bien sûr, c’est-ce qu’il ferait, si jamais le plan semblait mauvais. Mais de toute façon, ils ne lui diraient rien. Par contre, la menace de l’humain à la peau blanche l’affectait. Il pouvait vraiment le faire souffrir comme le faisait les maîtresses? Angoissé, il le regarda de la tête aux pieds. Sa peur devait être visible dans ses yeux.

« Je ne veux que vous me fassiez souffrir, Hito-sama*, je veux simplement être certain que j’ai une chance. Je tiens à la liberté, mais si essayer de l’obtenir est pour me coûter la vie, je préfère attendre une meilleure occasion. Je tiens aussi à la vie. »

Le loup rabattit ses oreilles sur son crâne. Il n’avait pas l’impression que l’humain mentait en disant qu’il allait lui faire mal, et il ne voulait pas. Il était prêt à tout pour éviter cette souffrance! Sauf peut-être se promettre à une souffrance plus élevée. Il murmura, comme s’il ne s’adressait à personne :

« Jiyû, Kurushimi*, le choix semble si simple, et pourtant… Jinkei*, je ne veux pas souffrir… »

Il était maintenant paniqué. Peut importe ce qu’il faisait, il n’était sur de rien. Écouter l’espoir, ou la raison?

*Hito (se prononce ito) : Humain
-sama (se pronounce sama) : marquee de respect donnée à un être jugé suppérieur.
Jiyû (se prononce dji iou) : Liberté
Kurushimi (se prononce courouchimi) : Souffrance
Jinkei (se prononce djine kaye) : Pitié (comme dans : avoir pitié de)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.furaffinity.net/user/maeya/
Herkhael
Le nomade des ombres
Le nomade des ombres
avatar

Messages : 359
Date d'inscription : 09/10/2010
Age : 23
Localisation : Pas très loin, dans la lumière et les ténèbres...

Feuille de personnage
Race: Elfe noir
Classe / Rang: Génréal drow/Mercenaire
Camps:

MessageSujet: Re: Quête : La Grande Evasion du Harem ! ( Kalec, Herkael, Sylver )   Ven 23 Déc - 21:41

J'entendis le loup proférer ses menaces. Un loup, non seulement ailé, mais qui parle maintenant...Remarque, de cette façon, nous pouvons le mettre de notre côté beaucoup plus facilement, du moins si il n'a pas developpé la logique qu'obéir a ses maitresses est preferable à tout. Je reflechissais à commander l'amadouer, Kalec fut le plus rapide. Il avait remarqué les brulures sur le cou du loup, et grace à son electricité, le menaçait de lui faire subir la même chose si il s'opposait à nous. J'aurais preferé qu'il n'use pas de la menace, mais je voyais mal comment convertir autrement un esclave dressé pour traquer ses pairs en fuite, donc je le laissais faire.

« Je ne veux que vous me fassiez souffrir, Hito-sama*, je veux simplement être certain que j’ai une chance. Je tiens à la liberté, mais si essayer de l’obtenir est pour me coûter la vie, je préfère attendre une meilleure occasion. Je tiens aussi à la vie. »

Je m'approchais du loup, prudemment. Je pensais avoir trouvé quelque chose.

"Tu ne souffriras pas si tu viens avec nous. Nous nous ne te ferons pas de mal en tout cas, nous te protégerons comme un frère. Oui nous ne sommes que deux. Mais nous avons un plan, nous savons où aller pour sortir *Quoique ce n'est pas tout à fait vrai* ...Bref, tu fais ce que tu veux, mais si tu tiens à passer ta vie dans ce trou à rat c'est toi qui choisis. Moi je passe"

Je m'avancais vers Sylver et le dépassait l'air tranquille, en restant sur mes gardes, près a utiliser le fouet subtilisé a la gardienne. Dans le même temps, j'essayais de retirer les petits objets qui bloquaient ma chaine de lames, non sans quelques grimaces de douleur.

"En attendant elles ont beau etre occupés par l'évasion de masse au refectoire, décide toi, elles devraient bientot se rapprocher"

_________________

Spoiler:
 

Double-compte de Plaguas Winrod Legion
Herkhael 3rd theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalec
Golden Boy ( connu sous Jorah)
Golden Boy ( connu sous Jorah)
avatar

Messages : 369
Date d'inscription : 25/09/2010
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Haut dragon/Renégat
Classe / Rang:
Camps: Neutre

MessageSujet: Re: Quête : La Grande Evasion du Harem ! ( Kalec, Herkael, Sylver )   Dim 1 Jan - 0:01

Je regardais le loup droit dans les yeux, prêt à lui envoyer une décharge si jamais il préférait nous attaquer. Ce que je n'espérais pas, pour lui comme pour nous. Il pourrait nous être utile durant l'évasion son flair est surement plus développé que le notre et de plus, il doit connaitre beaucoup plus cette "prison" que nous. Le loup hésitait, cela se voyait bien. Puis il finit par demander plus d'information s'il voulait nous rejoindre, il ne voulait pas risquer de trahir ses maitresses et de se faire rattraper par la suite. Il voulait savoir combien on était et la suite de notre plan. Je lui dis:

" On est que deux, pour le plan y a un passage la bas derrière qui est condamné, on va l'emprunter."

Le loup annonçait son intention de redevenir libre, mais il ne voulait pas risquer sa vie pour autant. Le drow m'accompagnant lui résuma simplement la situation, j'en profitais ensuite pour rajouter une couche.

" Sache que pour ma part, je préfère mourir en essayant de retrouver ma liberté, plutôt que vivre sans celle-ci. Je suis un dragon, la liberté c'est ma vie, j'ai besoin de retrouver les cieux et cela rien ne m'empêchera d'y parvenir. Alors soit-tu viens avec nous, soit-tu te mets en travers de notre route et on va pas s'entendre."


Herkhael me rappela que le temps joué contre nous, nous devions bouger et rapidement, surtout qu'avec cette émeute, il y aurait surement des blessés et ils allaient être conduis ici.
Prenons compte que le loup avait accepté puisqu'il bougeait plus et ne semblait pas se montrer offensif, je me mis à chercher un objet bien spécial. J'ouvris plusieurs placard cherchant dans plusieurs coins avant de trouver ce que je recherchais, un balai. Une fois celui-ci en main, je le brisa violemment contre mon genoux pour en donner une partie au drow et l'autre pour moi.


" C'est peut-être dérisoire, mais c'est mieux que rien. Le côté brisé sera assez pointu pour s'enfoncer avec aisance dans la chair de n'importe qui"

Mieux valait des armes de fortunes que pas d'arme du tout.

Puis, je me mis à chercher une porte bien particulière, une porte que j'avais déjà vu quand j'étais venu à l'infirmerie auparavant. Cette porte, je la trouvais enfin, c'était une vielle porte en fer avec des planches en bois en travers pour la condamner. Une tête de mort y était dessinée, laissant imaginer que ce qu'il se trouvait de l'autre côté ne devait pas être forcément très sains. Voyant que mes deux compagnons de fortune semblaient peux entrain à entrer, je leur dis:


" C'est la seule issue que j'ai trouvé qui n'ai point garder, l'ennui, c'est reste à savoir ce qui nous attend derrière et si c'est belle et bien une issue."

J'ouvrais alors la porte dans un grincement insupportable, mêlé à un nuage de poussière. Derrière la porte se trouvait un couloir remplie de poussière, il n'avait pas dû être utilisé depuis bien longtemps. Je passais donc en premier, mon arme de fortune dans une main.

Après plusieurs mètres, on avançait plus dans un couloir, mais dans une galerie creusé à même la roche. Visiblement quelqu'un ou quelque chose avait creusé depuis je ne sais où pour atterrir dans le couloir. Qui cela pouvait-il être? aucune idée, mais cela avait incité les gardiennes à condamner l'accès au couloir. Des sortes de champignons fluorescent servaient de lumière pour nous éclairer la route.

En avançant, on finit par tomber sur les restes d'un squelette, celui-ci était entremêlé d'un filament blanc et collant. A des endroits les murs aussi été couvert de cette texture qui se rapprochaient beaucoup trop de ce qu'on pouvait appeler une toile d'araignée. Cela ne me disait rien qui vaille, mais on n'avait pas forcément le choix. Je continuais donc d'avancer avec encore plus de prudence qu'auparavant.

_________________
Tout ce que nous sommes n'est qu'une étape vers ce que nous pouvons devenir

Forme de dragon

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Herkhael
Le nomade des ombres
Le nomade des ombres
avatar

Messages : 359
Date d'inscription : 09/10/2010
Age : 23
Localisation : Pas très loin, dans la lumière et les ténèbres...

Feuille de personnage
Race: Elfe noir
Classe / Rang: Génréal drow/Mercenaire
Camps:

MessageSujet: Re: Quête : La Grande Evasion du Harem ! ( Kalec, Herkael, Sylver )   Ven 13 Jan - 23:16

Je sursautais quand Kalec me dit qu'il était un dragon. Je savais qu'il avait quelque chose d'étrange mais je ne m'attendais pas à ça. Si nous pouvons arriver à l'air libre, et si il réussit a libérer sa forme draconique et si il est assez corpulent et si il sait voler, la voie des airs serait toute trouvée pour s'échapper. Ca faisait beaucoup de si, mais dans ce genre de cas, on ne peut se reposer que sur ça. Je meditais sur ces arguments au loup.

Mourir en essayant de retrouver la liberté. Je ne savais si j'étais près à réellement mourrir une deuxième fois pour ça, mais c'était une noble cause, et de toute façon, si je restais dans ce cloaque infame, je risquais de devenir fou à la longue, autant essayer. Alors oui, je pense que j'étais près a mourir pour ça. Nos arguments firent semble t-il effet sur le loup, qui nous suivit, d'abord pas après pas, puis de plus en plus aisément. J'acquiescait du regard. Un nouveau compagnon d'infortune, et l'union fait la force. Je regardais Kalec s'agiter dans tout les sens, il cherchait un objet semble t-il. Il prit un balai, le brisa en deux, enlevant la brosse et m'en tendit une moitié. La pointe devrait suffir à empaler des êtres classiques.


"Pas mal. Rudimentaire mais pas mal. Allons faire le ménage..."

Nous avancions, puis Kalec trouva une vieille porte. A l'intérieur de ce tunnel, des toiles d'araignées, beaucoup...Très rassurant. Je pensais bien qu'une araignée classique ne pouvait faire ce genre de fils. Peut être des araignées géantes ou des dridders. Je pointais mon bout de balai devant moi, en écartant les fils qui nous barrait la route, lorsqu'un spectacle s'imposa à nous. Des cadavres de prisonniers et de gardiennes, des squelettes, en partis ficelés par l'étrange toile. Je me penchais.

"Leurs morts ne sont pas récentes. Quelques années au moins. Leur enveloppe a été devorée je pense."

En fait, je m'étais surtout penché sur eux pour voir si je pouvais les mouvoir mais rien. Ma nécromancie était toujours bridée par ce foutu collier. Tout d'un coup j'entendis quelque chose derrière nous, un bruit suspect. J'eus à peine le temps de voir une patte noire et articulée au dessus de moi que par reflexe et aussi par surprise, je chutais sur le sol. Je me relevais rapidement et, usant de mon pieu, j'arrivais à maintenir la patte à distance le temps de courrir droit devant. Les autres me suivaient mais la créature aussi. Le loup nous distança rapidement, et Kalec me passa également devant Je commençais à m'essoufler, mes jambes devenant lourdes, alors que la créature avançait tout aussi vite que nous. Au loin je vis une porte. J'accelerais le rythme pour l'atteindre alors que j'entendais les crissements de l'arthropode qui ne nous lachait pas.

Je passa la porte en fer et nous la refermames, d'un grand coup, tout en la barricadant avec un tonneau qui se trouvait là. Nous ne savions pas si ça allait la retenir très longtemps mais c'était deja ça.

C'est alors que je me retournais pour voir que nous étions dans une nouvelle pièce, toute aussi ancienne et couverte de toile. Mais il y avait davantage d'espace et deux tunnels s'offraient a nous. Nous ne pouvions distinguer le "plafond" de la paroi, car des toiles étaient tendues, ne laissant que peu passer la lumière, mais je devinais qu'il était relativement en hauteur.


"Génial. Quel chemin allons-nous choisir?"

_________________

Spoiler:
 

Double-compte de Plaguas Winrod Legion
Herkhael 3rd theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raevahr Norheim
Marchombre
Marchombre
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 24
Localisation : Trois-Rivières, Québec, Canada

Feuille de personnage
Race: Animae
Classe / Rang: Marchombre
Camps: Neutre

MessageSujet: Re: Quête : La Grande Evasion du Harem ! ( Kalec, Herkael, Sylver )   Jeu 26 Jan - 22:21

Le loup hésitait. Il ne savait plus quoi faire, ou alors quoi penser. Il décida de suivre les deux humanoïdes en attendant de prendre une vraie décision sur la suite des choses. C’était vrai que d’un part, en les accompagnants, il avait des chances de retrouver la liberté. Liberté… Ce mot n’avait pas traversé son esprit depuis si longtemps. Des souvenirs semblaient lui en revenir soudainement. Il voyait le soleil. Le soleil… il avait oublié à quoi cela ressemblait. En fait, il s’était toujours demandé s’il n’était pas né en captivité. Il savait que non et une vague puissante de nostalgie s’emparait de lui. Il revoyait les cavernes, l’herbe, les autres loups de sa meute, les parties de chasse, ses enfants… En fait, il avait déjà vécu une vie presque complète à l’extérieur, cela ne devait pas faire aussi longtemps qu’il le pensait qu’il était là. Comment était-il arrivé dans cet endroit, par contre, il ne le savait pas. Tout ce qu’il savait, c’est que lentement, un sentiment étrange montait en lui. Il pouvait se voir, déjà libre, savourant le vent, le soleil, les odeurs des fleurs. Il avait l’impression que cette situation allait se produire et en était blessé de ne pas l’avoir. L’espoir. C’était donc cela, l’espoir… Une autre chose qui n’avait pas été sienne depuis déjà un bon moment… Avait-il déjà seulement espérer? Peu importait. Il voulait cette liberté. Et il avait une chance de l’avoir. Il devait la saisir, peu importe comment.

Ce qui posait un problème : les colliers. Comment les retirer? Comment les modifier? Ses maîtresses le faisaient, parfois, lorsqu’elles avaient de besoin qu’il utilise ses pouvoirs. Mais il n’y avait pas que cela. Il devait récupérer son amulette. Sans son amulette, même s’il n’avait pas le collier, ses pouvoirs étaient inactifs. Il tenta de se souvenir d’où elle était. Avec de la chance, ils pourraient s’y rendre et subtiliser l’objet. De plus, si jamais les deux autres avaient été capturés en possession d’objets, ils seraient là aussi. Seulement, la pièce se trouvait dans une zone qu’on ne lui avait jamais permis d’explorer. Et s’il en avait beaucoup entendu parler, jamais il n’avait eu la chance de la visiter. Il ne savait même pas où dans la zone elle se trouvait. C’était un risque à prendre, ça en vaudrait sans doute la peine. Mais avant d’en parler aux autres… quelles étaient les chances de réellement y parvenir. La question se posait-elle seulement?

Il ne poursuivit pas longtemps cette réflexion. Un bruit le dérangea. Il remarqua où ils étaient. Dans un couloir plein de fils étranges blancs. Le bruit provenait d’une grande créature, difficilement visible, qui ne semblait pas du tout apprécier leur présence. Pris par surprise, Sylver ne vit aucune autre option que de courir. Il dépassa rapidement les humanoïdes et arriva dans une grande pièce, remplit elle aussi de ces filaments. Un grand bruit lui indiqua que la porte se refermait. Il retourna à ses réflexions. Il devait dire ce qu’il savait aux humanoïdes. Si lui n’avait aucune idée de la stratégie et qu’il n’était pas capable de planifier une action efficace, eux en était sans doute possible capable. Après tout, ils s’étaient rendu jusqu’ici.

« Pardonnez-moi de vous déranger je vous prie, Hito-sama, Ryû-sama*, mais je crois que je sais certains détails qui pourraient peut-être vous être utiles. Il m’a souvent été donné de m’approcher de la salle où tous les objets spéciaux et magiques sont entreposés, lorsque mes maîtresses avaient besoin d’utiliser mes pouvoirs. Je ne peux dire exactement où elle est, mais si nous trouvons un chemin jusqu’à ma tanière, je pourrai la trouver facilement. Peut-être pourrons nous là bas nous débarrasser de ces colliers aussi… »

Au mot « collier », le loup frissonna. À tout moment, s’ils croisaient une maîtresse, elle pouvait le punir sévèrement. Mais de toute façon, même s’il était puni, si elle ne le tuait pas, il s’en remettrait. Et si jamais elle voulait le tuer, eh bien il était trop tard pour l’en dissuader. Il n’avait plus le choix maintenant.

Quand au chemin… Il essaya de se rappeler du chemin qu’il avait emprunté depuis son réveil et de la direction à prendre pour se rapprocher de la salle aux objets. Impossible à savoir. Et les trucs blancs, étrangement collants, n’aidaient pas du tout à donner de l’ambiance… Lentement, Sylver s’approcha du premier tunnel et le flaira. L’odeur des filaments, rien de plus. Il s’approcha donc du deuxième tunnel : même odeur. C’était impossible, il devait avoir manqué quelque chose. Il revint au milieu de la pièce et flaira. Non. Il n’avait rien manqué. Il n’y avait même pas d’odeur d’air frais. Ils étaient enfermés, aucun de ces tunnels ne menaient à une sortie ouverte. Sur un ton presque rageur, le loup murmura :

« Rien, impossible de déterminer où aller… Le seul choix est de se fier au hasard. Où alors avoir un pouvoir de prédiction, mais le collier me bloque cette possibilité. »

Prédiction… enfin pas exactement. Vision, pour être exacte. Car lui, il se souvenait maintenant. Avant ce collier, il savait toujours où aller. Quelqu’un lui disait dans ses rêves. Mais là, il ne recevait plus jamais rien. Il allait donc laisser le choix aux humanoïdes et les suivre. Le plus qu’il pouvait faire maintenant, c’était combattre, il n’avait aucune autre faculté pouvant leur servir ici… Et s’ils ne se dépêchaient pas, il le ferait très bientôt. La porte n’allait pas tarder à céder, si ça continuait. Avec imptience, l’animal murmura sans s’en rendre compte :

« Hayasa, Dôryô-sama*, nous n’avons pas de temps à perdre… »

*Hito (se prononce ito) : humain
Ryû (se pronounce riou) : dragon
-sama (se pronounce sama) : marquee de respect donné à un être jugé suppérieur.
Hayasa (se prononce ayaza) : vitesse (utilisé ici dans le sens : dépêchez-vous)
Dôryô (se prononce dori yo) : collègues, associés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.furaffinity.net/user/maeya/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quête : La Grande Evasion du Harem ! ( Kalec, Herkael, Sylver )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quête : La Grande Evasion du Harem ! ( Kalec, Herkael, Sylver )
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Grande Evasion - Partie 4 : Chasseur et Proie
» [UploadHero] La Grande évasion [DVDRiP]
» La Grande Evasion - Partie 3 : Contre-mesure
» La Grande Evasion (Donovan et Ooka'Jin Öooken)
» La Grande Evasion - Partie 2 : Deeper Underground

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Mondes de Shibai :: Les Terres Franches :: La Cordillère des Annars :: Eldalüméa , Cité Souterraine des Drows-
Sauter vers: