Les Mondes de Shibai

Haut Dragon , Ange , Démon ....saurez vous imposer votre race et contrôler les Terres Franches ?
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercher

Partagez | 
 

 Carnet de Bord de Mÿneria Alanëm

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Carnet de Bord de Mÿneria Alanëm   Jeu 16 Déc - 22:04

Forme Humaine:

Spoiler:
 


Forme dragon:

Spoiler:
 


- Nom de votre perso: Alanëm
- Prénom de votre perso: Mÿneria
- Rp en cour / fini:
Par une nuit glacial [Pv Meraxes/Terminé]
Désespoir [Pv Taomi et Misao/Terminé]
Seras tu la prochaine gardienne?[Pv Shrikan/Terminé]
Histoire de ruines et de créatures [Pv Linfa/ Annulé]
Les liens du Sang [Pv Galadrielle et Herkael/ en cours]
La bataille du Barrage des Annouatis [Pv Plein de gens/ Terminé]

- Age de votre perso: Je suis dans ma 1000ème année

- Race: Haut Dragon
- Pouvoirs:
La guérison pratique pour guérir
La rage du Feu que j'adore, très pratique pour démonter l'ennemi et me démonter moi même au passage.
Contrôle du vent, pouvoir que j'adore particulièrement et que je maîtrise plutôt bien
- Armes: Une épée pour la forme humaine mais c'est tout, après j'ai mes griffes et ma queue.
- Camp: Équilibre!
- Amitiés : Asociale me conviendrai mieux!
- Inimités : C'est à dire? Journal! Tu es un petit cachottier! Il y a eu Lourmën mon meilleur ami, mais il est mort il y a de ça quelques centaines d'années. Pas d'une mort naturelle, mais bel et bien assassiné.
- Amours : Je crois que Lourmën était passé à ce stade, on ne se l'est peut être jamais avoué. Ben aucun pour l'instant mais on ne sait jamais...

J'ai une particularité qui m'est très chère et que jusqu'à présent, je me suis bien gardée de le crier sur tout les toits. Vois tu, cher journal, que je possède une mémoire photographique. Cela à beaucoup de bon côtés mais aussi pas mal de mauvais côtés. Par exemple, je pourrais te décrire en détail le jour où j'ai réussi pour la npremière fois à contrôler une brise ou la fois ou lorsque je devint froide, asociale, lunatique. Je m'en souviendrai toujours, nous étions enfant, dans les 500ans environs, et nous devons rentrer de bonne heure comme toujours de nos jeux à l'extérieur. Je me souviens de ce moment ou Mère éleva la voix, ou père gronda mon frère. Et moi dans tout ça? Ils prirent Delcis par la patte et l’emmènent à l'intérieur et moi, je reste dehors, sur le palier. Tandis que mes parents emmenaient mon frère jumeau, celui ci se tournait vers moi, le regard plein d'incompréhension.
Moi non plus je n'avais pas compris sur le coup...

Une heure passa bientôt, deux heures et rien n'a bougé si ce n'est que le soleil dans le ciel, continuait sa course céleste sans se soucier des vivants. Une pensée survint en moi dés cet âge là. Une réalité terrible à admettre. Ils m'ignoraient, ils se fichaient totalement de moi. Moi, leur fille! Je suis pourtant née du même oeuf que Delcis, mais qu'a t-il de plus que moi? Le lendemain, Delcis parti quelques part je ne sais où. Je me souviens de ce moment où un grand dragon l'emmena loin de nous. pour moi, ils l'ont tué ce jour là. 50 ans passèrent depuis son départ, seulement 50ans! Il revint passer quelques jour à la maison, mais je ne le reconnaissait plus. Tout avait changé en lui! Sa manière d'être, son regard, et même sa voix. Il n'était plus doux comme avant. Lorsque je mentionnais des souvenirs, ils me faisait comprendre que non, il ne s'en rappelait pas. Je lui demande soudain si il se souvient de moi, il me fit non de la tête.
Mes parents m'ignoraient, mon frère m'avait oubliée, mais qu'est ce que j'ai fait de si grave?

Au fur à mesure des années, mon caractère changea du tout au tout. Je devint, lunatique, froide, asociale, méfiante, seule deux chose en moi sont restées, mon orgueil naturel et ma curiosité par moment. Mes parents s'étonnèrent un jour de ma froideur envers eux et mon frère, comme si tout était pardonné. Non, on ne peut pardonné un tel affront. Pourquoi Delcis fut il aimé et moi non?

Depuis mon plus jeune âge, j'ai suivie des cours de magies m’améliorant de jours en jours mais lorsque mon frère parti, je me plongeai alors littéralement dans mes études de magie. Aujourd'hui encore, je voyage afin de gagner en force. Ma famille ne compte plus à mes yeux dorénavant...


Dernière édition par Mÿneria le Mar 27 Déc - 3:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Carnet de Bord de Mÿneria Alanëm   Lun 9 Mai - 20:42

Cher journal,

Voilà for longtemps que je n'avais point écris entre ces pages, tellement longtemps qu'il n'y presque aucune page abîmée par mon écriture. Je dois dire qu'entre la première page et celle que je suis entrain d'écrire, maintes journées se sont écoulées avec, de surcroît, un changement radical de mode de vie. Vois tu, je suis devenue officiellement la Gardienne du Feu! La Gardienne Du Feu! Un fait d'autant plus étrange que je n'avais pas spécialement d'affinité avec cet élément, étant de plus native de l'île du vent, partageant quelques une de ses particularités, loin de moi l'idée d'être la gardienne d'un élément qui était le contraire de ma façon d'agir. Cela est un fait connu, reconnu de par les mondes aussi différents soient ils, les natifs du feu ont un tempérament explosif de manière général alors que moi, moi, je suis glaciale, distante, peu affectueuse, etc...on pourrait donner une longue liste à ce sujet. Mais depuis quelques temps, j'ai observée quelques petits changements en moi.

Laisse moi te conter tout cela.

Mes premières journées au temple furent, à mon goût, les plus difficiles que j'ai pus passer jusqu'à présent. Le vieux prêtre Shamba, tenait à ce que j'assimile au plus vite la base des forces liées au feu, d'autant plus que derrière m'attendais l'apprentissage de l'ouverture de portails. Ensuite, lorsqu'il convenu que j'étais prête à affronter la suite, il tenu à m’entraîner personnellement à tout ce qui touchais de près ou de loin, aux armes et plus particulièrement, aux lames. Je dois te dire que, malgré tout les enseignements et toute l'expérience que je traînais derrière moi avec un avantage: la vaillante jeunesse en mon corps, je dois bien avouer que le vieux fut bien plus rapide que moi. Il n''hésitait pas le moins du monde dans ses coups, je me retenais à chaque fois d'hurler la souffrance qu'est celle d'une épée tranchant votre flanc à découvert. Et le plus humiliant, fut les quelques mots qu'il prononça: "Alors Mÿneria? Je suis bien âgé, vous, vous êtes jeune encore. Il est sans doute difficile pour vous d'admettre que je n'étais encore qu'à l'échauffement. Donc jeune fille, vous devriez vous mettre sérieusement au travail et là, à cet instant précis, nous verrons alors les vrais assauts que mon ancienne enveloppe charnelle peut assumer."

De belles journées d'entraînement furent la suite de cette humiliante défaite mais, j'avais cet espoir fou qu'un beau jour, l'élève dépasse enfin le maître. Que je montre à la Gardienne de L'Eau, que j'ai n'aurait bientôt plus besoin de secours en cas de situations extrêmes. Non, plus jamais...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Carnet de Bord de Mÿneria Alanëm   Mar 27 Déc - 4:42

Cher journal,


Ayant depuis quelques temps, cet irrépressible besoin de créer une certaine harmonie au sein de mon esprit, pour ce faire, j'aimerais bien te conter une histoire que j'ai ouï dans une joyeuse taverne à ivrogne en des temps datant de bien avant la guerre, de bien avant mon élévation au rang de Gardienne. Je l'aime assez, c'est un souvenir plutôt joyeux!
Un souvenir plutôt joyeux, dans une époque sombre de ma vie d'ailleurs... une étincelle dans une mer de gris mais alors, quelle minuscule étincelle! Cependant, elle est encore là, fidèle au poste, remarquable parmi un flot continu de pensées solitaires...

Commençons l'histoire par le début!

A cheval étais je enfourchée, galopant à travers des champs tel le vent, pressée visiblement de gagner la prochaine ville de mon périple vagabond. C'étais une époque où j'étais libre d'agir et de penser comme je l'entendais, où aucune de mes actions n'avaient de grosses conséquences politique ou même, sur le domaine symbolique. Non, je n'avais rien de tout cela et pourtant, quel air grave sur un si doux visage! On aurait put croire que le sourire n'avait jamais parcourut le bout de mes lèvres rouges! Le regard, à la fois mélancolique et colérique, j'étais encore bien agacée de savoir cette wyrm de Meraxes encore libre et folle à lier! Une fois encore elle passait entre mes griffes, je n'étais toujours pas assez puissante pour le stopper mais je savais qu'un jour ou l'autre, de ma main ou de la part de celle de quelqu'un d'autre, la mort lui serait offerte en présent pour le punir de sa vie misérable. Mais j'avais cette préférence folle, peut être malsaine, que cette délivrance viendrait de ma part...Bref! Je chevauchais une praire à priori abandonnée, quand mon canasson cabra soudainement. Enragée par une telle main-d'oeuvre, le responsable risquait fortement d'attirer mes foudre quand, abaissant mon regard glacial, je me rendis compte que ce n'étais qu'un garçonnet à la dizaine tout juste passée. Bien que je le trouva bien...petit avec une musculature très développée pour son âge avec, de surcroît, du poil au menton. Dubitative sur l'instant, il me fallut tout de même plusieurs secondes avant de me rendre compte de sa race véritable! Un nain! Que faisait il là cet abruti?

-Faîtes attention! Voyons! Ôtez vous de ma route!
-De quoi? N'ai je plus le droit de sommeiller en ces lieux? Quel siècle! Ne point laisser de sieste aux travailleurs!
-Vous? Travailler? Mais que faîtes vous donc?
-Je récolte le Boletus aereus! Me baisser toute la sainte journée à leur recherche est épuisant!
-Vous cherchez donc cela? Vous cherchez des bolets cuivrés au printemps vous?
-Euh...oui.
-Eh bien! C'est vrai que cet endroit ferait un coin parfait pour la cueillette. Cherchez donc encore, mais de préférence, revenez vers l'automne car le bolet en pleine saison d'éveil ne risque point de pousser.
-Ah bon? Vous faîtes bien de me le dire car, un filou m'a vendu tout un attirail pour aller cueillir le champignon! Pour votre aide, je vous offre un verre à la taverne
-Bien...*Je ne tiens pas très l'alcool mais il insiste...* la bière vient elle de votre pays?
-Une évidence! C'est moi même qui m'en assure approvisionnement! Je viens tout juste d'en revenir!
-Soit!

En fin de compte, il m'était bien sympathique le barbu, un tantinet simplet mais bien sympathique. L'auberge qu'il tenait avec sa femme n'était qu'à une lieu du point de rencontre, de plus, l'affaire semblait bien tourner avec cette clientèle cosmopolite avec voleurs, assassins, marchands, et autres métiers de voyages. Pour sa joie, son fraudeur était encore accoudée au comptoir, un verre de vin à la main qui se brisa aussitôt que le patron des lieux eu attrapé par le col de la chemise le brigand. Une fois remboursé, celui ci mit d'accord sur une tournée d'hydromel, boisson succulente bien originaire de chez eux. Là, dans la cohue générale, j'entendis par le plus grand, le plus pur des hasards, une histoire qui me fit sourire.

Voila ce qu'ils disaient, une vieille légende houleuse:

"Par delà les océans, par delà l'horizon et les continents, existerait une terre aux merveilles sans précédents. Y virait là bas, tout un écosystème jamais vu auparavant avec des animaux aussi monstrueux que diversifiés, des hommes difformes qui ont bâtis milles citées de pierres précieuses. Ainsi, on trouverait sur cette terre de complets royaumes avancés technologiquement bâtis dans des pierres aussi rares que des diamants. Imaginez vous? Des villas entièrement construites dans des opales? Dans des diamants? Des rubis, des saphirs? On m'a dit aussi que les habitants de cette terre ne connaissent que paix et abondance, aucune famine ni guerre, ni corruption pour les affaiblir. Il parait même que la maladie n'a osée répandre sa mort sur ces terres! On y vit longtemps, plus de dix milles ans pour un humains! Il ont même une eau qui apporte la jeunesse éternelle! Je vous dit qu'un continent comme ça, doit être le paradis à vivre! A la votre!"

J'avais dépassée l'âge de croire en telles sornettes mais, il faut reconnaître que cette légende à de quoi faire éclater de rire! Du moins, moi, elle me fait sourire car je la trouve si candide que cela en devient presque adorable. Enfin, adorable si racontée par un enfant car avec un vieux poivrot, c'est étrange mais, elle prend une autre tournure.

Je peux m'arrêter là cher journal, mais je sens que tu meurs d'envie de connaître le lendemain, je me trompe? Eh bien, je me suis réveillée avec de ces maux de crânes pénétrant, qui me fallut au moins la matinée entière avant de la voir se dissiper. En même temps, qu'est ce que j'avais bu la veille! J'aurais pus rester là mais, la soif de, nouveaux lieux fut bien plus forte que les nausées saisissantes! Et, galopant aussi vite que le vent dans les champs, je partais vers la ville de ma prochaine étape.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Carnet de Bord de Mÿneria Alanëm   Ven 27 Avr - 0:17

Cher journal,

Te croyais tu oublié de mes mots? Libéré du poids de tout secrets? Grand naïf aux vierges pages, de mon écriture te verra tu bientôt souillé! Ah! Qu'il est bon de te retrouver! Moi, qui pensais t'avoir perdu parmi les vastes étendus des Terres Franches, tu n'étais finalement, qu'un oublié de plus sommeillant dans l'un de mes tiroirs siégeant fièrement dans mes appartements. Passons, je ne vais tout de même pas m'extasier devant les retrouvailles de la plume et du papier! A la place, voudrais tu donc recueillir une bonne histoire? Que pourrais donc te raconter aujourd'hui? Un vieux souvenir des temps heureux te suffira t-il pour ce jour? Soit! Je commence donc mon récit!

Que l'histoire dévoile ses mystères!


C'était au temps béni de l’insouciance, lorsque votre âme de faible expérience, ne connait que plaisirs et jeux. Toute petite dragonne blanche que j'étais, la noblesse de mon sang me valait bien quelques devoirs à accomplir cependant, mais les tâches lourdes qui formaient mon apprentissage, n'avaient de durée qu'une moitié de journée. Ainsi, après les cours, le monde s'empressai de me faire découvrir monts et merveilles avec une intensité telle que je ne pouvais me permettre d'oublier le moindre détail. Voilà d'où viens ma manie d'inciter mes souvenirs à être le plus fidèle possible, cher Journal! Manie que j'ai conservée bien précieusement au fond de moi et qui tient parfois plus de la malédiction. Mais quoi! Je m'égare encore une fois! Revenons à nôtre histoire si tu le souhaite! Continuons. Je disais donc que mes après midi étaient souvent libérées et que par conséquent, je découvrais ce monde dans lequel j'allais vivre pleinement jusqu'à ce que mon dernier souffle soit rendu. Un jour, lors d'une de mes escapades sur l'une des îles du vent désertée, je fis une curieuse rencontre. En effet, j'y trouvai là, un dragon qui ne m'était connu ni de père, ni de mère, ni de qui que soit d'autre! L'éclat d'argent de ses écailles avait de quoi vous rendre aveugle, son regard doux et bleuté tenait, semblait il, autant des océans que de la voûte céleste! Ses griffes noires onyx, ses épines dorsales aussi impressionnante que si elles fussent été sur le dos d'un dragon émérite, je croisai là un individu dont la mémoire peine à oublier.
A pas de loup il s'approcha de moi, sa taille était ma foi, bien plus haute que la mienne et le souffle de ses naseaux, avait de quoi me glacer le sang bouillonnant de mes pauvres veines échauffées. Qui était il? Je n'eu le temps de poser la question, que l'être d'argent composé, se présenta à mon comme étant:

-Je me nomme Lourmën Ek'Heän, fils de Orinor et Elidaria Ek'Heän. Et vous gente dragonne, comment puis nommer la personne qui porte d'aussi jolies yeux?
-Mÿneria. Mÿneria Alanëm, fille de Daïmar et Nimcis Alanëm. Fis je, pauvre bougresse impressionnée.

Nous passâmes ainsi une après midi ensemble, suivies de près par de nombreuses autres. Ni l'un ni l'autre ne semblait être lassé de ce rendez vous quotidien jusqu'au jour où nous voulions élargir nos horizons! Vers les Terres Franches en l’occurrence mais cela, est une autre histoire!

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Carnet de Bord de Mÿneria Alanëm   

Revenir en haut Aller en bas
 
Carnet de Bord de Mÿneria Alanëm
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Modèle Carnet de Bord
» Formulaire - Carnet de bord
» Harmony - Carnet de Bord
» Code ▬ Carnet de rp
» Carnet de bord d'une étoile filante

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Mondes de Shibai :: Coté Personnage :: Carnets de Bord-
Sauter vers: