Les Mondes de Shibai

Haut Dragon , Ange , Démon ....saurez vous imposer votre race et contrôler les Terres Franches ?
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercher

Partagez | 
 

 Ce qui se passe à la frontière [Pv: Faryl]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Ce qui se passe à la frontière [Pv: Faryl]   Lun 1 Aoû - 10:25


    [ 9 jours avant le couronnement de Tharian ]

    Cela faisait un mois que Tharian et ses troupes s'étaient postés à la frontière du royaume des hommes au nord de la forêt Millénaire. Les effets du sang démoniaque qui coulait dans les veines de ces elfes augmentait leurs capacités martiales, mais ils en payaient le prix fort, puisqu'ils avaient de plus en plus tendance à en vouloir plus de sang, au point de devenir plus brutaux encore que les orcs des terres arides et préférait employer la manière forte plutôt que la stratégie au combat. Assis autour d'un petit bucher au milieu d'un camp précaire, les troupes préparaient l'assaut sur un fort humain non loin d'ici, Tharian envisageait une incursion au crépuscule et un assaut direct une fois la nuit tombée. Le plan fut bien comprit par l'ensemble des troupes qui se placèrent rapidement, et seulement quelques heures plus tard, tout débuta :

    Trois assassins Elfes, ou plutôt San'Layn, se dissimulèrent à l'intérieur du fort, l'un en escaladant une tour et en restant suspendu une dizaine de minute, l'autre en se cachant dans une charrue de foins qui passa la porte sans la moindre difficulté, et enfin, le dernier, emprunta les égouts qui donnait sur la rivière la plus proche. L'étreinte de la destruction se resserrait sur le fort. Et lorsque le crépuscule laissa sa place à la pénombre, ne laissant que la douce lumière d'une demie lune percer l'obscurité, Tharian avança avec ses guerriers. Tirant une flèche enflammée en l'air, les assassins passèrent à l'action et en deux temps trois mouvements, tuèrent le gardes de la porte principale, et ouvrirent celle-ci.

    " N'oubliez pas, on tue les soldats seulement "

    Ils chargèrent rapidement, dégainant leurs épée fraichement aiguisée, et lorsque le signal d'alarme des humains retentit, il était déjà presque trop tard, une dizaine de garde sur une trentaine avait déjà périt et les autres préférèrent se barricader dans la salle principale avec leur baron et chef.

    Occupant la petite place au coeur du petit fort, le sergent des forces elfiques fit son rapport :

    " Douze paysans, sept femmes et quatre enfants capturés monseigneur. Que fais ton des morts ? "

    Tharian répondit machinalement en regardant la forêt d'où ils venaient :

    " Brulez les là bas. "

    Du doigt, il désigna une petite colline située entre la forêt et le bastion. Quelques instants plus tard, après avoir planté un étendard elfique au sommet du petit donjon qui surplombait la région, un petit buché brulait les corps des humains qui périrent dans l'assaut, ainsi qu'un elfe. Le baron et sa garde personnelle, toujours enfermé dans la salle des coffres, périt également à leur tour lorsque Tharian décida de les enfumer, ce qui se révéla particulièrement efficace.

    Lorsque les elfes repartirent avec leurs prisonniers en direction de la forêt, c'était un sentiment de victoire qui animait les troupes, mais c'était sans compter que leur cohorte, fut prit elle même en embuscade par des rôdeurs. Des flèches fusèrent et pénétrèrent les corps de trois des soldats San'Layn, qui dans un râle, ne succombèrent pas de suite, mais chargèrent, aveuglé par la soif de sang et la rage.

    Tharian hurla des ordres, et les elfes commencèrent à affronter un adversaire à leur mesure, mais la situation, ne semblait pas tourner à leur avantage... Jusqu’à ce que...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ce qui se passe à la frontière [Pv: Faryl]   Mar 2 Aoû - 12:26

    Faryl avait eut des difficultés à quitté sa forêt natale, mais la curiosité l'avait emporter sur ses réticences première. Sa rencontre avec le jeune shaman Handoar l'avait poussé à en savoir plus. Il y avait de par le monde des choses qu'elle ignorait, aussi bien sur la nature des gens, que sur ses propres origines.

    Pour sa première sortie en territoire humain, la jeune femme avait fais peu lointain, la lisière de la forêt ne se trouvais qu'à quelques kilomètres. Elle avait utilisé une poudre blanche tiré d'une racine broyé pour recouvrir ses tatouages. Cette poudre était très prisé par les femmes humaines qui souhaitait paraître noble et coûtait relativement cher, étant donné l'état des relations commerciales entres les humains et les elfes, alors qu'en réalité, il suffisait de se baisser dans la forêt pour pouvoir en ramasser.

    Elle avait rejoint une petite bourgade, la première en réalité, et ses loups qui l'avaient suivis jusque la s'était éloigner aux premiers signes d'occupation humaine. L'endroit était principalement paysan, un petit fort semblait veiller sur les champs et les quelques maisonnées. Elle avait prêter sa force de travail contre un logement et un peu de nourriture, elle avait donc remplacer une mère fatigué aux champs, aidant quelques hommes à la laboure. Ce travail lui sembla harassant, sous la chaleur du jour; il était difficile et ingrat. Chasser lui paraissait bien plus facile et amusant, que de retourner la terre en attendant désespérément que quelque chose y pousse.

    Quand l'heure fut venu, et le soir tombant, elle rejoignit la femme en question dans son logis. La femme en question avait 3 bambins plutôt remuant. L'époux étais absent, il était garde, et se trouvais au fort. Cela avait plutôt l'air de la réjouir, la solde devait représenté bien plus que ce qu'elle même gagnait de la terre. La femme servit une soupe, elle était épaisse, comblé de pomme de terre et elle put trouvé même quelques morceau de lard dans le fond. C'étais beaucoup pour une femme de sa stature, Faryl était bien reçut.

    Elle refusa de prendre un lit, et offrit de s'installer dans la grange, elle y serait plus à son aise. Bien qu'on trouva sa requête étrange on la laissa faire. Elle s'était installé sous un trou dans la toiture, par lequel elle pouvais observer les étoiles. Le sommeil la gagnait doucement, lorsqu'un hurlement familier la fit rouvrir les yeux. Un de ses loups, et ce n'était pas n'importe quel hurlement. C'était un avertissement. La jeune femme s'extirpa suffisamment tôt de la grange pour pouvoir voir filer une flèche enflammé au dessus des remparts du fort. Elle serra les dents.

    La jeune femme courut rapidement pour avaler les quelques mettre qui la séparait de la maison. Elle entra avec fracas, réveillant les occupants.


    "Vous avez une cave?!"

    La mère semblait légèrement perdu, elle hocha vaguement la tête.

    "Alors prenez vos enfants, et aller vous cacher!"

    La jeune femme sembla comprendre le danger, et se pressa pour lever ses enfants. Quand elle ouvrit le lit, les deux plus grand avaient disparut. Elle tourna un visage paniqué vers Faryl qui serra les dents. Ce n'était pas le bon jour pour faire le mur.


    "Je m'en occupe, dites moi ou est la cave, que je puisse vous retrouver!"

    La mère avait les larmes aux yeux, et confier le destin de ses enfants à une inconnu n'était certainement pas une chose facile, mais il fallait préserver le reste de sa famille, elle emporta donc son bébé après avoir confier le lieu pour les retrouver. Faryl s’élança alors à l’extérieur, la rumeur montait déjà dans le fort, tandis que les paysans se réveillait, prenant fourche et pelle pour défendre leur famille.

    Elle remonta les traces qu'avaient laissez les enfants jusqu'à une petite caverne ou ils s'adonnaient à des jeux d'argent en compagnie d'autre jeunes de leur age. Ils furent surpris de la voir débarquer, autant que vexer d'être pris en flagrant délit.


    "Vous deux, vous venez avec moi. Tu devrait avoir honte d’entraîner ta petite soeur dans tes jeux stupides. Et vous autres, vous avez intérêt a vous cachez."

    Les adolescents la regardait avec un air ahurit. Ne sachant pourquoi elle venait les interrompre et leur demander de fuir. Faryl s'énerva devant tant d'incrédulité.

    "Mais vous allez bougez oui?! Vous préférez attendre que les soldats viennent vous cueillir jusqu'ici?!"

    Cette nouvelle menace les fit réagir, et détaler. Les deux enfants dont elle avait la charge tentèrent également de partir, mais elle les attrapa au passage par le col.

    "Vous vous restez avec moi, votre mère m'as demander de vous récupérez, alors vous la fermer et vous faite que ce que je dit!"

    La petite fille avait les larmes aux yeux, et allait commencer à pleurer, Faryl lui dit alors sèchement.

    "Si tu chiale, je t'en colle une. Tu pleurera plus tard, la ce n'est pas le moment. Aller dépêche toi."

    Faryl les entraîna à l’extérieur. A la faveur de la nuit, ils réussirent légèrement à s'éloigner. Faryl pesait le pour et le contre. S'éloigner dans la forêt était sans aucun doute le meilleur moyen de ne pas se faire prendre, mais à coté de cela, elle n'avait pas envi d'avoir sur les bras ces deux enfants géniar qui n'étaient pas les siens. Quant à la mère, elle serait sans aucun doute très inquiète, une furie, si elle lui prenait ses enfants. Elle décida donc de revenir vers les habitations, et de rejoindre la cave en question.

    Quand ils arrivèrent à proximité, des soldats elfes, tournait autour de l'habitation, et s'approchait dangereusement de la cave. L'adolescent qui l'accompagnait se rua sur eux, sans aucun doute pour détourner l'attention du lieu ou se trouvais sa mère. Faryl pesta de n'avoir sut le retenir. Les gardes se retournèrent vers lui et s’apprêtèrent à le capturer. Faryl sorti des fourrer et lança sa dague en os qui vint se planter aux pieds d'un des soldats, interrompant son mouvement, et détournant l'attention sur elle.

    "Si vous le touchez, vous êtes mort!"

    Un ordre fut donner, en elfique. Les enfants ne le comprirent pas, mais elle avait suffisamment passé de temps avec ses parents adoptifs pour comprendre ce qui se disais. On allait les capturer, vivant de préférence. Faryl attrapa la gamine, et vint rejoindre l'adolescent combatif. Elle s'interposa entre lui et un garde, et mangea à sa place le coup de poing qui lui était destiné. Elle leur hurla alors de se laisser faire. C'était encore le meilleur moyen de s'en tirer convenablement.

    Les gardes s'emparèrent d'eux, mais occuper, oublièrent la cave qu'ils étaient venu vider. Faryl se retrouva attacher avec les autres femme, et deux enfants de plus dans une grande carriole. Les paysans qui avaient survécu, eux étaient enchaîné les uns aux autres, au chariot, ils marcheraient.

    La sueur et le sang avait fait coulé son fard, elle l'essuya sur son bras, laissant apparaître partiellement ses tatouages. Faryl pris contre elle la petite fille qui pleurait, et lui caressa les cheveux. Elle avait le droit, c'était le moment maintenant.

    "Ne t'inquiète pas... Tout ira bien."

    La jeune femme s'appuyait contre l'un des pans du chariot. Il fallait prendre son mal en patience, les elfes regagneraient tôt ou tard leur forêt. Ses yeux se promenait sur les troupes et leur dernier préparatif au petit jour. Elle ne comprenait pas bien la raison de cette attaque, mais elle tacherait d'en savoir plus.

    Le convoi avançait depuis près d'une heure, quand quelques bruits se firent entendre. Faryl redressa la tête, observant les alentour, et cette forêt qu'elle connaissait par coeur. Elle ne voyait aucune créature autre que les elfes, mais quelques bruissement de feuillage, et la disparition des bruits naturels des bêtes de la forêt trahissait une autre présence. Une flèche fusa, puis une autre. Quelques cris montèrent et ce fut bientôt la panique. Un des prisonnier mourut. Ce groupuscule, n'était pas la pour leur venir en aide. Les mains liés Faryl ne pouvais pas faire grand chose, elle attrapa à son cou un petit sifflet d'os et souffla dedans aussi fort que possible. Aucun son audible n'en sortit, mais les destinataires du message l'avaient bien capter.

    Les femmes s'accroupirent dans la carriole dont elles étaient prisonnières tandis que les hommes ne s'avaient comment se protéger du flot de flèche. Faryl se rapprocha de la sortie, la ou étaient attacher la chaîne qui reliaient tout les prisonniers à ce piège mortel. Elle tapa dessus de toute ses forces avec ses pieds, et dut s'y reprendre à plusieurs fois jusqu'à ce que le montant cède. Les paysans avaient toujours les mains et et le cou lié, mais n'étaient plus attacher ensemble, et pouvais fuir cette pluie meurtrière.

    Le combat faisait rage et s'approchait dangereusement de leur retranchement. Un des elfes fut poussé près de la carriole par un des bandits; Faryl saisit l'occasion, elle fit passé ses chaines autour de son cou, et le tira à elle.


    "Donne moi la clef!"

    Il ne servait à rien de les laissez enchaîné, libre, elles pourraient peut être contribuer à leur propre défense, il désigna alors un trousseau à sa ceinture, elle alla pour s'en saisir, quand une épée vint le transpercer. Elle releva la tête brusquement, l'un des bandits était sur elle. Elle attrapa la clef avant de laissez tomber le cadavre. Ses chaines lui permirent de parer un coup d'épée, mais furent briser. La clef tomba dans le fond du chariot.

    N'en ayant plus besoin sur l'heure, la jeune femme se précipita hors du chariot. Dépouillé de ses armes, elle n'avait d'autre choix que de se transformer, si elle souhaitait pouvoir combattre. Elle profita de l'effet de surprise provoqué par sa transformation pour sauter à la gorge du bandit. Plus loin, Skoell et Hati avait rejoint leur maîtresse à son appel, et mordait chaire sans distinction, jusqu'à ce que d'un grognement, elle leur désigne la cible.

    Le combat continua encore légèrement, avant que les elfes ne parviennent à reprendre le dessus. Quelques fuyard s’échappèrent, il n'y avait de toute façon pas assez de personne pour leur courir après. Faryl alla rejoindre ses deux compère sous l'oeuil inamical des soldats. La chaîne à sa patte ne laissait aucun doute sur sa nature. Elle s'assit alors, regardant le groupe se rassembler. Derrière elle, le loup noir se repaissait d'un des cadavres. Celui d'un elfe. S'agissait-il de provocation? Certainement pas de la part d'un loup... Mais de celle d'un homme...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ce qui se passe à la frontière [Pv: Faryl]   Mar 2 Aoû - 15:14


    Le combat et son brouhaha s'acheva, ce qui l'en restait, était des cadavres éparpillés, des rôdeurs, des elfes, mais également des prisonniers qui furent massacrés en partie, alors qu'il n'avait rien pour se défendre ni rien à voir avec ce qui venait de se passer dans cette forêt. D'étranges loups avaient aidés les elfes à vaincre les rôdeurs qui prirent la fuite, non seulement devant l'aspect terrifiant de ces machines à tuer, mais également lorsque qu'ils constatèrent que la bataille tourna en faveur des elfes de Tharian. Le cor de guerre retentit en signe de victoire, les elfes levèrent leurs armes, avant de se retourner d'un bloc vers ces trois loups qui campèrent leurs positions. Tharian fendit les rangs de ses hommes pour approcher ces secours inattendus. Il constata que l'un de ses hommes était en train de se faire dévorer par l'un des bestiaux. L'idée de lui jeter une pierre entre les deux yeux pour calmer la bête lui vint à l'esprit, mais il savait que cela ne plairait guère à celle qui fut l'une de leur captive quelques secondes plutôt.

    " Dites à votre ami de lâcher ce corps, où vous finirez ad patres dans la minute. "

    Faryl constata en effet la grande quantité d'arc bandé vers leur direction. Et après divers grognement, il finit par lâcher le corps de l'elfe pour se rattraper sur celui d'un de ces rôdeurs. Tharian avait donc en face de lui un animorphe, ces êtres capables de changer de forme à leur gré en leur animal totem. Malheureusement pour Faryl, son totem était un loup et ce sont ses compères qui autrefois donnèrent naissance à l'un des plus grand fléau de cette planète... Les loups-Garous.

    Tharian fit signe à ses hommes de baisser leurs armes, ils s’exécutèrent et vaquèrent à leurs tâches, ramasser les corps des glorieux morts elfes, récupérer les armes, recompter les effectifs et les prisonniers. Finalement, il ne restait que le loups gris et ses deux compères en retrait ainsi que Tharian et son lieutenant.

    " Je ne suis pas un idiot, sans votre intervention, nous aurions plus de mort à pleurer, je vous remercie. "

    Faryl pouvait être aussi animale et sauvage qu'elle le voulait, les paroles de l'elfe ne semblaient pas être dénouées sincérité. Mais voyant que ces bonnes paroles ne semblaient pas faire agir la sauvage, il s'y prit autrement :

    " Je me nomme Tharian Terenas, Général des légions dragons et Serviteur de sa majesté le Roi Macsen, et en tant que tel, j'accepte d'exaucer une de vos faveurs en guise de reconnaissance. "

    Le loup disparut lentement pour laisser sa place à une jeune femme, qui semblait vouloir articuler quelques choses... Mais quoi ?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ce qui se passe à la frontière [Pv: Faryl]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce qui se passe à la frontière [Pv: Faryl]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'ambassadeur dominicain dément la fermeture de la frontière par son pays.
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !
» Menace de paralysie des activités à la frontière haïtiano-dominicaine à partir d
» Qu'est-ce qui se passe en Haiti ?
» Pour comprendre ce qui se passe en Haiti.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Mondes de Shibai :: Les Terres Franches :: Aratanye, la Comté du Nord :: Le Grand Plateau des Hopalus-
Sauter vers: