Les Mondes de Shibai

Haut Dragon , Ange , Démon ....saurez vous imposer votre race et contrôler les Terres Franches ?
 
AccueilPortailFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercher

Partagez | 
 

 Douloureuse nuit [Libre] (fermé)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Douloureuse nuit [Libre] (fermé)    Sam 20 Nov - 9:57

La nuit venait d’envelopper le monde dans son voile sombre, alors que je déposais mes pattes au bord d’un vaste lac. Je ne savais pas vraiment où j’étais, mais cet endroit avait un effet bienfaisant sur mon être, me faisant oublié pendant quelques instants que je vivais un cauchemar interminable. Je m’approchais doucement des eaux scintillantes, contemplant ainsi mon reflet. Involontairement, je commençais à faire abstraction de mon environnement, ne voyant plus que cette représentation de moi-même dans les eaux. J’avais l’impression que mon esprit s’embrumait, comme si j’allais m’endormir, même mon agonie commençait à disparaitre. Une chose étrange se produisit, un phénomène incroyable qui me faisait pendant un instant penser que j‘étais en train de rêver… mon reflet, se transformait.

Je ne voyais plus ce visage sombre et déchiré qui laissait paraitre cette lueur verte malsaine, qui n’était que la marque de l’immonde magie étant à la cause de mon existence. Non, je voyais un dragon n’ayant aucune blessures ou déchirures. Un dragon à la couleur rouge et aux écailles brillantes. Des yeux qui n’étaient pas habités par cette lumière verte leurs donnant un air malsain, mais des yeux à la douce couleur oscillant entre l’orange et l’or. Aucune dents trop grande qui déchirait la peau, rien… juste un dragon… un dragon qui était encore vivant. Je sentais quelque chose couler de mes yeux, je pleurais, tout comme cette image dans les eaux. Cependant, même si cette image montrait des larmes pures et cristallines, celles qui coulaient de mes yeux étaient d’une couleur odieuse, infectées par les miasmes que mon corps abrite et par cette immonde magie qui me maintiens en vie. Une larme tomba dans l’eau, formant un faible résidu noirâtre à sa surface. L’image de ce dragon commençait alors à changer. J’approchais ma patte tremblante des eaux, comme pour retenir cette apparition miraculeuse.


*Non… reste !*

Mais malheureusement, elle s’en alla, ne laissant derrière elle que l’image d’un cadavre en larme. Une forte douleur envahit alors mon corps, cependant ce n’était la douleur que j’avais l’habitude de côtoyer. Non, cette souffrance était bien plus puissante. Ce n’était pas le mal dont la cause était mon existence… c’était le mal de n’avoir pas réussit à conserver ce souvenir. Les dents serrées et le corps tremblant je donna un coup violent dans mon reflet, comme pour chasser cette réalité qui me faisait de nouveau face. Je portais ma patte tremblante devant mon regard, voyant l’eau qui coulait le long prendre une couleur noire. Je reposais ma patte à terre, alors que cette lueur verte commençait à envelopper mon corps. Je levais mon regard enragé vers les cieux, et enfin, je me mis à hurler. Un hurlement surpuissant, empli de haine et de désespoir, qui fit fuir les animaux aux abords du lac. Même les eaux paisibles étaient devenu un peu plus tumultueuse à ce moment.

Je mis fin à ce rugissement, avant de m’allonger devant cette étendu d’eau brillante, qui avait enfin retrouvée son calme. Je fermais les yeux, mes larmes ne cessaient pas de couler, faisant mourir la végétation avec laquelle elles entrainent en contact. Je commençais à me demander si ces larmes étaient dû au bonheur d’avoir vu ce que j’étais lorsque j’étais encore vivant…ou si c’était dû à la rage de ne pas avoir réussit à maintenir cette apparition plus longtemps. La lueur verte qui m’entourait auparavant disparut, et celle que j’abritais s’estompait légèrement, signe que je commençais à tomber dans les bras de Morphée. Et c’est après avoir eu à nouveau l’image de mon moi passé dans mon esprit, que je sombrais dans le sommeil.


Dernière édition par Nilirdïs le Ven 26 Nov - 16:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Douloureuse nuit [Libre] (fermé)    Sam 20 Nov - 15:21

Le soleil déclinait à l'horizon, teintant le ciel de ses plus belles couleurs : du violet et du rose pâle se mêlaient aux oranges flamboyants des rayons mourants et au bleu nuit qui commençait à s'imposer. Les derniers oiseaux se dépêchaient de rejoindre les cimes rassurantes des arbres en piaillant, et les enfants du village qui s'étaient amusés tout au long de la journée sur les abords des lacs furent rappelés par leur parents.
L'astre du jour disparaissait toujours un peu plus, s'effaçant au gré de la lune au fur et à mesure que le temps avançait, et bientôt, il ne fût plus qu'un souvenir dépérissant. La nuit avait reprit ses droits, et s'imposait comme maîtresse absolue du silence et de l'obscurité; plus aucun son ne résonnait, ni chant d'oiseau, ni le vent dans les arbres, tout était feutré, étouffé, comme recouvert d'une voile. La Lune, majestueuse, faisait face à son reflet dans les eaux sombres des lacs, et le Ciel faisait de même. C'était comme si deux univers se côtoyaient sans jamais pouvoir se rencontrer. Deux Mondes différents.

Sous la surface réfléchissante de l'eau, une créature observait les étoiles. Depuis combien d'années les admirait-elle ? Depuis combien d'années assistait-elle au spectacle merveilleux de la course des astres ? Pas assez en tout cas pour s'en lasser. Bien que ce ne soit qu'un éternel recommencement, que la Lune succède au Soleil, que le Jour cède sa place à la Nuit, c'était un spectacle merveilleux et magique.
Abyss resta un moment supplémentaire le museau tourné vers le Ciel, puis il s'en détacha finalement, d'autres projets en tête. Il se remit à nager, et remonta, effleurant délicatement la surface de l'eau du bout des ailes avant de sortir complètement la tête de l'eau. Il inspira une grande bouffée de l'air frais nocturne, et se dirigea vers le bord d'une rive. La nuit était fraîche mais pas désagréable, et le seul son audible était le clapotement de l'eau sous les ondulations de la Chimère. Arrivant à proximité de la terre, la créature s'enfonça un peu plus dans les profondeurs, scrutant à travers l'obscurité afin de déceler toute présence humaine. Ne remarquant rien, il s'approcha un peu plus, et finit par sortir de l'eau, son long corps reptilien luisant à la faible lueur nocturne.
Il fit quelques pas maladroits, n'étant plus habitué à marcher hors de l'eau, son corps, soumit à la loi de la gravité, se faisant plus lourd que dans son élément naturel. Il huma l'air, relevant son museau humide, à la recherche de quelque proie à se mettre sous la dent, mais, au lieu de déceler un délicat fumet, une odeur forte de pourriture l'assaillit. Il retroussa les babines sous le coup de l'écoeurement; un animal devait avoir périt sur les bords du lac. Non. Ce n'était pas un simple animal. Même si c'était l'odeur d'une charogne putride, elle n'était pas naturelle, ses effluves étaient malsaines et maléfiques.
Abyss se déplaça lentement, en alerte, mais ne pouvait s'empêcher de faire du bruit, tant ses mouvements étaient gauches et maladroits. Plusieurs animaux s'enfuirent à son passage, mais la Chimère ne s'y intéressa même pas, son esprit focalisé sur cette odeur des plus étrange. Depuis qu'il vivait dans ce lac, il ne s'était jamais rien passé, il avait toujours coulé des jours paisibles et sans problème, et aujourd'hui, quelqu'un, ou quelque chose venait troubler cette tranquillité.

Après quelques minutes de marche, il distingua une forme éclairée par la seule lueur de la Lune. C'était immense, bien plus grand que tout ce qu'il avait vu jusqu'alors. Le Chimère s'arrêta, plus très sûre d'elle. Assouvir sa curiosité valait-il le coup de risquer sa vie ? Abyss n'eût as vraiment le temps de se poser la question : un nuage dévoila pleinement l'astre de la nuit, et sa lumière dessina des contours plus nets et plus précis à la forme sombre et gigantesque : un immense dragon s'était endormi au bord des eaux troubles du lac, de sa gueule monstrueuse pointaient des crocs longs et aiguisés, et une aura malsaine se dégageait de la créature. La Chimère recula de quelques pas, une peur grandissante s'emparant de tout son être, elle finit même par faire demi-tour. Cependant, Abyss se ravisa et revint auprès de l'immense animal pour l'observer de plus prêt. Il remarqua que plusieurs morceaux de chair manquaient ou étaient déchirés de part en part, des os, ou des cornes, dépassaient par plusieurs endroits, fendant ce qui restait de peau. De ce qu'il pouvait en dire, le puissant Dragon qui lui faisait face était mort, pourtant, il ne pouvait s'empêcher de croire le contraire. Il tourna une nouvelle fois autours de lui, prenant soin de ne pas l'effleurer. Si cette chose était belle et bien vivante, elle le tuerait sans aucun problème : la Chimère dépassait à peine un homme adulte quand elle se tenait à quatre pattes, elle ne possédait aucun pouvoir et était assez fragile.
Abyss retourna dans les eaux froides du lac, s'y enfonçant, ne laissant émerger que le haut de sa tête. Il était en face du Dragon, attendant un quelconque mouvement ou éveil, prêt à fuir si il se montrait dangereux ou agressif.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Douloureuse nuit [Libre] (fermé)    Sam 20 Nov - 16:14

Le sommeil. Pour certains, il s’agit du seul et unique moyen de trouver un peu de réconfort dans ce monde impitoyable. Je ne fais pas partis de cette catégorie. Même endormis, mon enfer ne s’arrête pas. Mes nuits sont parsemées de visions d’apocalypse, de mort et de désolation. Ma douleur me poursuit jusque dans les tréfonds de mon subconscient, poignardant sans relâche les moindres parcelles encore intact de mon esprit ravagé par ma résurrection. Pour cette raison, j’évitais autant que possible de sombrer dans les bras de Morphée, même si cela était loin d’être aisé. Même pour moi, dormir était quelque chose de nécessaire, certes c’était moins essentiel que pour un être vivant, mais j’en ressentais souvent le besoin. Mais dans mon malheur, au lieu de m’apaiser, le sommeil ne faisait qu’aggraver mon état mental déjà grandement perturbé par mon agonie éternelle.

Je commençais doucement à me réveiller, la lueur verte de mon corps s’imposait un peu plus au fur et à mesure que mon esprit quittais le monde des songes. J’ouvrais enfin mes yeux émeraudes, déposant mon regard instinctivement sur les eaux pures et scintillantes du lac à côté duquel je m’étais assoupi. Il me suffisait de regarder le lac pour constater que l’astre lunaire était encore bien présent, je n’avais probablement pas dormis longtemps. Je regardais ce qui m’entourais rapidement, constatant par la même occasion que l’herbe autour de moi était devenu noire… ceci était, sans aucun doute possible, dû aux miasmes contenu par mon corps. Je reportais mon attention sur le lac, je venais seulement de constater quelque chose qui n’étais pas présent avant mon sommeil. Vu d’ici, il semblait s’agir d’un animal, mais il me semblait quelque peu… différent. Je me redressais très légèrement, avant d’approcher mon visage de l’être aquatique. Je notais quelque chose de familier dans les formes de sa tête, mais je ne saurais dire quoi. Je plongeais mon regard dans le sien, comme pour réclamer une réaction de sa part.

Pendant plusieurs minutes, j’eus soudainement l’envi de saisir cette créature entre mes griffes. De la regarder ce débattre face à son destin inéluctable, avant de la massacrer le plus brutalement possible, avant de mettre fin à une autre existence. Mais je réussit à vite chasser cette idée de mon esprit. La cause était cette familiarité que je discernais dans les formes de son crânes, dans son regard… j’avais l’impression d’avoir affaire à un dragon miniature. Je décidais de lui parler, j’ignorais si il était doué de parole mais au moins comme ça j’allais vite être fixé. Depuis ma rencontre avec Handoar, je me sentais moins… bestiale. Je devais bien avouer, ce n’était pas désagréable, j’étais juste pas encore parfaitement habitué par contre.

Bonsoir, petit être.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Douloureuse nuit [Libre] (fermé)    Sam 20 Nov - 17:45

La nuit avançait lentement, le temps s'était suspendu, et la Chimère attendait patiemment. Abyss observait cet être puissant et gigantesque. De sa longue existence, il n'en avait jamais vu de semblable, et d'ailleurs, il n'avait jamais vu de Dragon, à part peut être son reflet dans les eaux du lac où il vivait. Instinctivement, il pensa à son père, un Dragon des Mers qu'il n'avait jamais ni vu, ni connu. Il ne connaissait son existence que par les histoires de sa mère.
Selon elle, il avait été une créature majestueuse et puissante, crainte et respectée de tous. Seulement, Abyss n'avait jamais voulu l'écouter : quel père digne et majestueux abandonnerait son enfant ? Il chassa bien vite ces pensées polluantes et reporta toute son attention sur la curiosité endormie en face de lui.

La Chimère, qui avait sombré dans un demi-sommeil, s'éveilla quand elle perçut un mouvement proche d'elle : le dragon s'était réveillé. Il s'enfonça un peu plus dans les eaux sombres, faisant onduler légèrement la surface miroitante. Le monstre avait plongé son regard dans le sien, et étrangement, Abyss ne pouvait pas s'en détacher. Il y décelait de la sauvagerie et une haine sans borne, et paradoxalement, il y voyait une mélancolie et une tristesse profonde. La Chimère restait immobile, prête à fuir dans les profondeurs du lac. La créature, après un moment qui parut une éternité lui adressa la parole.

"Bonsoir, petit être."

Abyss sursauta au son de la voix du Dragon, mais ne décampa pas pour autant. Son interlocuteur s'était légèrement redressé afin de mieux le voir, et la Chimère se sentait toute petite à côté, presque ridicule. Il n'osait pas imaginer quand il se redresserait complètement. Son instinct lui dictait la chose la plus sage à faire : fuir, pourtant, il restait planté là, devant cet être particulièrement étrange.
Abyss sortit la tête de l'eau d'un mouvement lent, afin de ne pas paraître agressif... Quoique même si il se montrait agressif, il savait qu'il ne ferait pas le poids...

"Qui... êtes-vous ?"

Sa voix semblait jeune, elle était claire et cristalline, reflet de son humeur du moment. Malheureusement, son humeur pouvait changer d'un instant à l'autre et le mettre fortement en danger. C'était une partie de lui qu'il ne contrôlait pas vraiment et dont il ne se rendait pas compte.
La Chimère restait malgré tout prête à s'enfuir, même si elle se redressa sur ses quatre pattes, soulevant son corps au dessus de l'onde aquatique, ses longues ailes transparentes et membraneuses repliées sur ses flancs humides. Il n'avait pas quitté le regard du Wyrm, pourtant il ne l'observait pas comme une curiosité, mais plutôt avec respect.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Douloureuse nuit [Libre] (fermé)    Sam 20 Nov - 18:47

Le sursaut de la créature provoqué par ma question me surpris légèrement. Elle ne devait pas être rassurée, chose normal d’ailleurs. Qui serait serein face à une Wyrm, mis à part une autre Wyrm ? Personne à mon avis, sauf quelques intrépides… ou des fous. La créature émergea totalement sa tête en douceur, d’ailleurs sa ressemblance avec les dragons était saisissante, mais je sentais quand même qu’il y avait quelque chose de différent chez lui. Cependant, je ne pouvais pas dire quoi pour le moment. Il me parlait enfin. À en juger par la tonalité de sa voix, il me semblait très jeune, mais surtout il avait l’air d’avoir peur. Encore une fois, ce dernier point était parfaitement normal. Le corps de la créature se plaça au-dessus des eaux. La présence d’une paire d’ailes sur son corps m’interpela. Aurais-je donc véritablement affaire à un représentant de la race des dragons ? Même si il me semblait beaucoup trop petit… sans doute à cause de son jeune âge potentiel.

"Je me nomme Nilirdïs."

Je continuais d’observer en détail l’aspect de mon interlocuteur aquatique. La familiarité de son physique avec les dragons était frappante, mais rien que ses ailes me laissant dans le doute. Notamment la présence de branchies à la base de son crâne. Ma mémoire étant altérée, je ne pouvais pas me souvenir sil il existait des races de dragons capable de vivre sous la surface de l’eau. Peut être que cela existait et donc que cet être face à moi en serais l’un des représentants. Par contre une autre question se posait : connaissait-il le monde des Haut-Dragons ? Si c’était bel et bien le cas, il allait pouvoir m’être d’un grand secours. Je n’oubliais pas les paroles de Handoar à propos de ces créatures et de leur magie. Ils symbolisaient peut-être mon seul et unique espoir de pouvoir quitter cette agonie éternelle. D’être enfin délivré de cet océan de douleur.

"Et toi, quel est ton nom ?"

Je préférais ne pas tout de suite poser les questions qui me tenais à cœur. Il me semblait déjà appréhender notre petite entrevue, je ne comptais pas aggraver la situation. Sans compter que je ne pouvais pas savoir comment il réagirait, je n’avais encore jamais eu l’occasion de voir un dragon en chair et en écaille… je souhaitais juste qu’il n’aurait pas un comportement agressif, auquel cas j’aurais beaucoup de mal à me contenir. C’était déjà un miracle que je n’avais pas cédé à l’envi de l’étriper qui m’avait envahis il y a quelques minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Douloureuse nuit [Libre] (fermé)    Mar 23 Nov - 16:45

Le puissant Dragon l'observait, écrasant la Chimère sous le poids de son regard. Abyss s'avança de quelques pas, sortant même de la sécurité relative de l'eau du lac. Si son interlocuteur décidait soudain de s'attaquer à lui, il n'aurait plus la moindre chance de s'enfuir car il était parfaitement maladroit sur la terre ferme.
Il redressa sa tête écailleuse, relevant le museau, ses yeux plongés dans ceux du Dragon en face de lui. Ses ailes fines et transparentes, ainsi que le reste de ses nageoires, se ternirent en séchant, leur donnant l'aspect d'un papier fragile et friable.

"Je me nomme Nilirdïs."

La chimère frissonna une nouvelle fois au son de cette voix d'outre tombe, mais, même si elle était terrorisée, elle le masqua, afin de ne pas offenser la puissante créature.

"Et toi, quel est ton nom ?"

Abyss parut surprit, ses yeux s'écarquillèrent légèrement et il stoppa tout mouvement pendant quelques secondes. Ayant fui les humains et les autres espèces dites "intelligentes", il avait oublié la sensation que procurait le fait que l'on s'intéresse à lui, d'ailleurs, il ne l'avait jamais connu. Personne dans le village où il avait grandit ne s'était intéressé à lui, ils l'avaient fui, haï et méprisé. Après tout, il était une Chimère, un rebut, une erreur de la Nature. Pourtant aujourd'hui, un des être les plus puissant et noble de ce Monde, lui parlait d'égal à égal.
La Chimère esquissa ce qui semblait être un sourire et se détendit.

"Je suis Abyss !"

Il recula de quelques pas sautillants, ses yeux toujours plongés dans ceux de la Wyrm. Il les détourna finalement, les posant sur l'étendue d'eau.

"D'où venez-vous ?"

Il se tourna à nouveau vers le Dragon. Ses écailles avaient maintenant toutes séchées, et la teinte de la Chimère était terne et sombre.
Il s'assit, se queue s'enroulant autours de lui dans un mouvement fluide et gracieux. Sa terreur s'était dissipée, cependant, il ne pouvait empêcher un sentiment de mal être germer en lui. Il n'aurait pas su dire pourquoi, mais le Dragon le mettait mal à l'aise...


[HRP: désolée, je te l'avais promis plus tôt, mais j'ai eu un empêchement]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Douloureuse nuit [Libre] (fermé)    Ven 26 Nov - 15:53

[HRP : Aucun problème. ^^]

La créature émergea doucement des eaux du lac, son corps devint alors plus terne en séchant, je portais un regard curieux sur ses ailes désormais sèchent. Leurs apparences étaient assez particulière, elles me donnaient l’impression d’être d’une très grande fragilité en comparaison avec les miennes qui, malgré mon passage dans le monde des morts, avant gardées leur grandeurs. Bon, elles étaient quand même légèrement nécrosées, comme le reste de mon corps mais dans l’ensemble j’étais plutôt bien conservé pour un cadavre…
Le petit être tressaillit à l’entente de ma voix, comme chacune des personnes m’ayant fait face par le passé… enfin presque. Cependant, un point particulier dans ses réactions par rapport à mes paroles éveilla ma curiosité : pourquoi affichait-il un air aussi déconcerté, alors que je lui demandais simplement son nom ? Peut-être qu’il n’avait juste pas l’habitude, étant donné l’endroit où il vivait, les contacts ne devaient pas être nombreux. Pendant quelques secondes, il me semblait perdu dans ses pensées, mais il se ressaisit rapidement. Il me paraissait alors plus détendu que précédemment, aussi bien dans sa posture quand par l’expression sur son visage.

Abyss, un nom qui lui convenait parfaitement selon moi. Le petit dragon recula d’une manière plutôt amusante, sans pour autant détaché son regard du mien. Pourtant, à peine avait-il finit son déplacement qu’il déviait son regard vers les eaux scintillantes du lac, avant de me poser une question. D’où je venais ? Le genre d’interrogation que je ne supportais pas. Tout simplement car ma réponse est aussi bien un mensonge envers mon interlocuteur, qu’envers moi-même. J’aimerais tellement retrouver l’endroit d’où je viens réellement… même si il ne doit plus ressembler à ce qu’il était par rapport à l’époque où j’étais encore vivant.


"Je viens de la Cordillère des Annars."


Je venais seulement de constater que le petit Abyss avait de nouveau ses yeux posés sur moi. Je notais aussi l’apparence nouvelle de son corps, plus sombre que précédemment… probablement par le manque d’eau. J’observais la petite créature s’assoir, enroulant sa longue queue autour de lui d’une manière des plus charmantes. Aucun doute, Abyss était bien plus décontracté. Je recula de quelques pas, avant de me couché, mon crâne posé contre l’herbe fraiche du lac était très proche de la jeune créature. Je la scrutais de mes yeux émeraudes encore quelques instants avant de prendre à nouveau la parole.

"Tu es bien un dragon, n’est-ce pas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Douloureuse nuit [Libre] (fermé)    Sam 27 Nov - 18:01

Il était assit dans l'herbe humide de la nuit, sa queue enroulée autours de lui, remuant légèrement. Ses longues ailes plaquées le long de ses flancs rayés vibraient sous la brise qui soufflait doucement, portant diverses saveurs et odeurs. Inconsciemment, il huma l'air, et retrouva des senteurs qu'il avait connu il y a longtemps, quand il vivait encore parmi les hommes. La nostalgie le gagna quelque peu. Il se rappelait enfant, s'agitant dans la cuisine pour découvrir ce que sa mère préparait à manger. Sa mère... Il secoua la tête pour chasser ces pensées idiotes, et releva ses yeux verts en direction de la Wyrm. Cette dernière sembla ébranlée par la question de la Chimère.

"Je viens de la Cordillères des Annars."

C'était un lieu que le jeune Abyss n'avait jamais ni vu, ni même entendu parler. D'après ce qu'il put imaginer, cela devait être une chaîne de montagne. Peut être était-ce là bas que les Dragons vivaient.
La grande créature recula pour s'allonger, posant sa gueule immense plus proche que jamais de la Chimère. Abyss put voir de très prêt la taille des crocs qui saillaient de la bouche du monstre : en quelque mouvement, il pouvait être broyé sans que l'autre n'ait fait le moindre effort. Il sentit les yeux froids de Nilirdïs posés sur lui, il y reporta donc son attention.

"Tu es bien un Dragon, n'est-ce pas ?"

La Chimère fut stupéfaite un moment : comment pouvait-il lui poser la question ? Cela se voyait ! Il n'avait rien à voir avec ces nobles et majestueuses créatures qu'étaient les Dragons. Il était bien trop petit et trop chétif pour ne serait-ce qu'espérer leur ressembler un jour. Il n'était qu'un hybride aquatique, reclus dans son lac et vivant loin du monde.
Il marqua une pause avant de répondre, cherchant ses mots.

"Je... ne suis pas un Dragon... Je ne suis qu'une vulgaire Chimère en ayant l'apparence... Mon père faisait partit de cette espèce, et j'aurais voulut en être moi aussi. Imaginer être respecté, rien qu'un petit peu..."

Abyss se tut, il avait trop parlé. Il resta muet un instant avant de reprendre :

"Et vous, n'êtes-vous pas un Dragon ? Pardonnez-moi, je peux sembler ignorant, mais je ne connais que ce lac et les créatures qui le borde. Je n'ai jamais vu de Dragon, ni aucun autre être de ce genre."

La queue d'Abyss se déroula, et la Chimère se remit debout. Elle trottina jusqu'aux abords du lac, y faisant tremper ses pattes fines, avant de glisser entièrement dans l'onde aquatique. Il s'immergea quelques secondes et refit surface pour s'installer en face de son interlocuteur, allongé dans l'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Douloureuse nuit [Libre] (fermé)    Dim 28 Nov - 20:28

Je fus plus que surpris de voir l’expression effaré qui venait de s’afficher sur le visage auparavant serein d’Abyss. Il ne devait probablement pas comprendre pourquoi je posais ce genre de question. Probablement car la réponse était évidente. À mes yeux il était un dragon tout ce qu’il y a de plus normal, du peu que je savais sur eux. Enfin presque. Malgré ce point, j’avais un léger doute qui planait dans mon esprit. Certes il possédait de nombreux caractéristiques propres aux Dragons, mais dans son apparence tout comme dans son comportement, je remarquais des détails que me troublais, me faisant penser qu’il était tout le contraire de cette espèce malgré ses similitudes. Le jeune Abyss ne tardait pas à répondre à mon interrogation.

Une chimère… tout comme Hato. Décidément, j’enchaînais les rencontres inattendues, ce qui n’était pas pour me déplaire. Après tout, eux et moi étions des rejetés, de ce point de vu je me sentais déjà moins seul, même si personnellement je n’étais pas du genre à rechercher les contacts, au risque de devenir obsédé à l’idée de tuer mes interlocuteurs. J’avais eu ce sentiment avec Hato, à cause de ses liens de sang, cependant avec Abyss c’était différent. Il aurait souhaité être un véritable Dragon… et moi je souhaitais le redevenir. De cette manière, même si les détails de nos envies étaient différentes, nous avions un objectif similaire. Pour cette raison, je comprenais ce que pouvais ressentir cette pauvre créature. Je déposais délicatement quelques-unes des griffes de ma patte droite sur le dos de la Chimère.
Il était assez grand pour que je dépose ma patte entière, mais je n’osais pas le faire. Je sais pertinemment que le moindre contact avec mon corps procure tout sauf une sensation apaisante, mais j’espérais quand même que cette action possède un effet réconfortant sur Abyss. Un faible sourire se dessinait sur mon visage d’habitude seulement marqué par la haine, la douleur ou alors par l’absence visible d’un quelconque ressentit. La question que la jeune Chimère ne tardait pas à me poser me prit de court, je ne m’attendais pas à ce genre de question. Comme quoi je ne suis pas le seul ignorant sur cette terre.


"Tu n’as pas besoin de t’excuser. Pour la simple raison, que tu n’es pas le seul à connaître peu de chose du monde qui nous entoure."

Je tombais dans le silence pendant quelques instants, le regard dirigé sur les plantes mortes à mes pieds, à cause de mes larmes passées.

"J’étais un Dragon, mais je suis mort il y a bien longtemps. Des démons m’ont cependant ramenés à la vie grâce à leurs magie. Depuis ce jour, je suis devenu une Wyrm."


Je mis fin à mes explications, je ne souhaitais pas vraiment rentrer dans les détails de mon existence. Cependant, si jamais Abyss souhaiterais en savoir plus, je lui répondrais dans la mesure du possible. Ce dernier ne tardait pas d’ailleurs à retourner dans les eaux limpides du lac. Après quoi, il retourna sur la terre ferme face à moi, son corps brillant avec retrouvé sa majestueuse couleur. Il n’était peut-être pas aussi beau que devait être un Dragon pur, mais à mes yeux, il l’était déjà bien assez.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Douloureuse nuit [Libre] (fermé)    Ven 3 Déc - 21:06

La Wyrm avait posé ses griffes sur le dos de la Chimère, dans un geste bienveillant, afin de la consoler. Cette simple marque d'attention réchauffa le coeur de Abyss. Il remarqua que Nilirdïs esquissa un sourire pour le réconforter. Cependant, la question de la petite créature sembla le laisser sans voix un instant. Il médita puis amorça une réponse :

"Tu n’as pas besoin de t’excuser. Pour la simple raison, que tu n’es pas le seul à connaître peu de chose du monde qui nous entoure."

Sur ces mots, le silence se fit. L'immense créature fixait le sol où Abyss remarqua des plantes desséchées et mortes. Il reprit cependant :

"J’étais un Dragon, mais je suis mort il y a bien longtemps. Des démons m’ont cependant ramenés à la vie grâce à leurs magie. Depuis ce jour, je suis devenu une Wyrm."

La réponse plongea la Chimère dans une profonde perplexité. Comment pouvait-on être mort sans l'être ? Il leva les yeux vers la Wyrm, détectant une profonde détresse dans son regard, ainsi qu'une tristesse et un désespoir infini. Il voulait faire quelque chose pour lui, mais quoi ?
Abyss se redressa et partit s'enfoncer dans les abîmes profondes du lac, laissant Nilirdïs seul avec sa lourde peine.
Quand il revint enfin, il s'assura que l'Ancien Dragon ne s'était pas envolé, pensant avoir été abandonné à son triste sort, et fut rassuré en le voyant sur les berges, à l'endroit même où il l'avait laissé. La Chimère s'approcha de la rive, sortit de l'eau et trottina jusqu'à la Wyrm. Elle déposa devant ses impressionnantes pattes antérieures un poisson qu'elle venait d'attraper afin de lui offrir. Abyss n'avait aucune idée de ce qu'une Wyrm pouvait bien manger, ou même si ça mangeait tout court, mais il espérait que ce geste prouverait à Nilirdïs qu'il ne le craignait pas et qu'il partageait sa peine.
Il s'assit, sa queue s'enroulant autour de ses pattes, le regard posé sur son cadeau. Ce dernier était ridiculement petit à côté du Dragon.

"Je ne sais pas vraiment ce qu'est une Wyrm, mais d'après votre ton, j'en conclu que ça n'a rien de très plaisant..."

Il fit silence un instant, avant de reprendre :

"Je vous apprécie et j'espère que vous ne partirez pas trop tôt !"

Un sourire de sincérité éclaira le visage de la Chimère. Il se doutait que Nilirdïs ne devait pas avoir beaucoup de contact et qu'il devait être fui comme la peste, aussi, il souhaitait que ces quelques mots le réconforteraient en lui montrant le contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Douloureuse nuit [Libre] (fermé)    Dim 5 Déc - 8:57

Abyss semblait plongé dans une profonde réflexion. Pour quelqu’un ignorant tout du monde, ça devait surement pas être simple d’assimiler ce genre d’information. Il tourna son regard dans ma direction, avant de se redresser. Je me demandais ce qu’il comptais faire, jusqu’à ce que je le vois partir dans les profondeurs du lac. Je commençais à me dire qu’il m’avait abandonner, qu’il venait de faire ce que tout le monde faisant en me voyant : fuir. Je pensais que Abyss serait différent face à moi… visiblement j’avais eu tord. Cependant, ce que je pensais ne tarda pas à se révéler faux, car Abyss ressurgit des eaux tranquillement, avant de rejoindre sa position en face de moi. En même temps, la petite créature déposa un poisson devant mes pattes.
J’avais juger Abyss beaucoup trop vite. Un sourire furtif se forma sur mon visage, avant que je dévore le poisson offert par la jeune chimère. Mais comme je m’y attendais, je ne ressentais rien à avalant cet animal aquatique. Depuis ma renaissance, j’avais perdu le besoin de me nourrir et le goût par la même occasion. Tout ce que j’avalais devenais aussitôt cendre en entrant en contact avec la magie et les miasmes de mon corps, ce qui provoquait par moment une sensation désagréable… malgré ça, je me serais mal vu refuser le cadeau d’Abyss. Il avait eu la gentillesse de prendre ce poisson pour moi, je me voyais mal lui dire que je n’en voulais pas.

Il avait parfaitement raison, être une Wyrm n’avait rien de plaisant. Et je devais bien avouer que je craignais que dans un futur lointain, il ne lui arrive la même chose. Il était une chimère, cependant il avait quand même un lien de sang avec les Dragons. Mais pourquoi je pensais à ça moi !? Je venais de remarquer que le silence c’était de nouveau imposé. Mais cet instant ne dura pas longtemps, car Abyss reprit la parole. Ce qu’il venait de dire me faisait chaud au cœur… enfin ce qu’il en reste. Ce sourire sur son visage. Je fermais les yeux, souriant à mon tour.


C’est réciproque.


J’enchaînais de magnifiques rencontres ces derniers temps. D’abord Handoar, puis Hato et maintenant Abyss… après des centaines d’années passés seul dans l’ombre du monde, accompagné par cette agonie, j’avais enfin trouvé des personnes sur qui je pouvais compter. Je n’étais plus seul…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Douloureuse nuit [Libre] (fermé)    

Revenir en haut Aller en bas
 
Douloureuse nuit [Libre] (fermé)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un ado dans l'obscurité lumineuse de la nuit [libre]
» Une mélodie dans la nuit [LIBRE]
» Astre de nuit [Libre]
» Petite faim pendant la nuit [Libre]
» Benoit et Guillaume en boîte de nuit (LIBRE)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Mondes de Shibai :: Les Terres Franches :: Les Contrées Féériques de l'Ouest :: Les Grands Lacs-
Sauter vers: